Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

histoire et legendes

Mayotte 3, Histoire d'hier et d'aujourd'hui.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Plusieurs civilisations sont à l’origine du peuplement de Mayotte.

Le premier peuplement d’origine bantoue aurait eu lieu entre le Vème et le VIIIème siècle. Jusqu’au XIIIème siècle, le commerce se développe avec les autres îles du Canal du Mozambique, Madagascar et l’Afrique. Les invasions arabes se succèdent et apportent la culture swahilie et la religion musulmane.

Selon les fouilles de 2016, la présence d'une première mosquée a été confirmée. Le bâtiment actuel correspond à l'agrandissement opéré par le sultan Insa, arrivé à Tsingoni vers le XVI siècle

 Les premiers Européens, Portugais et Français, débarquent à Mayotte vers le XVème siècle, et utilisent l’archipel comme point de ravitaillement sur la Route des Indes . À la fin du XVIIIème siècle jusqu’au début du XIXᵉ, Mayotte est le théâtre de troubles violents (razzias d’esclaves par les Malgaches, pillages, guerres de succession…).

La population est réduite à 3 000 personnes !

Carte de Mayotte de 1894

Carte de Mayotte de 1894

Dates clés de l’histoire de Mayotte.

 

25 avril 1841 : Fin du Sultanat.   

Affaibli par des luttes incessantes entre les sultanats en place dans l’archipel des Comores, le sultan de Mayotte, vend l’île aux Français en contrepartie d’une indemnité de mille piastres. Mayotte devient alors colonie française.

9 décembre 1846 : Abolition de l'esclavage.

1886-1892 : « Mayotte et dépendances » 

D’abord placé sous protectorat du gouvernement français de Madagascar en 1886, l’ensemble de l’archipel devient six ans plus tard colonie française.

1946 : Vers un nouveau statut administratif.

Les Comores deviennent territoire d’outre-mer (TOM). Djaoudzi (à Mayotte) demeure le chef-lieu.

De 1960 à 1970 : Les combats des Chatouilleuses.  

Lorsque les Comores ont voulu obtenir leur indépendance et déplacer la capitale de l'archipel à Moroni, les femmes Mahoraises se sont battues pour réduire l'influence des autres îles de l'archipel des Comores sur Mayotte

Mayotte 3, Histoire d'hier et d'aujourd'hui.

Référendums de 1974 et 1976.

Les Mahorais se prononcent massivement pour leur maintien dans la nation Française.

1995 : Le « Visa Balladur »

Instauration du « visa Balladur » La mesure saluée par les Mahorais et critiquée par les Comoriens, supprime la liberté de circulation entre Mayotte et le reste de l’archipel. Comme l’obtention du visa est difficile, les Comoriens entrent clandestinement dans l’archipel français, à bord des embarcations de fortune désignées sous le nom de kwassa-kwassa. Celles-ci font régulièrement naufrage, transformant l’océan Indien en un vaste cimetière marin. Estimation de 7000 à 10000 personnes mortes noyées.

Kwassa-kwassa

Kwassa-kwassa

Kwassa- kwassa saisies par la Gendarmerie, en attente d’être détruits

Kwassa- kwassa saisies par la Gendarmerie, en attente d’être détruits

31 mars 2011 : Départementalisation.

A la suite du vote des Mahorais qui se prononcent le 29 mars 2009 pour la départementalisation de leur île, Mayotte devient officiellement le 101e département et 5e département d’outre-mer (DOM) de la République française, Code postal : 976.

à suivre...

                                                                 Joanny

Photos internet.

Administrateur colonial à Mayotte, fin XIXème siècle.

Administrateur colonial à Mayotte, fin XIXème siècle.

Partager cet article
Repost0

MAYOTTE II.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

“Caribou Maoré“, bienvenue à Mayotte,

à mes ami(e)s fidèles abonné(e)s de ce blog.

Peut-être que les récits qui vont suivre dans les prochaines semaines vous donnerons l’envie de découvrir, plus en profondeur, ce département Français des tropiques, il vaut bien le détour.

