Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Le pêcheur à la mouche

27 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

   Chéran, rivière sauvage, rivière vivante

 

A l'initiative du musée d'histoire naturelle de Gruffy, le Chéran a été mis  à l'honneur le 18 mars 2012 pour l'ouverture du Musée et durant le mois d'avril.


Cela a débuté par une exposition regroupant des documents réalisés par le groupe nature du musée pour de la fête du patrimoine 2011 : géologie, hydrologie, flore, activités (moulins, pêche, orpaillage, tourisme) et des documents fournis par l'AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection  des Milieux Aquatiques), documents sur le rôle de la végétation bordant les rives, la faune, l'implication des pêcheurs. 

Des jeux, des dessins autour de la pêche ont été proposés aux enfants lors de leur visite au musée. 

 

Pascal GRILLET, secrétaire de l'AAPPMA, est intervenu à l'ouverture de l’exposition et pour une conférence.


2012-Cheran-riviere-sauvage-3061--1024x768-.JPG

 Jean nous a fait une belle description de la rivière, tout au long de quatre articles.

Voici maintenant le regard du pêcheur à la mouche, amoureux du Chéran.


pêcheur à la mouche

 

Il nous dévoile, les évolutions de la rivière, des pratiques de pêche et de gestion depuis la fin des années 80 à nos jours. Les élus des communes riveraines ont réfléchi dès les années 90 aux moyens de gestion de la rivière. Ils ont créé le SMIAC (Syndicat Mixte Intercommunal pour l'Aménagement du Chéran). Plusieurs actions ont été réalisées par le SMIAC dans le cadre du «contrat rivière Chéran» : entretien des berges, assainissement, restauration des espaces de liberté de la rivière... afin de lui redonner un cours le plus «naturel » possible.


 

P9140055

Quant aux pêcheurs, ils se sont penchés sur leurs pratiques de pêche, au point que de «pêcheurs cueilleurs », ils sont devenus des «sentinelles de la rivière». La société de pêche de l’Albanais, la société de Cusy et la Protectrice du Fier à Vallières se sont regroupées pour créer l'AAPPMA de l'Albanais. La fédération de pêche a embauché une équipe de spécialistes des milieux rivières.

 

Ils ont apporté des connaissances sur les différents écosystèmes de la rivière et dès lors, les pêcheurs pratiquent une pêche raisonnée respectant les différents milieux : taille de capture adaptée, diminution du nombre de prélèvements, mise en place de parcours avec remise à l'eau obligatoire, parcours "no-kill".  

 

P9140063

 

Ils ont abandonné depuis la fin des années 90, la pratique d'alevinages néfastes pour les milieux et préservent les poissons sauvages. L’école de pêche du Chéran, créée par l'AAPPMA de l'Albanais et du Chatelard (siège à Rumilly), apporte une formation et une sensibilisation au fonctionnement des milieux aux plus jeunes et aux adultes.

 

Aujourd'hui, le Chéran est globalement en «bonne santé». Il a conservé sa souche emblématique de truite «fario» d'origine méditerranéenne. D'autres espèces cohabitent : le chabot, l'ombre (espèce protégée). Ce dernier avait disparu, il a été réintroduit avec succès.

 

Par sa morphologie, la qualité de son eau et de sa faune, le Chéran est une des quatre rivières «pilotes» françaises retenues pour établir les critères d'un label «rivière sauvage».

Souhaitons que les efforts prodigués par tous les passionnés de nature préservée soient reconnus et validés.  Ce serait l'assurance de voir sauvegardé un patrimoine naturel sensible remarquable.

 

Comparaison truite Fario Atlantique et truite Fario mediterranéenneemprumtée au site de l'AAPPMA  :

 

truite-fario-alt-et-med.JPG

 

  Photos de Jean et Andrée.

