Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

24 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Ce petit arbrisseau rampant et à peine ligneux se rencontre au sud d’une ligne Lyon-Pau, c’est une espèce méditerranéenne. Il appartient à la famille des fabacées.

Nous l’avons découvert en Savoie. Il pousse dans les pelouses arides et les rocailles sur sols calcaires, à l’étage collinéen. L’ensemble de la plante est couvert d’une pilosité argentée. Les feuilles sont composées de trois folioles, chacune étant fortement pliée en son centre.

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Les fleurs jaunes sont solitaires ou par deux à quatre au sommet des rameaux. Elles prennent souvent une belle teinte orangée avant de faner. L'étendard est bien plus grand que les autres pétales. Le calice est divisé en deux lèvres.

 

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Hauteur : 10 à 30 cm.

Fleur : 9 à 12 mm.

Floraison : mai à juillet.

Altitude : 0 à 600 m

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

A ne pas confondre avec un lotier ou une variété de cytise.

Protégé en Poitou-Charentes

On ne le trouve pas dans nos flores alpines, mais heureusement internet est là !

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Les Fabacées, anciennes légumineuses :

  • Feuilles opposées ou alternes, souvent composées, munies de stipules ou/et de vrilles.
  • Calice à  cinq divisions, souvent à deux lèvres.
  • Corolle irrégulière, composée de cinq pétales inégaux :

1 pétale supérieur, grand, redressé l’horizontal, l’étendard.

2 pétales latéraux, servant de pistes d’atterrissage pour les insectes, les ailes.

2 pétales inférieurs, soudés par le bas, protégeant les parties fertiles de la fleur, la carène.

  • 10 étamines soudées par les filets, ou 1 libre et 9 soudées.
  • 1 ovaire supère à un carpelle.
  • Fruit c’est une gousse, contenant plusieurs graines et pouvant s’ouvrir suivant une ou plusieurs lignes.
Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

 

Ouvrage  à consulter

Stratégies végétales. Garrone B., Schatz B., Martin P. Editions Ecologistes de l'Euzière

Et ce site aussi

Les fabacées ont toutes en commun de vivre en relation symbiotique avec des bactéries installées dans leurs racines (de la famille des Rhizobium).

Ces bactéries ont la capacité de capturer l'azote atmosphérique et de le transformer en substances azotées directement utilisables pour la plante. Cette association permet aux fabacées de se développer sur des sols pauvres en azote. L’utilisation des fabacées comme engrais vert permet d’enrichir les sols en azote.

Pour en savoir plus, consultez ce site :

                                                                                           Christianne

Photos Nicole, Christianne, André et Jacques

Lire la suite

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

18 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

 Langue d'oiseau ou Herbe à la Sainte Vierge.

  Cette année, le groupe de Gruffy a pu découvrir, enfin, la stellaire holostée, Stellaria holostea, dont il n'avait vu que les feuilles, lors de précédents printemps.

Elle est très rare mais là où elle pousse, elle est relativement abondante. Deux stations en Savoie, dont une sur la montagne de Cessens.

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

Dans la famille des Caryophyllacées, on rencontre deux genres qui ont un petit air de famille, le genre Cerastium et le genre Stellaria :

sépales libres, fleurs blanches, 5 pétales fendus, 10 étamines.

Pour les distinguer, il faut bien observer

  • les pétales, ceux des céraistes sont peu fendus, ceux des stellaires sont profondément fendus, la fleur donne l’impression d’avoir 10 pétales.
  • Les styles, les céraistes ont 5 styles (sauf quelques exceptions) les stellaires ont 3 styles (sauf une exception).
Stellaria holostea, Stellaire holostée,

Stellaria holostea

. Plante vivace, à souche traçante

- tiges de 30-60 cm, quadrangulaires, raides, cassantes, couchées à la base, puis redressées

- feuilles sessiles, lancéolées, longuement acuminées, fermes, ciliées-scabres aux bords et sur la nervure en dessous

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

- sépales lancéolés, sans nervures

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

- fleurs grandes, en cymes terminales lâches, pluriflores

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

- pétales 2 fois plus longs que les sépales, divisés jusqu'au milieu en 2 lobes rapprochés

- étamines hypogynes* et pistil à 3 styles

*hypogynes :  inserées en dessous de l'ovaire

 

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

- capsule subglobuleuse, égalant le calice.

Cette espèce reste pérenne en hiver en se couchant sur le sol. Elle reprend sa croissance à la fin du mois d’avril.

La floraison a lieu en mai–juin et les graines mûres tombent en juillet. Toutefois, les semences survivent rarement. La stellaire holostée se reproduit davantage grâce à ses tiges racinées. La reproduction végétative entraîne l’apparition d’étendues irrégulières.

La stellaire holostée pousse sur les sols humides, dans les bois de feuillus et sur terrains neutres ou acidifiés. Cette espèce est menacée à l’échelle régionale.

