Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

29 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Une plante exotique «envahissante» est une plante exogène, importée et naturalisée, ayant la capacité de coloniser rapidement un milieu naturel ou semi naturel, hors de son territoire d’origine.

Sa prolifération provoque des perturbations qui peuvent nuire à la biodiversité d’un écosystème.  Une de ces envahissante a, en plus des effets nuisibles sur l’écosystème, des conséquences sanitaires importantes sur l'homme,

 

c’est l'ambroisie à feuilles d'armoise Ambrosia artemisiifolia L.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

Arrivée du nouveau monde au XIXe siècle, elle est apparue en France en 1863, vraisemblablement introduite par un lot de semences fourragères. Dans les années 50, les graines se sont propagées à la faveur de travaux d’aménagement car elle aime particulièrement les friches et les lieux incultes. La région lyonnaise a été la première « colonisée ».

Les graines d'ambroisie ne sont pas pourvues des dispositifs habituels permettant leur transport par le vent et, malgré leurs épines,  elles ne s'accrochent pas au pelage des animaux.

Par contre, elles peuvent être entraînées par l'eau et elles collent parfaitement à la terre transportée par les semelles des souliers, les pneus des camions et tracteurs et tous les engins qui travaillent le sol.

Ambrosia artemisiifolia

Ambrosia artemisiifolia

C’est le pollen qui est allergisant et provoque des rhinites, conjonctivites, trachéites et crises d’asthme. Comme elle fleurit en Août-septembre, ces allergies apparaissent à la fin de l’été. Le site de l’INRA annonce 6 à 12% de la population développant une allergie (voir adresse ci-dessous).

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

Description :

C’est une plante annuelle de 30-60 cm pubescente ou velue, inodore, rameuse.

- feuilles vertes, ovales-lancéolées dans leur pourtour, pennatipartites, à segments lancéolés, pennatifides ou incisés-dentés.

N.B. : les feuilles de l'ambroisie sont sans odeur contrairement à celles de l'armoise avec laquelle elle peut être confondue.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

- fleurs verdâtres, en épis terminaux étroits, allongés, disposés en panicule.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

- fruits petits (4-5 mm de long), plus longs que larges, cylindriques, presque lisses, munis sous le sommet d'un verticille de 5-6 épines courtes, dressées, aiguës, terminés par un bec presque entier.

 

Écologie : Cultures, lieux vagues : Rhône, Loire, Saône-et-Loire, Allier, Nièvre, Puy-de-Dôme, Manche, Vosges.

Mais aussi Angleterre, Belgique, Hollande, Allemagne, Danemark. ?

Ambroisie

Ambroisie

Lutte contre l’ambroisie

La lutte contre l’ambroisie est réglementée par arrêtés préfectoraux dans plusieurs départements : Ardèche, Drome, Isère ......

« ..les propriétaires, locataires, ayant-droit ou occupants à quelque titre que ce soit,(y compris agricoles) ainsi que les gestionnaires des domaines publics de l’État et des collectivités territoriales, et les responsables des chantiers de travaux, sont tenus
- de prévenir la pousse des plants d’ambroisie,
- de nettoyer et entretenir tous les espaces où pousse l’ambroisie.
En cas de défaillance des intéressés, les Maires sont habilités à faire procéder, aux frais de ceux-ci, à la destruction des plants d’ambroisie. »

L'Agence Régionale de Santé (ARS Rhône-Alpes) publie des fiches détaillées pour lutter contre l’envahisseur, à destination des Collectivités, sur son excellent site internet

De leurs côtés, les Chambres d’Agriculture et les instituts agricoles ARVALIS et CETIOM proposent aux agriculteurs des protocoles de lutte très complets et adaptés à chaque type de culture.

Pour décider  les propriétaires et les exploitants de terrains porteurs d’ambroisie à agir, il existe deux leviers :

- l’information, la pédagogie, l'appel au sens civique

- l’application de la réglementation

 

La lutte est aussi entreprise à l’échelon européen, voir sur le site

internet précédent l'onglet www.ambroisie.info/pages/doc.

Vous y trouverez  le compte-rendu du colloque,  Ambrosia  2012 qui a eu

lieu à LYON en mars 2012

Lutte biologique :

 

C’est une des pistes étudiées, plusieurs candidats dont la chrysomèle de l'ambroisie identifiée au Tessin.

