Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Nous allons laisser l'océan Indien quelques temps et retourner en France, dans l'Aude. J'espère que les beaux jours arrivant et que la pandémie marquant une pause, vous pourrez bientôt reprendre le chemin du Sud et, si vous passez par les Corbières Maritimes, je vous conseille une halte dans ce jardin.

C'est en septembre 2020, qu'une amie et moi avons visité le jardin de Foncaude. Il se trouve à 20 km de Sigean, près de Feuilla, dans les Corbières maritimes.

Crée en 1991, ce jardin a une superficie de sept hectares, il abrite un arboretum de près de 300 espèces, une zone méditerranéenne d'environ 340 espèces et des rocailles à cactées avec près de 1300 espèces. Le jardin totalise donc plus de 2000 espèces de végétaux.

Vue d'ensemble du jardin de Foncaude (Internet)

Vue d'ensemble du jardin de Foncaude (Internet)

Après Feuilla, la route monte et se rétrécit de plus en plus, au cœur des garrigues sèches des Corbières. Le créateur du jardin, Dominique Jalabert, nous accueille et nous présente son jardin car c’est lui qui l’a planté. Comme on s’intéresse à la botanique, il devient bavard et nous présente de grandes tables, installées sous des figuiers et des pins. Il cultive là 2000 boutures de cactées ou de succulentes des pays chauds et arides.

Boutures d'Euphorbes

Boutures d'Euphorbes

Nous découvrons une trentaine de boutures d’euphorbes succulentes d’Afrique ! Je n’ai pas retenu tous les noms, évidement, seulement un ou deux. Elles ne ressemblent en rien à nos euphorbes de zone tempérée, elles ressemblent à des cactus ! En voici quelques-unes.

Boutures d'EuphorbesBoutures d'Euphorbes
Boutures d'EuphorbesBoutures d'Euphorbes

Boutures d'Euphorbes

Celles-ci ont un nom !

Euphorbia obesia

Euphorbia obesia

Euphorbia handiensis

Euphorbia handiensis

Il y a aussi des sedums dont le plus grand de tous qui, pour l'instant, ne mesure que 30 cm mais il peut atteindre 60 cm, c’est Sedum dendroideum.

NB : Cultivé depuis fort longtemps pour ses propriétés médicinales en Amérique Centrale, ce sedum est probablement natif d’une zone allant du Centre du Mexique au Sud du Guatemala.

Sedum dendroideum, le plus grand des Sedums.

Sedum dendroideum, le plus grand des Sedums.

Mr Jalabert est passionné et passionnant, il nous présente sa démarche et son jardin, ses 2000 boutures toutes en pleine forme, ses cactus et ses arbres des régions arides.

Il a planté de nombreuses variétés dans la rocaille et a aussi profité de la végétation locale adaptée à la garrigue, genévriers, chênes verts et chênes kermes, lentisques, buplèvres… Quel travail et quelle réussite. Un vrai dépaysement. Mr Jalabert nous conduit vers l’entrée du jardin où des chemins vont nous aider à visiter les différentes zones. On ne grimpe pas, la garrigue est un peu raide et non autorisée. Deux heures de visite au soleil sur les chemins qui zigzaguent entre les arbustes et les cactus.

Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...
Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...
Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...Dans l'Aude, le Jardin de Foncaude...

Pistacia lentisque et Pistacia terebinthusPistacia lentisque et Pistacia terebinthus

Pistacia lentisque et Pistacia terebinthus

TillandsiaTillandsia

Tillandsia

Maclura pomifera, Bois-d'arc Maclura pomifera, Bois-d'arc

Maclura pomifera, Bois-d'arc

Bupleurum fructicosum, buplèvre ligneux
Bupleurum fructicosum, buplèvre ligneux

Bupleurum fructicosum, buplèvre ligneux

Smilax aspera, salsepareilleSmilax aspera, salsepareille

Smilax aspera, salsepareille

En 2008, le jardin a été agréé par le CCVS, le Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées. Ses spécialités sont les Dasylirions, les Agaves et les Yukkas. La collection d'Agaves est une des plus importantes de France avec plus de 100 espèces dans le jardin

Voici quelques exemples de ces trois plantes

 Dasylirion wheeleri

Dasylirion wheeleri

Dasylirion serratifolium

Dasylirion serratifolium

Bouture d'Agave victoriae-reginae

Bouture d'Agave victoriae-reginae

Yucca glauca

Yucca glauca

Retour vers la petite maison du jardinier, on va acheter du miel des garrigues et de romarin produit par un voisin. Cela a été une belle matinée, une visite extraordinaire et une belle rencontre.

                                                                                    Christianne

Ci-dessous les sites du Jardin et du CCVS :

Publié dans Flore

Partager cet article
Repost0

Mayotte, direction N’Gouja.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Les plages de N'Gouga et de Musicale Plage...

Les plages de N'Gouga et de Musicale Plage...