Stellaria holostea, Stellaire holostée,

Écologie    : talus, haies et bois, chênaie à charme (Carpinion) thermophile,

                     ne dépasse pas1600 m.

Répartition : dans presque toute la France ; rare dans la région méditerranéenne.

Floraison    : Avril-juin.

Stellaria holostea, Stellaire holostée,
Stellaria holostea, Stellaire holostée,

                                                                                               Christianne

Photos Nicole, Christianne, André.

Lire la suite

Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

12 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Doronic tue-panthère, Doronic panthère, Doronic à feuilles cordées, Doronic à feuilles en cœur.

Pourquoi  pardalianches ??

C'est un terme que Pline l'Ancien emploie au sujet de l'aconit dans le livre VIII de son Histoire naturelle traitant de La nature des animaux terrestres :

Les barbares vont à la chasse des panthères avec de la viande frottée d'aconit, c'est un poison : la panthère, dès qu'elle en a mangé, est prise d'étranglement. Aussi quelques-uns appellent-ils cette herbe "pardalianches" soit mort aux panthères.

Linné pensait-il à autre chose le jour où il a nommé ce doronic qui ne semble pas toxique à ce point et qui, pour Littré (1801-1881), jouissait des mêmes propriétés que l'arnica et était cultivé pour cette raison ?

Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

Voyons la belle tueuse de panthère !

C’est une plante vivace, à souche horizontale tuberculeuse, velue,

-Sa tige de 35-80 cm dressée est simple, quelquefois bifurquée, glabrescente, ciliée-glanduleuse au sommet, peu feuillée.

Mais ce qui rend ce Doronic singulier, ce sont ses feuilles :

Elles sont glabres, entières, sinuées ou grossièrement dentées, mais surtout...............

  • Les supérieures, sous les pédoncules floraux, sont en forme de cœur et embrassent la tige
Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum
  • les caulinaires souvent rétrécies en pétiole ailé à oreillettes entières ou dentées
Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum
  • les radicales ovales, obtuses, pétiolées, à limbe superficiellement échancré ou faiblement cordé à la base,
Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum
Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

Voici les feuilles :

 

Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

- involucre à folioles linéaires, subulées (qui se termine insensiblement en pointe très aiguë), ciliées.

Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

- réceptacle poilu

- capitules 2-7 grands, solitaires

- fleurs jaunes

- akènes de la circonférence glabres, ceux du centre velus.
 

Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum
Doronicum pardalianches L. ou Doronicum emarginatum

Écologie : Bois, rochers ombragés, sous-bois mésothermophiles.

Répartition : surtout l’est de la France, les Alpes, le massif Central et les Pyrénées. Sud-ouest européen..

Floraison : Avril-juin.

 

Bénéficie d’un statut protection en Poitou-Charentes, Limousin, Alsace-Lorraine, Aquitaine.

                                                                                               Christianne

 

Photos Nicole et Christianne et empruntées à INTERNET.

NB : pour ceux qui connaissent ce jeux, c'est la fiche Qui-suis-je? n° 20

Lire la suite

Véronique germandrée...

11 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

-  Veronica teucrium,  Véronique germandrée

« Une quarantaine de véroniques vivent sur le territoire français. Toutes sont caractérisées par quatre pétales, le pétale inférieur un peu plus petit que les autres, et deux étamines saillantes.
Le prénom Véronique signifie « image vraie » (vera icona) ou encore visage. La légende de Sainte Véronique en est vraisemblablement à l’origine. Lors de la montée au calvaire, une jeune femme portant ce prénom aurait essuyé le visage du Christ avec son voile. Son visage serait resté imprimé sur ce linge. »

A la découverte des fleurs des Alpes, édité par le parc des Ecrins, édition LIBRIS

 Véronique germandrée...

Les véroniques ont changé de famille en 2009 depuis la mise à jour APG III, autrefois scrophulariacées, elles sont maintenant plantaginacées.

APG :  Angiosperms Phylogeny Group.

 

Voir article « nomenclature en botanique » du 21 avril 2014

Cette classification repose sur la comparaison de séquences d'ADN et est de plus en plus utilisée. Elle a fait l'objet de deux mises à jour (APG II en 2003 et APG III en 2009). Basée sur la phylogénie, elle est cependant plus complexe et conduit parfois à des regroupements différents des classifications précédentes (par exemple, le genre Veronica appartient aux Plantaginaceae dans la classification APG et aux Scrophulariaceae dans celle de Cronquist,...).

Plante vivace de 10-40 cm, pubescente-grisâtre, à souche subligneuse

-  tiges couchées-ascendantes, à poils crépus.

- feuilles opposées, sessiles, ovales- lancéolées, un peu velues, fortement dentées, 2-6 cm.

 Véronique germandrée...
 Véronique germandrée...