Une fois l’ambroisie bien établie, il est difficile de l’éradiquer», confirme Robert Vautard. Seul un petit scarabée du nom d’Ophraella semble capable de la déloger. Utilisé en lutte biologique en Chine et en Australie, il est arrivé il y a peu en Italie du Nord, où il a contribué à faire baisser drastiquement les concentrations de pollen d’ambroisie dans l’air.

Article du Temps, sciences et environnement, 26 mai 2015

Ophraella

Ophraella

Article sur la chrysomèle Ophraella communa

                                                                                          Christianne

Lire la suite

Une onagracée bien discrète....

12 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Voici un article de Jean déjà publié mais très interessant en cette saison. Il nous raconte une petite fleur que nous avons rencontrée jeudi dans la forêt claire du Roc de Chère. On passe souvent sans la voir sauf si on s'interroge sur les minuscules points blancs qui parsèment les herbes encore vertes de ce début d’automne. Je laisse la parole à Jean….

 

Il est fréquent de voir aux bords des routes, talus, l'espèce éponyme de la famille, Oenothera biennis (onagre bisannuelle) ou, comme dans la photo ci-dessous, Oenothera glazioviana (onagre de Glaziou – probablement échappée d'un jardin)

Une onagracée bien discrète....

Sépales striés de rouge......

Une onagracée bien discrète....

Et quatre stigmates dépassant largement les étamines.

Une onagracée bien discrète....

 

Étymologiquement, il y a de l'âne dans ce nom (onagros), mais aussi du vin (oinos) et la décoction des racines ferait un philtre de sorcière pour amadouer les bêtes sauvages ! Il y a là des sortilèges du dieu Pan.... mais ne nous égarons pas ! Pas de pan......ique !

En revanche, il y a bien de la magie dans cette famille peu étendue, car une plante discrète  (pas évidente à repérer la première fois) en fait partie et porte le nom à semer l'effroi de Circaea lutetiana (Circée de Paris, herbe aux sorcières).

Ce nom est celui de la magicienne qui transforma les compagnons d'Ulysse en pourceaux - tout en leur laissant leur conscience d'êtres humains - ! L'ensorceleuse fut néanmoins vaincue, « conquise », par notre héros ; il fut guidé pour ce faire par Hermès (Mercure), « qui lui donna une herbe qui le sauverait des mortels artifices de Circé » .

                                                                                                                                                

Une onagracée bien discrète....

Qui distingue à première vue, dans ce fouillis de bois humide et de ravin (son milieu habituel), Circaea lutetiana ?

Une onagracée bien discrète....

Vue de plus près, on ne s’attend pas à des sortilèges :

Une onagracée bien discrète....

Plante pubescente, aux feuilles ovales-lancéolées acuminées*, elle dresse une hampe florale d'une bonne dizaine de cm, avec de fleurs bimères (2S,2P,2E), pétales bifides, blanc ou rosé.

 

* se terminant en longue pointe éffilée.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

à noter les sépales teintés rouge rosé, réfléchis.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Les fruits sont des capsules obovales en poire, hérissés de poils crochus, hispides à deux loges.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Pourquoi Circé ? Pourquoi Lutetiana ?  Paris était connu jadis comme la ville des sorcières ? (L'Affaire des poisons date de 1680, où la Voisin fut brûlée en place de Grève – un siècle avant Linné!)

Elle fut utilisée en Autriche, naguère, comme tisane. En usage externe, en macération dans de l'alcool, elle traitait les rhumatismes, la goutte, infections et fièvres (c'est l'alcool qui devait faire effet, la plante qu'un prétexte !...)

Gaston Bonnier aurait écrit..............

 

plante magique ayant servi dans les enchantements. On dit que celui qui la cueille sera maudit.

Le Guide Vigot de la Flore dit ..............

qu'elle devrait plutôt porter le nom '' d'herbe des sourciers'', tant elle révélatrice de la présence d'humidité et d'eau en sous-sol.

 

Mais c'est là faire grand cas de l’appellation vernaculaire et n'explique pas son nom latin.

Alors rêvons un peu, imaginons que c'est elle la plante magique utilisée par Ulysse.......

Une onagracée bien discrète....

NB. : les épilobes  -espèces plus nombreuses – font partie des onagracées !

 

La Flora Helvetica dit des onagres, genre venu d'Amérique du Nord :

"Ce genre présente des combinaisons de caractéristiques si nombreuses qu'une taxonomie n'est pas possible" p .682

 

(photos de l’auteur, sauf trois emprunts à –Wikipedia)

                                                   Jean

Lire la suite

J.E.P. à Gruffy : les plantes envahissantes.............

