Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Le Chéran III

25 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Activités humaines autour du Chéran :


Comme toute rivière, le Chéran a été, dans le passé, une force motrice au service de l’homme ! À côté des activités pastorales s’est développé tout un réseau de petites industries avec ses moulins et ses martinets, nécessitant la proximité de l’eau :

  •  Scieries, fabrication de ‘l’argenterie des Bauges’
  •  Clouterie à partir des filons de fer (le Châtelard et le Noyer)
  • Moulins, dont le moulin Janin, sur la rive de Cusy reste un exemple

P9130043 [1024x768]

 

 

 

Mais, peu commun, le Chéran charrie de l’or et fait partie des 4 rivières aurifères de Hte Savoie : Rhône, Arve, Fier et Chéran. (L’or des rivières ou or alluvionnaire, provient de la désintégration d’anciens filons détritiques).

P9130039 [1024x768]

 

Selon Pline l’Ancien (déjà !) «L’or du Chéran est le plus pur des Gaules ! »

Jusqu’au XVIII° siècle les orpailleurs ont trouvé dans le lit du Chéran des paillettes d’or. Hélas, pas de mines d’or : la ruée vers l’or, sous l’impulsion de celle des USA en 1848, fut totalement infructueuse.

Si l’on consulte "orpaillage" dans l’encyclopédie des Alpes (opus cité), on vous renvoie à l’article "Chéran" :

«Il (le Chéran) a longtemps été fréquenté par les orpailleurs surtout au niveau d’Alby-s-Chéran et d’Allèves. Cette dernière commune a gardé la trace de baux d’orpaillage passés au 18°siècle, qui démontrent qu’il était fréquent de trouver des paillettes d’or dans le sable de la rivière. Le musée d’Annecy possède une pépite de près de 50 gr trouvée en 1863 par Joseph Domenge d’Alby-sur-Chéran. » 

 

L’histoire locale raconte que ’ la Biolla’ –alias J. Domenge-, pauvre hère, resta bien pauvre malgré sa trouvaille (43,5 gr/ de 23,5 carats (presque de l’or pur !) qui fut vendue 141,90FF et dont le musée garde un moulage en plâtre ! (Henri Travers)


"L’on est orpailleur comme on est chiffonnier ou marchand de peaux de lapin".

orpailleur

 

Orpailleur...californien


La méthode reste la même et, même si les instruments se sont modernisés, il faut toujours une bâtée, voire une table ou rampe de lavage ou sluice, et un bon coup de main ! Le principe pour séparer l’or des alluvions est d’utiliser la gravité,  grâce à un mouvement giratoire : la densité de l’or alluvionnaire (16 à 19 selon la teneur des autres métaux) fait que la paillette d’or reste au fond de la bâtée alors que le sable (densité 2) est éliminé.

 

batée


Quelques pépites!

pepites

 

 

L’or peut aussi se trouver dans des marmites – infractuosités rocheuses au fond du lit de la rivière-  mais le courant ne doit pas être trop violent : bien difficile de devenir riche, mais c’est une activité de plein air...

 


« L’or électricité » à Alby-s-Chéran.

En 1888, M. Mugnier, scieur à la Maladière (et donc utilisant déjà la force du Chéran) eut l’idée de creuser un canal de dérivation sur la rive droite du Chéran et de faire fonctionner une dynamo, qui ainsi fournit l’éclairage électrique au bourg et au Pont-neuf (tiré du site Internet de la Communauté des communes d’Alby).


 

P9130047 [1024x768]

A suivre........

                                                              Jean

photos de Jean et "empruntées" à Internet.

 

 


Lire la suite

Encore lui, l'arbre aux mouchoirs!

18 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

A ma chère Yvette, que cet arbre étonnait tellement !

 

C'est notre vieil ami "Davidia involucra", de la famille des Nyssacées et il est en fleur

  Arbre mouchoirs 08

Il fleurit au printemps (mai-début juin selon climat) uniquement sur les rameaux de l'année.

 

Arbre mouchoirs 02

 

Ils portent de petites inflorescences globuleuses formé de nombreux éléments mâles, les étamines et un seul élément bisexué.

 

Etamines blanches ou "beurre", anthères d'un rouge pourpré.


Arbre mouchoirs 03

 

Les bractées sont d'un blanc pur à blanc-ivoire, elles ont tendance à verdir en vieillissant.


Arbre mouchoirs 14

Au bout d'un long pédoncule, une drupe (3 à 5cm) striée, charnue comestible, ovoïde d'un vert pruineux virant au rose pourpré puis ocre jaune à maturité (fin de l'automne) demeurant en place une bonne partie de l'hiver. Les drupes se consomment blettes. Nous en avons trouvé une au pied de l'arbre, rue Guillaume Fichet à Annecy.