- calice poilu, à 5 lobes très inégaux

- fleurs en grappes axillaires, opposées, assez serrées, multiflores (20-50 fleurs)

 Véronique germandrée...

- corolle bleue, 9-17 mm de diamètre, à lobes inférieurs aigus

 

 Véronique germandrée...
 Véronique germandrée...

Écologie : pelouse et ourlet maigre xérothermophile (Geranion sanguinei) basophile.

Répartition : est et centre de la France, Alpes et Massif Central.  Europe centrale et méridionale

Floraison : Mai-juillet.

 Véronique germandrée...

                                                                                          Christianne

Photos Monique, Nicole et Jacques

Lire la suite

Le houx,

5 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Ilex aquifolium

 

Pour les fêtes de fin d’années, trois plantes embellissent régulièrement les maisons, en bouquets, en guirlandes ou en couronnes tressées : le sapin, le gui et le houx. Sur ce blog, vous trouverez des articles sur les deux premiers, voici quelques mots sur le houx.

Le houx (Ilex aquifolium) est un arbuste, parfois un petit arbre, à feuillage persistant de la famille des Aquifoliacées, couramment cultivé pour son aspect ornemental, notamment grâce à ses fruits rouge vif. C'est l'une des très nombreuses espèces du genre Ilex et la seule qui pousse spontanément en Europe, jusqu'à 1500 m d'altitude.

Le houx,

Leurs feuillages persistants ont fait du gui et du houx, depuis des siècles des symboles d’immortalité et d’espérance.

Le houx commun a de belles feuilles alternes, coriaces, persistantes, vert foncé brillant, munies d’épines acérées. A noter, plus le houx est âgé, moins ses feuilles sont piquantes, plus les branches sont hautes, moins les feuilles ont d'épines.

Les fleurs sont blanches, à 4 pétales.

Le houx,
Le houx,

Seuls les houx femelles possèdent de beaux fruits d’un rouge éclatant. Le houx est …. dioïque (mais pas toujours) ! les fruits sont des drupes, persistantes le plus souvent, à quatre noyaux.

Le houx,
Le houx,

Protégé en France, si un arrêté préfectoral existe. Contactez votre préfecture pour savoir si un tel arrêté existe

Le houx,

J’ai trouvé sur Internet un florilège de légendes, choisissez celle qui vous plait le mieux :

 

Selon la légende, pour échapper à Hérode qui en voulait à la vie de Jésus, la Sainte Famille fut obligé de fuir en Égypte. Plusieurs miracles lui ont permis de progresser sans danger.

On raconte que l'un de ces miracles eut lieu grâce à des branches de houx. En effet, alors que les soldats d'Hérode étaient sur le point de les trouver, le houx étendit ses branches afin de les cacher.

Marie, très reconnaissante, l'aurait béni en annonçant que le houx resterait vert, symbole d'immortalité

Le houx,
Le houx,

Les Romains célébraient les Saturnales à la fin du calendrier romain c'est à dire au mois de décembre.
En l'honneur de Saturne, dieu des semailles et de la culture de la vigne, ces festivités coïncidaient avec la fin des activités agricoles et le solstice d'hiver. Il était alors de coutume d'envoyer à ses amis des présents garnis de houx.
Voilà d'où nous viendrait, estiment les historiens, la coutume du houx au temps des fêtes, en signe de bienveillance

Le houx,

Les druides, prêtres celtes et gaulois, considéraient le houx comme un symbole sacré. Ils croyaient que le soleil ne quittait jamais les plants de houx. En décorant les habitations de branches de houx, les esprits de la forêt pouvaient y trouver refuge pendant les rigueurs de l'hiver

Le houx,

Mais connaissez-vous le « petit houx » ???

Il s’agit du fragon, Ruscus aculeatus L. C’est une espèce d'arbustes dioïques de la famille des Asparagacées  poussant dans l'aire méditerranéenne-atlantique. Mais on en trouve tout de même en Savoie ou en Haute Savoie, dans les lieux chauds et secs. En fait sa  seule ressemblance avec le Houx est sa « feuille » piquante terminée par une épine.

Le houx,
Le houx,

Cette « feuille » est en réalité un rameau aplati ou cladode, puisqu'il porte, à maturité, des fleurs puis des fruits.

Le houx,
Le houx,
Le houx,

Pour en savoir plus, consultez ces sites.....

                                                                                          Christianne

Lire la suite

en route pour 2015..................

1 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

 

A vous amis connus ou inconnus, qui partagez ces pages et aimez la nature

le groupe Nature de Gruffy vous présentent ses meilleurs vœux de

 

Bonne et Heureuse année 2015.

 

Ils espèrent vous retrouver nombreux sur ce blog

mais aussi à travers bois et prairies

 pour de nouvelles rencontres,

comme celles-ci....

en route pour 2015..................
en route pour 2015..................
en route pour 2015..................
en route pour 2015..................
Lire la suite