Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Aubépines

26 Janvier 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Joanny a dédié le poème que vous avez découvert la semaine dernière "à tous les lecteurs de ce blog, en particulier à Christianne (ça doit être moi !) qui assure la mise en page des articles, mais aussi à ses amis du Groupe Nature de Gruffy qui le supportent et qui l’honorent de leur précieuse amitié ». 

  
Merci à toi Joanny et merci à vous, amis lecteurs

et maintenant ……

 

Crategus laevigata fleurs



Les Aubépines

Quelquefois nommées "cenellier" et leurs fruits “cenelles“, on les surnomme aussi « épine blanche". Le mot Crataegus vient du latin "crataegos"  mot lui même transcrit du grec "krataegos ou kratos" signifiant force (allusion à la dureté du bois).   


Les aubépines ne sont pas des essences forestières ; leur épanouissement demande des lieux secs et de pleine lumière. On les trouve donc en lisière de forêts jusqu’à 1600 m d’altitude, elles sont largement représentées dans les haies de notre région. Ce sont des arbrisseaux épineux de 2-4 m, exceptionnellement arbustes de 5-7 m, très buissonnants et denses.

Longévité 500 ans voir plus.


Mais pourquoi “aubépines“ au pluriel ?


De la famille des Rosacées, elles sont représentées par deux espèces, leur aspect est relativement semblable et en plus, elles s’hybrident très facilement, leur identification est donc souvent une affaire de spécialistes !

 
Crataegus monogyna, aubépine à un style

 

La plus commune et la plus répandue se nomme Crataegus monogyna, ses feuilles sont pennatifides* à 3-7 lobes dentées.


crataegus monogyna feuilles

 

 

Les fleurs disposées en corymbes multiflores à odeur agréable comportent cinq pétales blancs parfois rosés, les anthères des nombreuses étamines peuvent varier d’un rose tendre à un pourpre très soutenu.


Crataegus

Comme son nom “monogyna" l’indique, la fleur est à un seul style. Le fruit rouge appelé “Cenelle“ est une drupe** renfermant un seul noyau.


Crataegus monogyne 1

Crataegus laevigata, aubépine épineuse

 

La deuxième espèce, Crataegus laevigata, anciennement oxyacanthoides est très voisine de la précédente, elle se différencie principalement par la forme des feuilles.


 

Crataegus laevigata feuilles

 

Ses fleurs ont une odeur peu agréable voir même nauséabonde et possèdent deux ou trois styles. 


Crataegus laevigata 1

Ses cenelles renferment donc deux ou trois noyaux. 

 

Crataegus laevigata 2

  
Les fleurs des deux espèces sont très visitées par les abeilles qui récoltent à la fois nectar et pollen.


L’aubépine et l’histoire


Depuis l’Antiquité, l’aubépine symbolise l’innocence et la pureté virginale.
- Elle a été « adoptée » par les Gaulois car elle est l’un des 13 arbres sacrés des Druides.

- Elle a aussi été adoptée par les Chrétiens pour qui elle est sacrée, car le Christ aurait été couronné d’aubépine.
Au moyen âge, elle était liée aux pratiques de sorcellerie du mois de mai qui ont laissé « des traces » dans certaines régions. En effet on fixe, dans la nuit du 30 avril au 1er mai une branche d’aubépine à l’entrée des écuries et des étables afin d’empêcher les araignées (les sorcières) d’y pénétrer !   


Dans les écrits de Dioscoride (Médecin Grec auteur de “De Materia Medica“ 60 après JC) le sirop préparé à partir des cenelles est censé lutter contre les effets de la vieillesse. Les rois Francs se réservaient son usage.


Amis retraités, voyez ce qu’il nous reste à faire! 

 

Alors Crataegus.....?

Dessin aubépine

  ................................monogyna,

en effet, les feuilles sont très découpées, un seul noyau dans la drupe.                                 

Utilisations
On peut utiliser les bourgeons, non encore éclos, finement hachés et les incorporer dans les macédoines de légumes et dans les salades vertes. Ils ont un délicat goût de noisette.

L’aubépine est la plante du cœur par excellence, connue des médecins de la Grèce antique. En raison de ses feuilles en forme de cœur et de ses fruits rouges, on pensait qu’elle fortifiait le cœur. De nos jours, elle est, tant pour la médecine naturelle que pour la médecine officielle, un remède éprouvé contre les affections cardiovasculaires et les troubles du rythme cardiaque.


 

et là, Crataegus.......?