L'Ile aux parfums, Mayotte

L'Ile aux parfums, Mayotte

Géographie de Mayotte

Mayotte comprend deux îles principales, Grande terre et Petite terre et une trentaine de petits îlots parsemés dans un lagon qui s’étend sur plus de 1 500 m² et est  délimité par une barrière de corail.

Ilot Bambo

Ilot Bambo

Ripaille sur l'ilot Sable-Blanc

Ripaille sur l'ilot Sable-Blanc

La barrière de corail est longue de plus de 160 km, elle est coupée par une dizaine de passes permettant de relier le lagon à l’océan. Ces passes sont autant de spots de plongée de renommée mondiale.

Le lagon de Mayotte

Le lagon de Mayotte

Parmi elles, la fameuse « Passe en S », très riche en biodiversité. Mais attention, il est interdit de pêcher ou de jeter l'ancre dans cette réserve marine.

La passe en S

La passe en S

Biodiversité : Annella mollis, gorgone géante (photo internet)

Biodiversité : Annella mollis, gorgone géante (photo internet)

Les plages 

Le littoral des deux îles est parsemé de nombreuses plages, sans dangers et donc ouvertes à tous. Il faut marcher un peu pour accéder à certaines, pour d’autres l’accès en voiture est possible. La couleur du sable varie selon les sites, du blanc au noir, nous consacrerons une page particulière pour en décrire quelques-unes.

Le relief 

Mayotte mesure 40 km environ dans sa plus grande longueur ; sa largeur est de 8 à 55 km (Petite-Terre comprise). L'île majeure, Grande-Terre, découpée et pentue, est formée de 6 massifs érodés dont les points culminants sont le mont Bénara (660 m) et le mont Choungui (593 m).

Le mont Bénara (660 m) et le mont Choungui (593 m).

Le mont Bénara (660 m) et le mont Choungui (593 m).

Sans être excessivement longue, leur ascension est loin d’être de tout repos. La raideur du dénivelé pousse à s’aider des racines et des branches pour rejoindre le sommet et découvrir, un panorama qui mérite la sueur qu’on lui déverse. En effet, au sommet du mont Bénara la vue, splendide, porte jusqu'à la pointe Nord-Est de l'île.

Attention : Randonnée pour marcheurs expérimentés, avec une bonne notion d'équilibre (interdite aux enfants).

Mont Bénara, le sommet n'est pas loin !!!

Mont Bénara, le sommet n'est pas loin !!!

Pour sa part, le mont Choungui offre un point de vue à 360° sur l’intégralité de l’île, de l’Ilot aux sables blancs et la barrière de corail à Petite Terre et les eaux turquoise du lagon, on n’oublie pas de sitôt ni l’effort ni la récompense.

Ascension du Mont Choungui

Ascension du Mont Choungui

Padzas

Lorsque l'on parcourt les chemins de randonnées de Mayotte, on traverse inévitablement des zones arides plus ou moins vastes appelées “padzas“. Les padzas prennent souvent la forme de dunes de terre minérale rouge et stérile et sont plus ou moins ravinés par les intempéries.

Padzas, photos internet
Padzas, photos internet

Padzas, photos internet

Ces caractéristiques résultent de l'érosion naturelle ou de la déforestation par l'homme. Les boues, acheminées par les eaux de ruissellement, représentent un véritable danger pour l’environnement par l’envasement progressif du lagon.

Padzas érodé, photo de Frédéric Ducarme

Padzas érodé, photo de Frédéric Ducarme

Pollution du lagon par les sédiments, photo JDM

Pollution du lagon par les sédiments, photo JDM

Afin de limiter l'expansion des padzas, des Acacias mangium ont été plantés mais ils se ressèment sur toute l'île. Des retenues en pierres ou avec des sacs remplis de terre sont mises également en place.

Acacia mangium, famille des Mimosacées
Acacia mangium, famille des Mimosacées

Acacia mangium, famille des Mimosacées

Les habitants de l'île privilégient la production nourricière coutumière et souvent familiale. La déforestation par brûlis continue donc autour des agglomérations et toujours plus loin. Elles sont un sujet de préoccupations pour les autorités locales.