Lire la suite

Le Chéran IV

11 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

 

voilà notre dernier rendez-vous avec la balade de Jean au bord du Chéran,

                                                                                 merci à toi, Jean 


Loisirs et Chéran 


  • des circuits de randonnée / promenade sont aménagés pour pouvoir accéder et profiter du Chéran............... et voilà nos randonneurs sur le pont de l'Abîme!!!P9130027 [1024x768]
  • le canoë-kayak est praticable sur trois parcours :

P9130017 [1024x768]

 

 

- Du Pont d’Escorchevel au barrage de Bange (Allèves) 9km

- De la passerelle de Cusy/Gruffy à la Capetaz (Alby) 7km ;

- De l’aval du barrage d’Alby à la base de loisirs des Pérouses (Rumilly) 10km


 

 

 

 

 

P9140060

  • Les bases de loisirs de Lescheraines et de Rumilly

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  Le Chéran est une « rivière à truites » : d’où l’attention permanente portée à la bonne santé de la rivière pour favoriser les activités de pêche -SMIAC (1) et AAPPMA (2) de l’Albanais-

P9140063

 

Tout ceci nécessite des travaux d’entretien, de restauration des berges – menacées par l’érosion, les embâcles, les détritus, etc.-, de la végétation (menace des invasives, balsamine de l’Himalaya, la renouée du Japon et …..)

 

 

 

 


 

«Le lit du Chéran s’est enfoncé de plusieurs mètres au cours des dernières décennies (extraction de matériaux, endiguement), ce qui perturbe l’équilibre de la rivière et la coupe de ses milieux annexes » extrait du Site du SMIAC.

 

Tout au long de son cours une rivière a une fonction de lien fondamental, d’amont en aval et vice versa, mais elle a aussi une fonction de lien transversal d’une rive à l’autre, ce qui, en dépit d’éventuelles querelles de voisinage, oblige les hommes à se parler et à travailler ensemble.


112chaos2


« Le « contrat rivière » du Chéran a conduit à une politique globale de gestion et d’entretien, et enfin une mise en valeur du patrimoine, du paysage et des activités de loisirs liées à l’eau » (dans Encyclopédie..., opus cité, sous article « Chéran »)

« [...] ces nouvelles fonctions dévolues aux rivières [...] motivent un partage de l’eau. Ce retour aux rivières longtemps délaissées s’accompagne de la protection des milieux aquatiques et riverains auxquels on confère aujourd’hui une forte valeur environnementale. » (Jean-Paul Bravard, dans opus cité, p.45)

 

 

Les botanistes rencontrent, quant à eux, quelques beaux spécimens le long des berges :


La prêle géante


P9140059

 

L'épervière humble, nichée au creux d'un rocher

 

hieracium humile 3

                    Photos et textes de Jean, encore merci


 

Voir aussi la rubrique « nos amis »


1-S.M.I.A.C

Syndicat Mixte Interdépartemental d’Aménagement du Chéran,

Basé à Alby sur Chéran.

2- AAPPMA,

 Association Agréée Pour la Pêche et la protection des Milieux Aquatiques et son site : cheran-terredepeche.com

 

 


Lire la suite

Le pied de veau

2 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Ce n'est pas une recette de cuisine, c’est en fait le gouet tacheté ou Arum maculatum


arum-maculatum-3069.JPG

 

Sylvie explique....

 

Aracée vivace dont la hauteur varie de 20 à 40 cm.

  • Feuilles maculées ou non de brun, à très long pétiole, en rosette.

Arum maculatum 01

  • Inflorescence formée d’un épi violet en massue, malodorant, nommé spadice, enveloppé par une grande bractée ou spathe, jaune pâle d'abord puis bordée de pourpre.

Arum maculatum 03

  • Les fleurs femelles à la base du spadice s'ouvrent d’abord et sont fécondées par de petites mouches nommées Psikodas, porteuses de pollen provenant d'un autre Arum.

 

Le deuxième jour, ce sont les fleurs mâles situées au dessus des fleurs femelles et ayant cet aspect échevelé, qui libèrent leur pollen, l'intérieur de la spathe s'assèche et les insectes peuvent s'échapper, emportant le pollen vers d’autres fleurs.


Arum ouvert

La floraison a lieu en avril-mai, suivie de la formation d’une grappe de baies rouge-orangé. 

 

gouet(fruit)

 

C’est une plante fréquente en plaine jusqu’à 1000 m, qui aime les haies et bois de feuillus (hêtres, érables, charmes) plutôt humides, et que l’on peut trouver en compagnie de Allium ursinum, Lamium galeobdolon, Carex sylvatica, Circea lutetiana, Galium odoratum, … 

 

attention dangerLa  plante entière est toxique, mais le danger vient surtout des baies rouges bien en évidence à maturité par la disparition des feuilles. Très attrayantes pour des enfants, elles sont particulièrement toxiques.
Leur ingestion provoque des troubles digestifs, respiratoires et cardiaques et peuvent entraîner la mort.

 

Photos Andrée, André, Nicole et Christianne.

Lire la suite