Dessin aub. laevigata

............. laevigata,


feuilles peu découpées, drupes à deux noyaux.


Au début du XXe siècle, on a commencé à étudier sérieusement ses propriétés thérapeutiques. Aujourd’hui, la plante connaît une grande vogue en Europe. Les feuilles et les fleurs sont appréciées pour leurs propriétés calmantes et apaisantes. L’aubépine est utilisée dans plusieurs centaines de médicaments différents.


Culture


Un arrêté de 1994 du Code Rural interdit le semis et la plantation d'espèces d'aubépines, seule la vente de variétés greffées est autorisée.
L'aubépine sert de porte-greffes au néflier et au poirier. Seuls les professionnels déclarés auprès du SRPV, Service de la Protection des Végétaux, et munis d'une autorisation spéciale, sont habilités à semer et élever les différentes espèces d'aubépine dans le seul but d'en faire des porte-greffes.
(C’est l’arrêté du 12/08/94, en application de l’article L251-8 du code rural, qui interdit la plantation et la multiplication de certains végétaux sensibles au feu bactérien).


                                               Joanny

*  pennatifide : feuille découpée dont les divisions n'atteignent pas la nervure centrale

 

** Les Drupes sont du type, fruits charnus à noyaux, comme les prunes, les cerises.... ne pas confondre avec les Baies qui sont des fruits charnus à pépins, comme le raisin.              

 

Photos de Nicole, Sylvie, Joanny, Christianne et empruntées à Internet.             

Lire la suite

L'Aubépine

18 Janvier 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Naubépine monogyne 1

 

Joli poème découvert par Joanny

 

 

   Simone, tes mains douces ont des égratignures,
   Tu pleures et moi je veux rire de l'aventure.

      L'Aubépine défend son cœur et ses épaules,
      Elle a promis sa chair à des baisers plus beaux.

   Elle a mis son grand voile de songe et de prière,
   Car elle communie avec toute la terre ;

      Elle communie avec le soleil du matin :
      Quand la ruche réveillée rêve de trèfle et de thym,

   Avec les oiseaux bleus, les abeilles et les mouches,
   Avec les gros bourdons qui sont tout en velours,

      Avec les scarabées, les guêpes, les frelons blonds,
      Avec les libellules, avec les papillons

   Et tout ce qui a des ailes, avec les pollens
   Qui dansent comme des pensées dans l'air et se promènent ;

      Elle communie avec le soleil de midi,
      Avec les nues, avec le vent, avec la pluie

   Et tout ce qui passe, avec le soleil du soir
   Rouge comme une rose et clair comme un miroir,

      Avec la lune qui rit et avec la rosée,
      Avec le Cygne, avec la Lyre, avec la Voie lactée ;

   Elle a le front si blanc et son âme est si pure
   Qu'elle s'adore elle-même en toute la nature.
                        

 

                     Rémy de Gourmond 

 

Bientôt vous saurez tout sur les aubépines, à suivre..........

Lire la suite

Erable de Montpellier

10 Janvier 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

et le petit dernier, l'érable de Montpellier,

                                   Acer monspessulanum


Arbuste de 6-8 m, rarement plus, à cime tourmentée et port souvent d’arbrisseau ; ramification dense. Il peut vivre jusqu'à 120 ans.
   

Arbre du pourtour méditerranéen, on peut le trouver en France jusqu'à la Vendée, à l'Ouest et jusque dans la vallée du cours de la Moselle, à l'Est.
C’est une espèce des collines et basses montagnes, exigeante en chaleur, très résistante à la sécheresse. Il préfère les sols neutres, souvent sur roche-mère calcaire.

L'écorce est gris jaunâtre

Les bourgeons opposés sont petits et allongés, bruns, écailles pubescentes.

Les feuilles sont caduques mais restent vertes et ne tombent qu’au début de l’hiver. Elles sont petites voir même souvent très petites (2-5 cm), à 3 lobes égaux nettement arrondies et sinus ouverts à 90°, glabres, coriaces, luisantes dessus ; pétiole assez long et fin.


Erable Montpellier feuilles

 

Les fleurs jaune verdâtre, en corymbes à l’extrémité du rameau, floraison avec ou avant la feuillaison ; bonne qualité mellifère.


fleur d'erable de Montpellier


Les Disamares pendantes à pédoncule fin, ailes rétrécies à la base, rétrécies jusqu’à être parallèles.

Erable de montpellier disamares

 


Le bois est homogène, jaune-roux, dur et nerveux. Trop petit pour avoir un intérêt technologique.