Le département a subi entre 2011 et 2016, un défrichement de 6,7 %, 1400 hectares de terres boisées ont disparu, amenant Mayotte à un taux de déforestation annuel de 1,2%, similaire à ceux de l’Argentine ou de l’Indonésie.

Brûlis sur le site de Dziani-Dzaha

Brûlis sur le site de Dziani-Dzaha

Charbon de bois de brulis

Charbon de bois de brulis

Climat 

Le climat est tropical d'alizé maritime. Les températures moyennes oscillent entre 23 et 30 °C (25,6 °C de moyenne annuelle) et le taux d'hygrométrie dépasse souvent 85 %. On distingue deux principales saisons séparées par deux intersaisons plus brèves :

La saison des pluies, d'octobre à mars, pendant laquelle la mousson venant du nord arrose l'île. Les températures sont élevées et le taux d'humidité très important. 80 % des précipitations surviennent pendant cette période. C'est également la saison des cyclones et des dépressions tropicales, même si Mayotte, protégée à l’est par Madagascar, est peu exposée au risque cyclonique.

La saison sèche, d'avril à septembre, pendant l'hiver austral. Les alizés venant du sud-est rafraîchissent l'atmosphère, le taux d'humidité est moins important et la pluie se raréfie.

Préférez les mois d'avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre et novembre : les températures sont agréables, la mer chaude et les pluies inexistantes.

Climat de Mayotte

Climat de Mayotte

Dans la prochain article, nous parlerons de l’histoire spécifique de l’île de Mayotte.

                                                     

                                                   Joanny

                               à suivre...

Photos Internet

Partager cet article
Repost0

Et si on retournait dans l'océan Indien !!!

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Lors de premier confinement Joanny nous a fait découvrir La Réunion, grâce à lui nous partons maintenant pour………

Mayotte,

Origine et Géographie.

A regret nous quittons “l’ile Intense“ (La Réunion) pour rejoindre quelques 2h 30 plus tard “l’île aux parfums“ ou moins poétique, “l’île Hippocampe“ si on fait faire une rotation à la carte.

Mayotte, l'île Hippocampe

Mayotte, l'île Hippocampe

Toujours dans l’océan indien, Mayotte fait partie de l’archipel des Comores qui se situe dans l’espace géographique des Mascareignes. A quelque 400 km au nord-ouest de l'île de Madagascar et à 300 km des côtes africaines, à l'entrée du canal de Mozambique.

Comores

Comores

L'archipel des Comores est vieux de 9 millions d'années : l'île la plus ancienne (et la plus érodée) est Mayotte (soit environ 5 millions d’années avant la Réunion),

Sur la carte, les îles qui composent l’espace géographique des Mascareignes se répartissent dans l’océan indien suivant la forme d’un trapèze. Il  comprend Madagascar, Mayotte, Les Comores, Les Seychelles, Rodrigues, l’île Maurice et l’île de La Réunion.

Trapèze des Mascareignes

Trapèze des Mascareignes

Mayotte est dénommée l'île aux parfums depuis le développement au début du XXe siècle de la culture de l'ylang-ylang, Cananga odorata, la « fleur des fleurs » en langue locale, dont les fleurs embaument l'air le soir venu. Nous reviendrons sur cette fleur dans un futur article.

 Cananga odorata, la « fleur des fleurs », ylang-ylang,en langue locale

 Cananga odorata, la « fleur des fleurs », ylang-ylang,en langue locale

La Réunion et Mayotte sont toutes deux apparues à la suite d'une succession d'épisodes sismiques se déroulant sur plusieurs millions d’année.

Actuellement, à l'Est de Mayotte, le même processus semble de nouveau voir le jour. En effet, les scientifiques du monde entier peuvent assister à la naissance d'un volcan sous-marin qui croît très rapidement. Cette éruption volcanique exceptionnelle et de très grande ampleur, est suivie de très près, afin d'éclairer les décideurs sur les dispositions à prendre pour protéger les populations environnantes.

