Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Scrophularia auriculata

21 Octobre 2014 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Sortie en Avril 2014 à Serrières en Chautagne, petit village de Savoie, entouré de forêt et de montagnes, en particulier le Gros Foug et le Grand Colombier. La Chautagne est baignée par les eaux du lac du Bourget et du Haut-Rhône et propose une grande diversité de paysages et de terroirs. La Chautagne est bien ensoleillée.

Voici notre deuxième découverte de l’année, Scrophularia auriculata, scrophulaire à oreillettes, scrophulariacées.

Au printemps nous n’avons trouvé que les feuilles, mais nous avons pu la rencontrer fleurie, plus tard dans la saison, en juin et juillet.

Elle pousse dans les tourbières, les zones humides et les rives des ruisseaux, sur presque tout le territoire français, on la rencontre aux étages collinéen et montagnard.

- De 60 à 120 cm, avec une tige à quatre angles nettement ailés

Scrophularia auriculata
Scrophularia auriculata

- feuilles opposées, ovale à oblongues, en cœur à la base dont le pétiole peut être muni de 2 oreillettes ovales, séparées du limbe.

Scrophularia auriculata

- fleurs en panicule terminale non feuillé, 

Scrophularia auriculata
Scrophularia auriculata

chaque fleur a une corolle brunâtre, à tube ventru et limbe bilabié. 

Scrophularia auriculata
Scrophularia auriculata

Les fleurs des scrophulaires sont munies d’une écaille nectarifère, le staminode, spécifique de chaque espèce de scrophulaire. 

Celui de Scrophularia auriculata est suborbiculaire en rein, non échancré.

Voici un staminode !

Voici un staminode !

Son fruit est une capsule subglobuleuse.

 

A suivre.....

                                                                   

                                                                            Christianne 

Scrophularia auriculata
Lire la suite

L'Hermione

10 Octobre 2014 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Retour vers l'Hermione, l'aventure contunue, elle part pour

l'Amérique, à suivre sur son blog...............

 

Rochefort, 7 septembre 2014, l’Hermione prend le large, j’y étais !!

Rien à voir avec la botanique, mais une fois n’est pas coutume.......

 

L’Hermione est un navire de guerre français en service de 1779 à 1793. C'était une frégate de 12 (en référence au calibre de ses canons), portant 34 canons. Elle faisait partie des frégates de la classe Concorde, construites à partir de 1777 à l'arsenal de Rochefort.

 

Elle est connue pour avoir conduit le marquis de La Fayette aux États-Unis en 1780, lui permettant de rejoindre les insurgés américains en lutte pour leur indépendance.

L’Hermione est mise en chantier en 1778 à l'arsenal de Rochefort La frégate est lancée en 1779, soit six mois après sa mise sur cale et est totalement achevée en à peine onze mois. Entre mai et décembre, le navire est testé avec succès dans le golfe de Gascogne sous le commandement du jeune lieutenant de vaisseau Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville (futur vice-amiral et commandant en chef de la marine de Napoléon).

La Fayette embarque du port de Pauillac (Gironde, un monument commémore son départ) sur la frégate en mars 1780 et après trente-huit jours de navigation, débarque à Boston pour annoncer l'envoi de renforts français au général Washington.

wikipedia

En 1997, l’Association Hermione-Lafayette se lance dans la reconstruction de la frégate, la plus fidèle possible. 

En Juillet 2012, a lieu la mise à flot de la coque, « l’Hermione dévoile ses formes ».

 

Longueur : 44.20 m

Largeur : 11.55 m

Grand mât : 54 m

L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione

Le chantier continue, il faut maintenant monter les mâts et les gréements, les aménagements intérieurs etc…de nombreux artisans travaillent sur ce chantier.

En 2014, elle est prête

 

L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione

C'est le grand jour pour la réplique de l'Hermione, frégate du jeune La Fayette. Au terme d'un chantier titanesque de dix-sept années, le trois-mâts s'est élancé pour la première fois, dimanche 7 septembre.

