Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Jaune à pois rouge!!

12 Février 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Erythranthe guttata DC. ou Mimulus guttatus, Mimule tacheté

 

Celui-là, Sylvie nous l’avait promis depuis longtemps, jaune à pois rouge, génial pour une fleur non !
C’est Mimulus guttatus, mimule tacheté, une espèce non indigène, néophyte
.

 

Espèce non indigène :

Une espèce végétale non indigène est une espèce qui ne pousse pas naturellement dans l'espace considéré, mais dont l’introduction est le résultat de l’intervention volontaire ou involontaire de l’homme.

 

Néophyte :

On qualifie de néophytes les espèces introduites à partir de 1492, date de la découverte de l’Amérique. Du grec neo-, nouveau, et phyton, plante.

 

Envahissantes :

Certaines de ces plantes néophytes non indigènes peuvent devenir des envahissantes. Introduites intentionnellement ou non, elles réussissent à s’établir dans la nature, à se multiplier et à se répandre massivement aux dépens des espèces indigènes

 

Vous voulez voir le mimule, le voici ?

Jaune à pois rouge!!

 

Feuilles généralement opposées, oblongues, ovales, à dents inégales.

Les inférieures pétiolées, les supérieures sessiles à embrassantes.

Jaune à pois rouge!!
Jaune à pois rouge!!

Fleurs à corolle en tube évasé, bilabiée, longue de 3-4 cm, à gorge fermée, jaune souvent tachetée et ponctuée de brun-pourpre.

Jaune à pois rouge!!

Le mimule est donc une espèce exotique originaire d'Amérique du Nord, rapportée en Europe en 1919 pour certain, 1925 pour d’autres. Elle s'y est localement acclimatée, sur le bord de rivières, canaux… Ses populations réduites ne permettent cependant pas de la classer comme invasive.

Son nom en Amérique du Nord : Common Large Monkey-flower.

 

La Flore de Coste (première édition 1900-1906 - deuxième édition 1937) décrit le Mimule tacheté et indique sa présence dans différents départements, en particulier le Pas-de-Calais.

En 2014, les botanistes de Gruffy ont « découvert » quelques individus en Savoie, au bord d’un charmant petit lac.

Jaune à pois rouge!!

Le Mimulus guttatus appartient à la famille des Scrophulariacées selon la classification classique, ou à celle des Phrymacées, selon la classification phylogénétique AGP III dont je vous ai déjà parlé.

 

 

 

Jaune à pois rouge!!

C'est une plante annuelle à courte durée de vie et à floraison assez brève, au port semi-érigé. Elle atteint 80 centimètres de haut dans les lieux humides et ensoleillés, mais elle peut fleurir à quelques centimètres du sol quand l'effet-miroir de l'eau, ou l'eau elle-même manque.

Jacques a photographié un taxon beaucoup plus spectaculaire dans le Jura.

Jaune à pois rouge!!
Jaune à pois rouge!!

Christianne

                                Photos Nicole André et Jacques

voilà un site qui le connait !

Lire la suite

EPIPACTIS....

6 Février 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Les botanistes de Gruffy ont fait une belle découverte fin août 2014, près d’Aillon-le-jeune, Epipactis purpurata, l’Epipactis pourpre. Peu fréquente en Rhône-Alpes, cette orchidée est protégée dans diverses régions de France.

EPIPACTIS....

Profitons de cette rencontre pour réviser nos connaissances en matière d’épipactis.

Caractéristiques générales :

 

  • Espèces forestières sauf palustris
  • Géophyte à rhizome
  • Feuilles caulinaires et alternes
  • Bractées foliacées
  • Inflorescence en grappe spiciforme
  • Fleur reliée à la tige par un pédicelle
  • Labelle en deux parties, l'hypochile et l'épichile
Fleur d'Epipactis atrorubens

Fleur d'Epipactis atrorubens

Elles sont nombreuses mais nous n’en avons rencontré que quatre pour l’instant Epipactis palustris, l'Epipactis des marais, Epipactis atrorubens, l'Epipactis rouge foncé, Epipactis helleborine, l'Epipactis à larges feuilles et, depuis 2014, Epipactis purpurata, l'Epipactis pourpre.

 

Elles ont toutes une tige raide plus ou moins lavée de pourpre et plus ou moins pubescente.

 

  • Les feuilles sont lancéolées :

Epipactis palustris, distiques*, dressées

Epipactis atrorubens, distiques*, plus longues que l’entre nœud

Epipactis helleborine, disposées en hélice, larges, étalées

Epipactis purpurata, disposées en hélice, étroites, vert grisâtre  

 

*distique : situé sur deux rangées verticales situées dans un même plan.

EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
  • Le pédicelle floral est :

Epipactis palustris, long, violet et velu

Epipactis atrorubens, velu, sa base est colorée en rouge

Epipactis helleborine, sa base est colorée de rouge

Epipactis purpurata,  sa base est colorée de rouge

EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
  • Le labelle est cordiforme :

 

 

Epipactis palustris, blanc, articulé, à bord ondulé, épichile muni de deux gibbosités jaunes et blanches (les tépales extérieurs sont bruns, les intérieurs blancs lavés de rose)

Epipactis atrorubens, épichile pourpre, large, muni de gibbosités crépues (les tépales sont pourpres)

Epipactis helleborine, épichile blanc verdâtre à rouge, muni de deux callosités (tépales blanc verdâtres, lavés de rose)

Epipactis purpurata, épichile blanc verdâtre à rouge, muni de deux callosités (tépales étalés, blanc verdâtre)

 

EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
EPIPACTIS....
  • Leurs habitats :

Epipactis palustris pleine lumière, marais alcalin, prairies humides, sol basique.

 

Epipactis atrorubens, pleine lumière à mi-ombre, forêts claires feuillus et résineux, sols calcaire à acide, bien drainé;

 

Epipactis helleborine, mi-ombre, lisière, bord de chemins, sol basophile à neutrophile, peut coloniser parcs et jardins;

 

Epipactis purpurata, mi-ombre, forêts, (hêtraies, charmaies, pinèdes), sol basophile à neutrophile.

 

Encore quelques photos :

L'Epipactis des marais, la plus jolie!
L'Epipactis des marais, la plus jolie!

L'Epipactis des marais, la plus jolie!

L'Epipactis rouge foncé, la plus colorée

L'Epipactis rouge foncé, la plus colorée

L'Epipactis à larges feuilles, la plus fréquente

L'Epipactis à larges feuilles, la plus fréquente

L'Epipactis pourpre, la plus rare

L'Epipactis pourpre, la plus rare

Source :

A la rencontre des orchidées sauvages de Rhône-Alpes. Biotope édition.

 

                                                                                               Christianne

 

Photos Josette, Nicole, Christianne, Jacques et empruntées à Internet.

 

Pour approfondir vos connaissances à propos des orchidées, essayez ce site :

ou bien celui-ci :

Lire la suite