Plusieurs campagnes ont été organisées dans ce but

Et si on retournait dans l'océan Indien !!!

Extrait du communiqué de presse, université Toulouse III – Paul Sabatier

Volcan au large de Mayotte : la sismicité éclaire les étapes de sa formation

La naissance d'un nouveau volcan au large de l’île de Mayotte a été annoncée en mai 2019 suite à la campagne océanographique MAYOBS 11 sur le Marion Dufresne. Une équipe internationale de scientifiques dirigée par Simone Cesca du Centre allemand de recherche en géosciences (GFZ), en collaboration avec l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/CNES/UT3 Paul Sabatier), s’est penchée sur la sismicité associée à cette crise volcanique l’année précédant la campagne. Elle a mis en lumière des mouvements de magma sous le fond marin avant et pendant l’éruption sous-marine qui a débuté en juin 2018.

Avec de nouvelles techniques d’analyses de données sismologiques adaptées pour compenser le manque d’instrumentation autour du volcan avant la campagne, les scientifiques parviennent à reconstruire les différentes étapes de la formation du volcan et le drainage d’un réservoir très profond (~ 30 km). C’est la plus grande éruption sous-marine (plus de 3,4 km3) enregistrée à ce jour.

L'étude est publiée, le 6 janvier 2020 dans la revue Nature Geoscience.

Le Marion Dufresne

Le Marion Dufresne

La position Géographique de Mayotte étant faite. Nous allons dans les prochains articles, vous décrire nos différentes découvertes, lors de la suite de notre voyage.

 

à suivre...

                                                                                        Joanny

 

PS :

Vous trouverez sur Internet toutes les informations sur les campagnes du réseau de surveillance volcanologique et sismologique de Mayotte, de MAYOBS 1 à MAYOBS 15.

 

 

Partager cet article
Repost0

La Réunion, de Saint Denis à Saint Gilles-les-Bains

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Nous arrivons à Saint Paul et nous abordons le domaine des plages et le délicat et douloureux sujet des requins.

 

27 attaques de requins depuis 2011, dont 11 mortelles, et une île globalement privée d’accès à l’océan, c’est le bilan actuel de la « crise requin » qui frappe La Réunion. L’île a connu deux attaques mortelles en 2019, à Saint-Leu et Sainte-Rose. S’il est une crise qui cause un tort durable à La Réunion depuis quelques années, c’est bien la recrudescence d’attaques de requins. Pour le tourisme bien sûr, mais surtout et avant tout pour les réunionnais eux-mêmes.

La Réunion, de Saint Denis à Saint Gilles-les-Bains

Il y a des requins dans les eaux réunionnaises, comme il y a des requins dans tous les océans et toutes les mers du monde.

Il existe plus de 450 espèces de requins qui peuplent tous les milieux marins et dont la très grande majorité d’entre eux sont inoffensifs. Depuis la découverte de l'île au XVIème siècle, la présence de requins à La Réunion a toujours été rapportée et les anciens notamment savent bien qu’il y a des secteurs à éviter et certaines règles à respecter. Il y a cinq espèces considérées comme dangereuses pour l’Homme,  toutes sont présentes dans les eaux réunionnaises, particulièrement le requin bouledogue et le requin tigre qui évoluent proche des côtes.

Requin bouledogue, Carcharhinus leucas

Requin bouledogue, Carcharhinus leucas

Requin tigre, Galeocerdo cuvier

Requin tigre, Galeocerdo cuvier

Requin Bouledogue (Carcharhinus leucas) et Requin Tigre (Galeocerdo cuvier), famille des Carcharhinidées.

Les municipalités concernées ont fait de gros efforts d’information auprès du public, (panneaux, drapeaux, pose de filets et surveillance par des drones).