Départ pour la plage de N’Gouja (je ne sais pas encore que ce sera ma préférée), direction le Sud par la N3, et, après Brandélé, notre itinéraire passe à proximité de “Musicale Plage“, Philippe nous propose un arrêt express, sur cette plage, pour admirer le plus grand Baobab de Mayotte. Son âge estimé, entre 400 et 1000 ans (selon les différentes sources d’info) hauteur 30 m et une circonférence de 28 m.

Baobabs géants à Musicale Plage, photo Anaële

Baobabs géants à Musicale Plage, photo Anaële

Bobab géant, je ne me suis jamais senti aussi minus ! photo Anaële

Bobab géant, je ne me suis jamais senti aussi minus ! photo Anaële

Lors de mes recherches sur le net, j’ai découvert que le baobab de droite, sur la photo, s’est écroulé le 11/01/2019 et que l’autre était en péril, c’est bien dommage !  La tradition Mahoraise dit que, quand un baobab tombe, un évènement grave va se produire, prémonition ?

Un des baobabs de Musicale Plage s'est écroulé le 13-01-2019

Un des baobabs de Musicale Plage s'est écroulé le 13-01-2019

La grande majorité des Baobabs de Mayotte, sont de l’espèce Adansonia digitata, famille des Bombacacées. Ils sont originaires d’Afrique, (comme à Sakouli et à N’Gouja). Les ressources de l’arbre sont multiples, voir ce site

Fleur et fruits du baobab africain

Fleur et fruits du baobab africain

Reprenons la route ! Petit à petit la silhouette du Mont Choungui, se découvre dans notre champ de vision, (randonnée précédemment développée dans ce récit).  

Mont Choungui, le plus haut sommet de Mayotte, photo Anaële

Mont Choungui, le plus haut sommet de Mayotte, photo Anaële

Très vite, le panneau Jardin Maoré (Mayotte en Shimaore) nous indique la direction à prendre pour accéder au parking du complexe hôtelier. Cet ensemble bénéficie d'une situation privilégiée à de nombreux égards, il s’étend à l’orée de la magnifique plage de N'Gouja, très fréquentée par les tortues et leurs admirateurs.  

Plage de N'Gouja, baobabs et sable blanc

Plage de N'Gouja, baobabs et sable blanc

La plage à marée basse, photo Anaële

La plage à marée basse, photo Anaële

Nichés au cœur d'un jardin tropical riche en essences et senteurs variées, dix huit bungalows sont répartis dans ce parc. A l’abri des baobabs centenaires, ils sont répartis dans la végétation et ne se voient pas depuis la plage. Le restaurant et un centre de plongée complètent l’ensemble.  

Le parc et les bungalows de N'Gouja, photos Anaële
Le parc et les bungalows de N'Gouja, photos Anaële

Le parc et les bungalows de N'Gouja, photos Anaële

Le restaurant et les baobabs, photo Anaële

Le restaurant et les baobabs, photo Anaële

Bungalows du Jardin Maorais

Bungalows du Jardin Maorais

La plage et les tortues.

La plage de N’Gouja est fréquentée principalement, par 2 espèces de tortues, 

La tortue verte, Chelonia mydas.  

Sa taille est comprise entre 80 et 130 cm et son poids moyen est de 160 kg. Sa carapace est vert-olive avec des tâches noires pour les adultes et rouge brique grise chez les subadultes. Le plastron est presque blanc.

Nourriture : Les juvéniles sont carnivores (petits invertébrés, œufs de poisson, jeunes alevins) puis deviennent davantage herbivores (algues et herbes = phanérogames marines). La microflore de leur intestin est comparable à celle des ruminants terrestres.  

Reproduction : Cette tortue peut réaliser jusqu’à 5 pontes pendant la saison de reproduction (tous les 3 ans) et pond en moyenne une centaine d’œufs par nid.

Tortue verte

Tortue verte

 Tortue verte broutant un herbier, photo de P. Lindgren

Tortue verte broutant un herbier, photo de P. Lindgren

Tortue imbriquée Eretmochelys imbricata. 

Sa taille peut aller de 60 à 100 cm et son poids de 80 à 100 kg. Sa carapace est brun-orangée et possède des écailles imbriquées. Le bec est crochu et pointu.

Nourriture : Le régime alimentaire est omnivore (mollusques, crustacés, petits poissons et coraux).

Reproduction : Cette tortue réalise 2 à 3 pontes par saison et pond 50 à 200 œufs tous les 2 ou 3 ans. Source Oulanaa na Nyamba

Tortue imbriquée

Tortue imbriquée

Poisson pilote

C’est un nom vernaculaire ambigu en français. On appelle couramment « poisson-pilote » plusieurs espèces de poissons de l'ordre des Perciformes (dont les Rémoras). Leur nom provient du fait qu'ils accompagnent souvent les grands prédateurs marins : requins, reptiles marins et cétacés. Ils ne les guident pas, comme on le pensait autrefois, ils profiteraient de l'onde de proue créée par la nage de ces derniers. (Cette dernière affirmation est contestée par certains).