10 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

 

Les plantes envahissantes,

une menace pour l’avenir de notre patrimoine naturel ?!

 

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine,

le samedi 19 et le dimanche 20 septembre 2015,

le Musée d’Histoire Naturelle de Gruffy vous propose

une exposition d’une quinzaine de plantes envahissantes,

ainsi qu’un diaporama sur ces espèces,

afin de les reconnaître et

de lutter contre leur expansion.

 

Vous pourrez également visiter le Musée, présentant 300 animaux naturalisés de la région, domestiques et sauvages, replacés dans un décor reconstituant leur milieu naturel.

 

Dans une deuxième salle, initiez-vous au monde fantastique

des abeilles, avec une projection vidéo,

une exposition et une ruche vitrée vivante,

le tout à un tarif réduit (de 14h à 18h, le samedi et le dimanche).

 

Pour tout renseignement :

 

Musée d’Histoire Naturelle de Gruffy

 

335 route de Beauregard,

Les Choseaux, 74540 GRUFFY –

04 50 77 58 60 –

info@musee-nature.comwww.musee-nature.com

J.E.P. à Gruffy : les plantes envahissantes.............
Lire la suite

La Reine des Alpes

5 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

L’été 2015 restera gravé dans nos mémoires de botanistes comme celui de la pénurie en plus de celui de la canicule. La végétation a beaucoup souffert de la chaleur et du manque d’eau. Les plantes se sont protégées en ralentissant leur pousse. Beaucoup ont disparu. Quand nous avions le courage d’affronter les ardeurs du soleil, nous n’avions presque rien à voir.

Les plus courageux, ou les plus sportifs, ont choisi l’altitude 2000, 2500, 3000 m !! Là où la flore a pu résister aux rigueurs……estivales. Voici une de leurs trouvailles

Eryngium alpinum

Eryngium alpinum

La reine des Alpes ou panicaut des Alpes ou chardon bleu des Alpes...

voici sa majesté Eryngium alpinum L.

Reine des Alpes

Reine des Alpes

C’est une Apiacée de 30 à 60 cm, vivace.

- Ses feuilles inférieures, d’un beau vert gai, sont ovales, en cœur et dentées. Elles sont légèrement  épineuses, mais elles sont molles et non piquantes. Rien à voir avec un chardon !!

Panicaut des Alpes

Panicaut des Alpes

- Ses feuilles caulinaires peu coriaces sont sessiles et incisées en plusieurs lobes allongées.

Chardon bleu des Alpes

Chardon bleu des Alpes

- Ses petites fleurs blanches ou bleutées sont serrées et forment une tête oblongue ou cylindrique.

La Reine des Alpes

Le coup de génie de Dame Nature, ce sont les fines bractées de son involucre, délicatement dentées et dressées, qui enserrent la tête florale d’un magnifique écrin épineux bleu améthyste !

La Reine des Alpes

Ces « ombelles » sont portées par de longs pédoncules, bleus eux aussi.

La Reine des Alpes

Imaginez découvrir, après une longue ascension sur un chemin caillouteux, une prairie de chardons bleus des Alpes !!

La Reine des Alpes

Elle a ses amoureux, la reine !!

Elle est entogame  (reproduction des plantes dans lequel le pollen est essentiellement véhiculé par des insectes).

La Reine des Alpes
La Reine des Alpes

Cette plante affectionne les terrains frais et riches en humus, parfois orientés au nord, et elle pousse exclusivement dans une terre calcaire. Elle est adorée, c’est une reine, mais elle est très convoitée..

Aussi elle est protégée dans toute l’Europe.

On peut la découvrir en été (Juillet-Août) dans les pâturages de hautes montagnes : Jura, et Alpes de la Savoie, du Dauphiné, de Provence.

Elle reste rare.

 

A la fin de l’été la plante se dessèche et les graines contenues dans les fruits sont dispersées par le vent qui secoue les hampes florales. La première floraison a lieu au bout de 2 à 4 ans après la germination, puis la plante peut fleurir tous les ans ou tous les deux ans.

 

Merci à Josette, André et Jacques, pour leurs magnifiques photos, nous sommes gâtés  !!!

La Reine des Alpes

Sources :

A la découverte des fleurs des Alpes, Parc des Ecrins, édition LIBRIS.

Voici leur site :

Lire la suite