Le danger des plages ne se cantonne pas qu’aux requins. Si la présence d’une barrière de corail empêche leur approche, souvent la hauteur d’eau dans les lagons se retrouve limitée au moment des grandes marées et favorise le risque de marcher sur des poissons de fond, comme par exemple le “poisson pierre“ (Synanceia verrucosa) de la famille des Scorpaenidacées. Il est doté au sommet de son corps de 13 courtes épines dorsales reliées à des glandes à venin. Il peut dresser ces épines très rapidement pour piquer un éventuel agresseur et injecter ses toxines extrêmement puissantes, ces piqures peuvent nécessiter une hospitalisation.

Poisson pierre, Synanceia verrucosa.

Poisson pierre, Synanceia verrucosa.

Les nombreuses plages de St Paul sont variées, selon la couleur du sable (blanc ou noir) la présence ou la non-présence d’une barrière de corail.

Une arrière-plage ombragée de filaos, est un élément de choix pour les locaux qui affectionnent particulièrement les pique-niques en famille.

Au Sud de St Paul, on peut découvrir la grotte des premiers Français. Cette grotte est en fait une petite caverne se lovant dans la falaise qui borde tout l'ouest de l'île. Aujourd'hui, un parc agrémenté de sentiers a été aménagé devant la grotte pour favoriser les pique-niques.

La grotte des Premiers Français.

La grotte des Premiers Français.

Lors de cet aménagement, un cimetière d'esclaves contenant environ 50 000 défunts a été découvert. Il a été utilisé jusqu'en 1848.

Ce parc est bordé par la route, parallèle à la falaise, qui la sépare du cimetière marin où reposent de nombreux personnages célèbres pour l'histoire de Saint-Paul, entre autres le dernier pirate européen de l'Océan Indien, « La Buse ». Olivier Levasseur, dit La Buse a été exécuté en 1730 à La Réunion pour crime de piraterie. La légende raconte que sur l’échafaud, la corde au cou, il aurait lancé à la foule un parchemin, en s’écriant "Mon trésor à qui saura le prendre".

Cimetière marin de Saint Paul

Cimetière marin de Saint Paul

Notre dernier circuit se termine à “St Gilles les bains“.

Saint-Gilles-les bains dispose sur le front de Mer d'un vaste choix de restaurants, bars, discothèques, rhumerie, pubs, bar lounge créole, dont certains proposent régulièrement le week-end, des concerts et des soirées salsa.

Front de mer à St Gilles-les-bains.

Front de mer à St Gilles-les-bains.

Entre St Paul et St Gilles, la plage de “Boucan Canot“, une baignade sécurisée.

Plage de Boucan-Canot

Plage de Boucan-Canot

Après 45 minutes d'inspection dans l'eau et des survols de la zone par le drone, la baignade est autorisée et le drapeau vert est hissé. Très vite, le carré de baignade fait le plein. 

Non loin de là une piscine naturelle a été aménagée pour une sécurité maximum. 

Piscine naturelle de Boucan-Canot

Piscine naturelle de Boucan-Canot

C’est avec beaucoup de nostalgie que nous reprenons la direction de St Denis pour une dernière nuit sur cette île que je n’oublierai jamais.

La Réunion

La Réunion

Le voyage n’est pas terminé, demain nous reprendrons l’avion pour Mayotte.

Dans quelques mois, je reviendrai vous parler de cet autre département Français, toujours dans l’océan Indien, mais qui n’a rien de commun avec la Réunion.

 

                                                      Joanny

Photos Anaële, Joanny et Internet

Merci merci Joanny pour ce merveilleux dépaysement bienvenu en ces temps si incertains ...

Partager cet article
Repost0

La Réunion, de Saint Denis à Saint Gilles-les-bains (9).

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Compte tenu des obligations professionnelles de mon fils Philippe, notre séjour sur l’île de la Réunion était limité en temps. Nous avons donc fait des choix et la visite de St Denis n’a pu être retenue.

Toutes fois, voici quelques photos de curiosités, aperçues lors de nos rares déambulations en ville.

Le “Barachois“ est une corniche située sur le front de mer de Saint-Denis. Le terme "barachois" signifie petit port sommaire, abri pour les barques.

