Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Les brassicacées

28 Novembre 2013 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

img001

 

 

Dans sa deuxième lettre, Jean Jacques ROUSSEAU a présenté à sa chère cousine, les principaux caractères, des crucifères que nous appelons actuellement les brassicacées. Peu d’éléments sont à rajouter à la description de cette famille de végétaux faite par JJR.

 

 

Le terme crucifères résultait de la forme de la fleur (en croix), le terme Brassicacées fait référence au genre le plus représentatif de la famille, soit le genre Brassica.

On retrouve au sein de ce genre les divers choux, Brassica oleracea, le colza Brassica napus, les navets, Brassica rapa et beaucoup d’autres ….

 

Ce sont des plantes herbacées annuelles ou vivaces. Cette famille est relativement homogéne et facilement identifiable.

 

 

  • La Feuille :

Feuilles alternes, le plus souvent simples.

 

Feuilles de Lunaria rediviva, lunaire vivace :

 

k lunaria annua 3

 

  • Inflorescence : en grappe ou en corymbe.

 

 

alaria-petiolata-01-copie-1.JPG

 

  • La fleur  souvent blanche ou jaune,

Calice  composé de 4 sépales libres.       

Corolle composée de 4 pétales libres, en croix, alternes avec les sépales ; chaque pétale possède un ongle étroit  

 

Onglets fins de deux pétales jaunes :

 

onglet.jpg                                                                                                                                                                      

Androcée 6 étamines, 4 longues, internes et 2 courtes, externes ; à de rares exceptions, on peut constater l’avortement de 2 étamines.

   

Sur la photo précédente, on voit bien les 6 étamines.                                                                                                      

 

Gynécée ovaire supère comportant 2 carpelles soudés séparés par une fausse cloison. 

 

  • Fruits

Fruits secs déhiscents, siliques ou silicules, s'ouvrant généralement par deux valves.

 

Les siliques sont des fruits qui sont quatre fois plus longs que larges.

Les silicules sont aussi larges que long donc beaucoup plus courts que les siliques.

 

Diverses siliques et silicules:

 

Sans-titre-copie-1.jpg

 

 

Silicules de Alysoides utriculata, alysson renflé :

 

 alysoides utriculata 01

 

 

 

 

 

Actuellement, la distinction entre silique et silicule n’a aucun intérêt dans la classification des brassicacées mais est très importante pour l’identification des plantes de cette famille.  

 

                                                                   JOANNY

 

PS : Une silicule fit la fortune des marchands de draps au moyen-âge, c'est celle d'Isatis tintoria, le pastel des teinturiers. Pour connaitre l'histoire d'Isatis, relisez l'article "le jardin de l'abbaye de Valloires", publié en mai 2011.

Isatis-tinctoria-03.JPG

 

 

 

 

                                                                                        

Lire la suite

Merci de votre patience

9 Novembre 2013 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Merci de votre patience

En Août, j'ai adopté la nouvelle version proposée par notre hébergeur « Over-blog », rude épreuve car toute la présentation et l'organisation de notre blog a changé. Je ne m’y retrouvais plus !

 

 

Quelques "bugs" de l’hébergeur plus tard et beaucoup de tâtonnements de ma part ensuite,me voilà plus à l'aise et il me semble être presque au point !

Merci de votre patience et merci de continuer à nous lire.

Nos amis Jean, Joanny et les autres nous font de superbes articles bien documentés et pleins d’humour. Nos photographes déploient tous leurs talents, nos botanistes grâce à nos intervenants, Sylvie en particulier, progressent de mois en mois.

Merci de nous rester fidèles.

                                                                                     Christianne

Merci de votre patience
Lire la suite

QUINOA, 2013 son année internationale II

4 Novembre 2013 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

QUINOA, 2013 son année internationale II

« UN AVENIR semé IL Y A DES MILLÉNAIRES »

« une reconnaissance des peuples andins qui ont préservé le quinoa
en tant que nourriture pour les générations présentes et futures,
grâce à leurs savoirs et pratiques traditionnelles
qui les font vivre en harmonie avec la Nature ».

voir Site officiel de la FAO

 La conférence du FAO, Juin 2011, et le Résolution 66/221 de l’ONU, déc. 2011 – session 66 – apportèrent leur soutien et mirent en avant

 

  • ses qualités nutritionnelles exceptionnelles,
  • son adaptabilité à des conditions de culture très diverses, voire extrêmes,
  • son grand potentiel pour lutter contre la faim et la malnutrition dans le monde.
Femme dans un champs de Quinoa, (photo de Colette et Alain).