Autre version, les rémoras vivent ainsi une bonne partie de leur journée accrochés à un hôte, où les prédateurs hésiteront à aller les importuner. Ils  peuvent en changer au gré des rencontres et suivant leur humeur, chacun de ces véhicules ayant ses avantages et ses inconvénients. Ils se nourrissent de ce qui passe, ainsi que des restes des repas de leur hôte. 

Rémora commun

Rémora commun

Ventouses des rémoras

Ventouses des rémoras

N'Gouja mérite bien 2 pages, la prochaine fois, nous pourrons voir en images, les rencontres d’Anaële avec la faune maritime et les miennes avec de nouveaux amis très sympas, mais plutôt “encombrants“.

                                                                                          Joanny

Photos internet et Anaële

Partager cet article
Repost0

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Curiosités sous marines

Curiosités sous marines

Vous retrouverez le nom des 7 espèces de ce montage photos, classées ci-dessous, dans leur catégorie respective.

 Les Herbiers marins

Ils jouent un rôle majeur dans les écosystèmes des proches rivages marins, au même titre que les récifs coralliens. Un grand nombre d’espèces évoluent indifféremment d’un lieu à l’autre pour se nourrir ou se réfugier.

Les herbiers sont composés de plantes marines appelées phanérogames. Ces plantes marines possèdent des caractéristiques de plantes terrestres. Elles ont des feuilles, des racines, des tissus conducteurs, des fleurs et des graines, mais s’adaptent à une vie aquatique.

Les plantes à fleurs sous-marines sont des plantes qui poussent entièrement sous l'eau en mer, à des profondeurs limitées (entre 0 et 40 mètres) de façon à recevoir suffisamment de lumière, photosynthèse oblige. Par ailleurs, parce que les herbiers absorbent le CO2 contenu dans l’eau de mer, ils permettent de limiter l’acidification des océans. Les herbiers offrent nourriture et abris à une multitude d’animaux marins, notamment les tortues vertes, que nous retrouverons bientôt.

Ne pas confondre les phanérogames avec les algues, elles fréquentent souvent les mêmes milieux mais qui sont biologiquement différentes.

Aperçu des différentes espèces.

PhanérogamesPhanérogames

Phanérogames

AlguesAlgues

Algues

 

Les Echinodermes

Ils regroupent actuellement cinq classes : les étoiles de mer, les oursins, les Holothuries les Crinoïdes et les Ophiures. Une de leurs caractéristiques correspond à une symétrie générale pentaradiée (symétrie centrale d'ordre 5, en forme d'étoile.

Quelques exemples,

Etoiles de mer.

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.
Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Oursins

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Holothuries.

(Concombre de mer) l’holothurie Bohadschia atra, quand elle se sent menacée expulse par l’anus de longs filaments blancs, urticants et collants (les « tubes de Cuvier »), capables de brûler la peau d’un prédateur. Les holothuries sont actuellement surexploitées sur la plupart des récifs de l’Indo-Pacifique pour fournir les Chinois en concombres de mer pour la consommation.  

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Crinoïdes.

(Les comatules constituant l'essentiel des crinoïdes). Les comatules ont longtemps été prises pour des plantes. Elles ont généralement la particularité de ne pas être fixés au fond par une tige, mais d'être équipés de cirrhe (sorte de longs doigts articulés et griffus), qui leur permettent de ramper et de s'accrocher à un objet.

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.
Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Ophiures

Très proches des étoiles de mer, elles se caractérisent par un corps central discoïdal aplati, duquel partent cinq bras très souples et articulés, complètement indépendants du corps et ne se touchant pas par leur base. Ce qui les distingue de leurs cousines astéries.

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Mollusques

Ils ont un corps mou et musculeux, beaucoup d’entre eux ont une coquille mais d’autres comme la limace de mer et le poulpe ou pieuvre n’ont aucune protection. Rien à voir avec la limace de nos jardins.

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Les filtreurs.

Les éponges et les ascidies sont des filtreurs ce qui signifie qu'elles absorbent de l'eau pour en extraire les divers organismes planctoniques dont elles se nourrissent. Une éponge est une masse de cellules peu organisées (dite primitive). 

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Les ascidies sont des individus différenciés et autonomes (dits évolués).  L'intérieur des éponges est simple. Celui des ascidies est plus complexe puisque comprenant un estomac, un anus, etc. 

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.
Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Platelminthes. (vers plats)

Organismes au corps mou, aplati, non annelé et dépourvus de pattes. Ils sont primitifs, carnivores, se nourrissent de petits invertébrés. 

Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.
Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais. Sakouli 3, aperçu de la flore et de la faune du lagon Mahorais.

Anémones de mer et Poissons Clown.

Les poissons clown, vivent en étroite association avec une ou plus des 10 espèces d’anémones (actinies) de mer qui leur servent d’hôtes.

La prochaine étape nous emmènera, plus au sud, mais sur la côte “est“ de l’île, à la plage de N’Gouja, à notre point de vue la plus emblématique de l’île. Occasion de retrouver les tortues et les poissons dont les poissons Clown et leurs anémones.

                                                                                                   Joanny

Photos internet

Partager cet article
Repost1