Le Barachois à St Denis de la Réunion

Le Barachois à St Denis de la Réunion

Le Barachois est aujourd'hui un long parterre végétalisé en front de mer du chef-lieu. Ses vieux canons tournés vers l'Océan, avaient été installés pour prévenir une attaque des Anglais par la mer, mais ceux-ci ont finalement débarqué à l'ouest et sont arrivés à St Denis à pieds, par La Montagne !

L'aéroport baptisé “aéroport Roland Garros“, en l'honneur du célèbre aviateur né sur l'île le 6 octobre 1888 à Saint-Denis.

Aéroport Roland Garros, à Saint Denis de La Réunion.

Aéroport Roland Garros, à Saint Denis de La Réunion.

Quelques exemples de villas créoles aperçues en ville.                                        

Les villas créoles de St Denis font partie du patrimoine culturel et architectural de la ville. L’office du tourisme propose des visites guidées de ces villas, situées principalement rue de Paris. La plupart accueillent aujourd’hui Musées et services d’état.

La Villa du général, ou Maison du Général, classée Monument historique. Elle est maintenant villa de région.

La villa du Général à Saint Denis de La Réunion.

La villa du Général à Saint Denis de La Réunion.

Le Musée d’Histoire naturelle (aurait mérité une visite).

Le musée d'histoire naturelle, à Saint Denis de La Réunion.

Le musée d'histoire naturelle, à Saint Denis de La Réunion.

La Maison Repiquet, maison remarquableUne plaque sur le mur d'enceinte rappelle que la maison fut un temps habitée par Michel Debré.

La maison Repiquet à Saint Denis de La Réunion.

La maison Repiquet à Saint Denis de La Réunion.

La Maison Déramond, maison natale de Raymond Barre.

La maison natale de Raymond Barre à Saint Denis de La Réunion.

La maison natale de Raymond Barre à Saint Denis de La Réunion.

Nous terminerons cette série de bavardages d’un “z'oreille“ émerveillé de ce court séjour sur “l’île intense“, par une courte visite en direction des nombreuses plages de la côte Ouest entre st Denis et St Gilles les bains

de Saint Denis à Saint Gilles-les -Bains, à La Réunion.

de Saint Denis à Saint Gilles-les -Bains, à La Réunion.

Nous empruntons la N1 en direction de la Possession, cette portion de nationale appelée “route du littoral“ est redoutée par les nombreux Réunionnais qui l’utilisent chaque jour.

En effet, cette 2 fois 2 voies a la particularité d'être située au pied d'une falaise géologiquement instable d'où tombent régulièrement de très gros blocs rocheux, spécialement après un épisode pluvieux. Ces chutes ont fait 19 morts de l'ouverture de la route au 10 janvier 2008. La Région Réunion a engagé depuis fin 2013 le chantier de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). Le premier enjeu de cette construction est prioritairement celui de mettre fin à une situation d’insécurité permanente pour les dizaines de milliers de professionnels et de particuliers qui empruntent chaque jour cet axe vital pour La Réunion. Ce chantier, qualifié de pharaonique au départ, a été fortement réduit après divers problèmes techniques et environnementaux. Seule la première partie, quasiment achevée et construite sur pilotis en bordure du rivage, entrera en service fin 2021.

Viaduc de la Nouvelle route du Littoral à La Réunion.

Viaduc de la Nouvelle route du Littoral à La Réunion.

Après La Possession, nous traversons la commune du Port                                                 

Une base navale de la Marine Nationale est installée dans cette petite ville. Elle tire son nom du port de la Pointe des Galets, seul port industriel de l'île. Elle abrite une flottille de servitude portuaire. Le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS), qui opère sur la zone sud de l'Océan Indien, est basé dans ce port.

Première curiosité, le Banian du rond-point de la Glacière

Banian du rond point de la glacière, à Port la Réunion.

Banian du rond point de la glacière, à Port la Réunion.

Appelé caoutchouc à la Réunion, le figuier des banians ou Banian de l'Inde - Ficus benghalensis - famille des Moracées, se retrouve partout à La Réunion.  