                                                           

                                                                   Joanny

 

Voilà, nous allons laisser les érables préparer leurs bourgeons pour le printemps 2012. Merci Joanny.

 
Petits rappels pour bien les reconnaître dans nos forêts


Les feuilles :

 

toutes les feuilles d'érables


Les disamares :


 

toutes les disamares  

 

Le port :

port de l'érable

 

 

A bientôt....................................

Lire la suite

Erable à feuilles d'obier et érable champêtre

4 Janvier 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

 

Joanny nous a permis de différencier les érables planes des érables sycomores, il nous reste maintenant à découvrir les trois autres érables que nous rencontrons dans nos forêts savoyardes.

 

Erable à feuilles d’obier, Acer opalus


L'érable à feuilles d'obier, érable d'Italie ou érable Duret, est un arbre de t aille moyenne (ne dépassant généralement pas 8 mètres de hauteur), le tronc est en général difforme, la cime irrégulière et diffuse.

 

Cette dernière espèce est de plus, mal connue de la plupart des gens qui ne la différencient pas de l'érable sycomore. Elle est présente abondamment dans la partie ouest du massif des Bauges et elle est réputée pour être la meilleure essence en tournerie (le nom "duret" est évocateur).

Il se distingue du sycomore par son habitat. C’est une espèce des basses et moyennes montagnes méridionales alors que le sycomore lui, est présent de la plaine à la montagne jusqu’à 1500-1800m et préfère les sols neutres et frais.

 

De ce fait, l’érable à feuilles d’obier a une bonne résistance à la chaleur et à une sécheresse relative. Mais il est également résistant au froid de nos régions.

 

14 Acer opalus feuilles

 

L'écorse est d’abord lisse et gris-beige, puis présente des rhytidomes à gerçures peu profondes brun jaunâtre.


Ses feuilles, plus petites que le sycomore et le plane, sont à lobes obtus, à pointe très peu marquée et sinus très ouverts et arrondis ; le pétiole est  moyen et fin.

Erables 2 bis copie


Les bourgeons sont allongés, à écailles claires légèrement duveteuses, leur bordure est plus brune.


Les fleurs, elles sont petites, blanc verdâtre, sont en corymbes penchées à l’extrémité des jeunes rameaux. Leur floraison se situe un peu avant la feuillaison, bonne qualité mellifère.

 

 

15 fleurs 2 acer opalus

 

Les ailes des disamares sont de forme assez variable, souvent rétrécies à la base, nettement plus large au sommet. Elles peuvent être rapprochées comme celles de l’érable de Montpellier ou assez divergentes comme le Sycomore. Le pédoncule est relativement long.


Erable Opalus disamare


Le bois est homogène, jaune roux, à petites mailles brunes, assez dur et nerveux mais ne présentant pas un grand intérêt technologique, si ce n’est « l’argenterie de Bauges » dont nous vous avons parlé précédemment.


 

Erable champêtre, Acer campestre


Arbuste de 12-15 m maximum, peut vivre 100-120 ans ; cime arrondie, ramification abondante et fine.

Très résistant au froid, supporte bien la sécheresse et ne craint pas les sols humides ; espèce des plaines et des collines.

 

L'écorse est gris jaunâtre. Les rameaux des jeunes arbres présentent souvent une écorce liégeuse particulièrement côtelée.

 

23 Ecorse d'érable champêtre


Les bourgeons, opposés sont petits et allongés, bruns, écailles pubescentes.


Les feuilles sont caduques mais restent vertes et ne tombent qu’au début de l’hiver. Elles sont petites voir même souvent très petites (2-5 cm), à 3 lobes égaux nettement arrondies et sinus ouverts à 90°, glabres, coriaces, luisantes dessus ; pétiole assez long et fin.

 

érable champêtre, acer campestre


Les fleurs jaune verdâtre, en corymbes dressées à l’extrémité du rameau, floraison avec ou avant la feuillaison ; bonne qualité mellifère.


Les disamares sont pubescentes ou glabres, à coques peu renflées, lisses, à ailes étalées horizontalement jusqu’à être parallèles, non rétrécies à la base et à pédoncule fin.

Erable champêtre disamares


 Le bois est homogène, jaune-roux, dur et nerveux. Il est surtout utilisé comme bois de chauffage


 

                                                             Joanny

 

Prochain article : le dernier des Erables sauvages des Savoies : l'érable de ... Montpellier!

Lire la suite