IMGP1208--1024x768-.JPG
 
                            Allez le voir.........................................

                                                                Christianne.

 

 

Photos André et Nicole, d'autres photos dans l'album "2012, arbre aux mouchoirs".

 

Lire la suite

Le Chéran II

11 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Géologie :


Le Chéran s’est trouvé au cœur des phénomènes géologiques alpins. D’où l'inscription aux Géoparks et sa quarantaine de sites géologiques à visiter dans le monde.

P9130036 [1024x768]

 


Le débit du Chéran ne suffit pas pour expliquer, dans son lit, la présence de blocs de granite, ophiolite, grès parmi les galets de calcaire urgonien et autres.

 

P9130040 [1024x768]



En fait, le cœur des Bauges a été traversé par les flux glaciaires (l'épaisseur des glaciers atteignait parfois 1200m) : au quaternaire- glaciation de Würms- le glacier de l’Isère passe par les cols du Frêne et de Leschaux et vient :


  • concasser les roches cristallines et les filons aurifères apparues lors de l’orogenèse alpine (naissance des hautes montagnes alpines –tel le massif du Mont Blanc- quand les plaques eurasienne et africaine se sont chevauchées)

P9130041 [1024x768]-copie-1

 

  • transporter les débris ainsi obtenus (les glaciers –du Rhône ou de l’Isère- sont très forts pour transporter tous les éléments détritiques, de la paillette d’or, de la pépite à un gros bloc "erratique" (voir la place du Caillou à Lyon)  sur de grandes distances. De l’or dans le Chéran ? Eh, oui, mais pas au-dessus de la Charniaz !! 

On en parle plus loin...


Le gros Caillou, à la croix Roussele gros caillou

 

                                                     

                                         article et photos de Jean

 

à suivre..................

Voir aussi sur le site du PRN des Bauges, l'article sur le Geopark

 


 

 

Lire la suite

L'ornithogale penché

5 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Belle découverte lundi 2 avril que nous fit faire Sylvie, dans un virage, sur une petite route au dessus du Lac du Bourget !

Pour ceux qui n'ont pu venir et pour ceux qui étaient là et qui voudraient admirer encore notre trouvaille.

Orni03w

L’ornithogale penché, Ornithogalum nutans, pour nos amis outre-manche, Drooping Star-of-Bethlehem

 

Orni01w


Le genre ORNITHOGALUM compte environ 100 espèces, c’est un genre complexe :

 
IMGP0838 ornithogalum nutans-copie-1  

Le plus souvent vivace hermaphrodite, à bulbes

  • Feuilles toutes radicales allongées ou effilées
  • Inflorescence en grappe cylindrique ou ombelliforme
  • Fleurs blanches ou jaune clair
  • 6 étamines, style court en colonne
  • Fruit en capsule globuleuse

L’ornithogale penché est protégé, il figure dans la liste Rhône-Alpes, du 4 décembre 1990 qui compléte la liste nationale.

 

ornithogalum nutans 2


  • Plante vivace de 30-60 cm. glabre, à bulbe ovale,
  • feuilles molles, largement linéaires, égalant ou dépassant la tige épaisse,
  •  fleurs grandes, blanches en dedans, verdâtres bordées de blanc en dehors, dressées puis penchées d'un même cöté, en grappe spiciforme unilatérale,
  • pédicelles égaux, à la fin réfléchis, courts (1 cm.), longuement dépassés par les bractées ovales-lancéolées,
  •  périanthe long de 25-30 mm. à divisions oblongues-lancéolées ; filets de moitié plus courts que le périanthe, terminés par 2 longues pointes entre lesquelles est placée l'anthère,
  • capsule ovoïde, à 6 sillons.

IMGP0840 ornithogalum nutans-copie-1

Elle figure dans la liste des plantes messicoles (au sens large) en situation précaire (56 taxons)

 

"Messicole" : les messicoles sont des plantes annuelles à germination préférentiellement hivernales habitant dans les moissons (Phillippe JAUZEIN dans le Monde des plantes (1997, n°458, pp. 19 à 23).

 

ornithogalum nutans 1


L’ornithogale est une plante de l'étage collinéen, s'installant dans les prairies grasses, vergers, mais elle est plutôt commensale des vignes. Sa présence signe une culture ancienne de vignobles. Il est localisé, peu commun en Savoie et Haute Savoie et en danger d'extinction en raison des menaces pesant sur son milieu de vie. On le trouve çà et là en France, dans l'Est, le Sud-Est, le Centre, la Seine-Inférieure. Au-delà, en Europe, surtout centrale.

 

                                                                                    Christianne, avec l'aide de Sylvie

Photos André, Jacques et Christianne

Lire la suite