Femme dans un champs de Quinoa, (photo de Colette et Alain).

Il existe maintenant une bonne dizaine de variétés -ou cultivars-, différentes du  « Quinoa Real » poussant autour du désert de sel  d’UYUNI[1] et pour lequel l’Association Nationale des Producteurs de Quinoa (ANAPQUI) réclame l’obtention d’une appellation d’origine. Depuis le début la domestication, les peuples andins n’ont pas cessé de sélectionner les génotypes en fonction de l’utilisation et de l’environnement (conditions climatiques aussi) :

 

--le Chullpi pour les soupes,

--le Passankalla  à griller,

--le  Coytos pour la farine,

--le Reales  pour la pissara,

--l’ Utusaya pour sa résistance à la salinité,

--le Wtulas  et l’Achachinos  pour leur résistance au froid,

--le Kcancollas   pour sa résistance   à la sécheresse,

--le Quellos  (ou grain jaune) pour son rendement élevé,

--le Chewecas pour sa résistance à l’humidité  excessive,

--l’Ayaras pour sa valeur nutritionnelle (acides aminés et protéines)

--le Ratuquis  pour sa précocité

 

[1] Salar de UYUNI : grande lagune de Colombie S.O. de Potosi, Salinas (3658m alt.) : le plus vaste désert de sel au monde ! Fait partie du triangle du ‘lithium’ avec le Salar d’Atacama (Chili) et le Salar del Hombre Muerto (Argentine)

Femme recoltant le Quinoa (internet)

Femme recoltant le Quinoa (internet)

QUINOA, 2013 son année internationale II

La Première Dame du Pérou, Mme Nadine Héredia Alarcon de Humala,

La Première Dame du Pérou, Mme Nadine Héredia Alarcon de Humala, Ambassadrice spéciale de la FAO pour l’Année Internationale du Quinoa, a fait valoir combien le quinoa constitue « une solution viable et efficace pour la lutte contre la faim et la malnutrition » et a tenu à rappeler le « rôle fondamental des femmes  agricultrices dans la production du quinoa » !

 

Or ceci n’est plus tout à fait vrai : si dans une agriculture de subsistance les femmes s’occupaient de petits lopins – escarpés le plus souvent-, produisaient la quantité suffisante au ménage et procédaient aux tâches pénibles de nettoyage de la graine (se débarrasser de l’enveloppe contenant la saponine), cela n’est plus possible pour les quantités astronomiques exportées par la Bolivie, le numéro 1 de l’exportation avec 26.000 tonnes en 2012, suivie de près par le Pérou.

Cultures au Pérou (photo de Colette et Alain)

Cultures au Pérou (photo de Colette et Alain)

L’envol du cours du quinoa qui a triplé sur ces 6 dernières années – dans les années 1970 le quintal se vendait 40 pesos (soit environ 3.8€) contre plus de 800 pesos maintenant– a transformé les petits paysans andins en ‘’agro businessmen’’ changeant la taille des surfaces cultivées en quinoa et les techniques de culture. Les prés réservés pour l’élevage (lamas) sont devenus champs de quinoa, soit plus de 104.000 ha en 2012, le double de 2005 !

 

Avec l’extension des surfaces est venue la mécanisation, avec ses tracteurs et sa charrue à disques. Finies les petites parcelles cultivées à la main ainsi que la mise en jachère qui est un frein à la production rapide et aux rentrées d’argent ! Réduit à la portion congrue, l’engrais naturel qu’était le fumier ! La monoculture du quinoa s’est faite aux dépens de l’élevage du lama et de la culture d’autres plantes vivrières.

 

Les rendements faibles à l’hectare ne sont pas -encore-  imputables à l’épuisement du sol : les mauvaises conditions climatiques et un mauvais semis en sont sans doute la cause. Mais l’Etat Bolivien cherche à limiter l’emploi de produits chimiques et l’usage des tracteurs.

Au bord du lac TITICACA (photo de Catherine)

Au bord du lac TITICACA (photo de Catherine)

L’ANAPQUI recommande la reprise de la mise en jachère, et selon elle, une bonne fumure (celle des lamas ?) permettra de produire jusqu’à 30 quintaux / ha au lieu des 10 quintaux/ ha actuels.