"Sorti dans la nuit de sa cale de construction pour rejoindre le port de commerce de Rochefort (Charente-Maritime), le trois-mâts a pris la direction de l'île d'Aix, au large des côtes du département, dans la journée du dimanche 7 septembre.

Pour cette première navigation, la réplique était parée de ses gréements, mais sans la totalité de ses voiles ni de sa mâture, en partie démontée pour passer sous le viaduc de la Charente".

Sous le viaduc de la Charente, en route pour l'Atlantique 

L'Hermione

Avant de baigner dans les eaux de l'océan Atlantique, des dizaines de milliers de spectateurs massés sur les rives la saluaient lors de sa descente de la Charente, au moteur, accompagnée de 120 bateaux, dont une cinquantaine de vieux gréements. A son passage devant l'arsenal de Rochefort où elle a été construite, un coup de canon a été tiré et les matelots massés sur le pont lançaient des « hourras » sous les applaudissements d'une foule compacte.

Contrairement aux apparences, l'Hermione ne navigue pas dans les champs !

L'Hermione

ni les vieux gréements qui l'accompagnent...

L'Hermione

Mais dans l'Atlantique....

L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione
L'Hermione

Ce n'est pas encore le grand départ pour les Etats-Unis, prévu en avril 2015, sur les traces de Gilbert du Motier (1757-1834), marquis de La Fayette, qui avait traversé l'Atlantique en 38 jours. Avant cela, plusieurs semaines d'entraînement seront nécessaires au large de l'île d'Aix. Mais la sortie du trois-mâts au large de la Vendée est un premier aboutissement pour ce défi lancé en 1997 par quelques passionnés : reconstruire l'Hermione à l'identique, en faisant revivre l'arsenal et les métiers de l'époque.

Le soleil se couche à la Pointe de la Fumée, au loin, de droite à gauche lîle d'Aix, le Fort Enet et l'Hermione :

L'Hermione

Entre Fort Boyard et Fort Enet

L'Hermione
L'Hermione

Depuis Fouras..

Au centre, la lueur du phare à éclats de Chassiron, sur l'île d'Oléron.

L'Hermione
L'Hermione

« On nous a souvent dit que ça ne marcherait pas. Mais on a toujours dit qu'on allait traverser l'Atlantique et on va le faire », s'est enthousiasmé Benedict Donnelly, président de l'Association Hermione-Lafayette, qui compte aujourd'hui 8 000 adhérents.

Suivez les aventures de l'Hermione sur son blog dont voici l'adresse

Lire la suite

Nos découvertes 2014, aujourd'hui la drave de printemps.....

3 Octobre 2014 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

L’automne est là et nos balades du lundi vont sans doute s’arrêter bientôt. L’année 2014  (et Sylvie surtout !) nous a permis de découvrir, ou de redécouvrir, de nombreux taxons. Je me propose de vous faire partager notre enthousiasme par de petits articles et quelques photos.

 

Au printemps, l’impatience nous gagne, un petit tour dans Gruffy et voilà Erophylla verna ou Draba verna, la drave de printemps.

Modeste et très fréquente, elle annonce le renouveau, on la trouve le long des chemins ou près des vieux murs dès le mois de mars.

Nos découvertes 2014, aujourd'hui la drave de printemps.....

Plante annuelle, plus ou moins poilue, de 3-15 cm.

- Feuilles toutes en rosette radicale, lancéolées-spatulées ou linéaires, non rigides

- Fleurs blanches, petites

- Grappe, fructifère courte et lâche, à pédicelles étalés-dressés

- Silicules arrondies, ovales ou oblongues, glabres

Lieux secs et sablonneux, dans toute la France et l’Europe.

 

 

Nos découvertes 2014, aujourd'hui la drave de printemps.....

 

 

Deux sous-espèces que l’on détermine en examinant les poils situés sur les feuilles à la loupe :

 

à Poils simples 

Nos découvertes 2014, aujourd'hui la drave de printemps.....

à Poils bifurqués ou étoilés

Nos découvertes 2014, aujourd'hui la drave de printemps.....

à suivre...

Christianne et Joanny

Lire la suite