La culture du quinoa est passée des mains des femmes à celles des hommes... avec tous les risques inhérents et pour l’environnement et pour les régimes financiers des agriculteurs. Des aides financières européennes et américaines viennent faciliter l’exportation du quinoa....

Homme recoltant le Quinoa (photo de Colette et Alain)

Homme recoltant le Quinoa (photo de Colette et Alain)

Etre paysans dans ces conditions peut rapporter gros !

Leurs revenus ont fortement augmenté dans ces pays réputés parmi les plus pauvres de l’hémisphère sud. D’aucuns ont pu faire construire une maison en ville, afin que les enfants puissent aller étudier et s’instruire. L’exode rural a été freiné, voire inversé çà et là ; les pauvres, ayant fui en ville dans l’espoir d’un mieux-être et se retrouvant dans les bidonvilles, ont tenté  -pour certains-  un retour au pays, créant par la même des tensions sociales au sein des villages.

 

Or un paradoxe bien embarrassant se présente : si les paysans ont gagné en amélioration de niveau de vie, bien des gens pauvres ne peuvent plus acheter de quinoa, car trop cher !

Quinoa cru et cuitQuinoa cru et cuit

Quinoa cru et cuit

Paradoxalement le taux d’enfants souffrant de malnutrition chronique est monté dans les zones de culture du quinoa, même dans les coins reculés (exemple : Salinas de Garci, Mendoza, communauté sur les bords des plateaux salés au sud de la Bolivie).

« J’adore le quinoa, mais je ne peux plus en acheter maintenant », dit un marchand ambulant dans un bidonville sur les hauteurs de la capitale, La Paz (Bolivie).

La consommation bolivienne de cet aliment de base a baissé de 34% dans les 5 dernières années, selon le Ministre de l’Agriculture, et moins de boliviens tirent profit des bienfaits nutritionnels du quinoa.

Péruvienne (photo de Catherine)

Péruvienne (photo de Catherine)

Les organismes officiels et les nutritionnistes boliviens se hâtent de trouver des solutions .... A cela s’ajoutent des changements dans les habitudes alimentaires  qui font préférer, parmi les jeunes générations, les produits pré-cuisinés industriels, le pain blanc à la farine grillé de quinoa, et horreur suprême, le coca-cola à la boisson traditionnelle à base d’eau, de sucre et de farine grillée de quinoa !

Le riz a remplacé le quinoa dans la consommation quotidienne, car devenu de prix plus abordable que le quinoa. Mais le monde sera –peut-être- sauvé de malnutrition grâce au quinoa, ce qui vaut bien le sacrifice de quelques milliers d’andins...

Culture au Pérou (photo de Catherine).

Culture au Pérou (photo de Catherine).

De voir les Andins se détourner du quinoa, dans le berceau même de sa naissance et de sa culture, inquiète (sic !) certains des grands importateurs américains.

 

 

« C’est quelque peu décourageant de voir cela, mais cela fait partie de la vie et des affaires », dit David Schnorr, Président de la Société (import) Quinoa, L.A, une des plus grandes sociétés importatrices de quinoa américaines, travaillant avec les producteurs boliviens depuis les années 1980. En fait il s’inquiète plus de la montée des prix, aux USA même: « à 5$ la boite, tout le monde ne peut pas se le payer » !

En Bolivie, le kilo de quinoa, au supermarché, coûte 4 fois plus cher qu’un kilo de riz, ou un kilo de nouilles, moins bien nourrissantes.

Le Président Morales prévoyait en 2011 un programme de prêts de 10 millions de dollars pour que les producteurs fassent ‘’du quinoa bio ‘’, mais les autorités sanitaires prévoient d’inclure du quinoa dans les colis alimentaires pour femmes enceintes et allaitantes. Enfin, le quinoa sera servi au petit déjeuner des écoles et des armées !

Oh ironie, bien des siècles auparavant, les Incas, déjà, faisaient du quinoa à leurs soldats........

 

                                                  JEAN

 

 

 

Zones Quinoa en Amérique du Sud (Internet 2013)

Zones Quinoa en Amérique du Sud (Internet 2013)

Sources :

  • Site officiel de l’Année International du Quinoa / Wikipedia / Site de la NASA et  Quinoa
  • Article dans le Monde du 13.03.2013 par Chrystelle Barbier
  • Article dans le New York Times du 19.03.2011 par Simon Romero et Sara Shahriari

WEB :


 

Femmes au bord du lac TITICACA
Femmes au bord du lac TITICACA

Femmes au bord du lac TITICACA

Lire la suite