Cet arbre spectaculaire a surement été implanté par les premiers travailleurs venant d'Inde. Pour eux, cet arbre est sacré, il représente l'éternité et son ombre est propice à la méditation. Il est souvent planté à proximité des temples hindous, (les Banians sont une sous-caste de commerçants indiens).

Très vite, c’est la ville de “Saint-Paul de La Réunion“. Elle abrite la « baie du meilleur ancrage » de l'île, c'est donc par cette baie que les premiers Français ont débarqué pour la première fois le 29 juin 1642 à l'occasion de la seconde prise de possession des Mascareignes par la France.

St Paul est une des plus vastes communes de France, elle couvre 21 128 hectares dans la tranche ouest du cône volcanique formant l’île de la Réunion.

D’Est en Ouest le territoire communal dégringole de 2 204 mètres, du Piton Maïdo, jusqu’à Saint-Paul ville, bord de mer, par un glacis d’une dizaine de kilomètres.

Avec St Paul, nous abordons le domaine des plages et le délicat et douloureux sujet des requins.

Requin bouledogue

Requin bouledogue

Requin tigre

Requin tigre

A suivre...

                                                     Joanny,

photos Anaële, Joanny et Internet

Partager cet article
Repost0

Le Piton de la Fournaise, La Réunion (8),

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Le piton de la Fournaise

Le piton de la Fournaise

Même abrité du vent, il ne fait vraiment pas chaud et la brume commence à masquer les sommets, nous avons hâte de retrouver la voiture. Nous prenons quand même le temps de bien nous imprégner de ce sublime environnement.

Les nuages envahissent les sommets !

Les nuages envahissent les sommets !

Quelques remarques sur la végétation, des “fleurs jaunes“  aperçues dans la descente vers l’enclos Fouqué, des “Hélichryses“, Helichrysum arnicoïdes, famille des astéracées et des millepertuis, Hypericum lanceolatum subs angustifolium, famille des hypericacées.

Helichrysum arnicoïdes,

Helichrysum arnicoïdes,

Hypericum lanceolatum subs angustifolium,

Hypericum lanceolatum subs angustifolium,

et deux plantes représentatives de la Plaine des sables, le “Branle  blanc“, Stoebe passerinoides et la “queue mimise“, Pennisetum caffrum.

Stoebe passerinoides

Stoebe passerinoides

Pennisetum caffrum

Pennisetum caffrum

Nous allons terminer cet épisode du “Piton de la Fournaise“ en retrouvant la portion de la Nationale 2, correspondant au “Grand Brûlé“.

« Le Grand-Brûlé » se situe entre les villes de Saint-Philippe et de Sainte-Rose. Délimité par le rempart de Bois-Blanc au nord et le rempart du Tremblet au sud, le Grand-Brûlé est en partie couvert par une forêt. La route goudronnée se fraye un chemin à travers les coulées de lave, le long de la côte. 

La route des laves, route Nationale 2,

La route des laves, route Nationale 2,

Coulée de lave de 2007 et bas du rempart du Tremblet,

Coulée de lave de 2007 et bas du rempart du Tremblet,

Des randonnées encadrées sont proposées pour différents tunnels de lave, à Saint-Philippe et à Sainte-Rose.

Lave figée en larges gouttes harmonieuses, dans les tunnels de lave.
Lave figée en larges gouttes harmonieuses, dans les tunnels de lave.

Lave figée en larges gouttes harmonieuses, dans les tunnels de lave.

Dans l'enclos du Piton de la Fournaise, il n'y a aucune habitation parce que le risque des coulées de lave est trop grand. La nationale 2, appelée aussi route des laves, se situe entre Saint-Philippe au sud et Sainte-Rose au nord. A Piton-Sainte-Rose, on peut admirer une magnifique petite église, nommée “Notre-Dame-des-laves“.                                        

A proximité de l’église, on remarquera une curieuse statue de la vierge. Cette statue (emblématique de la Réunion) est protégée par un parasol en fer comme pour sauvegarder la statue des retombés peu probables d'une éruption trop violente.   

C'est la Vierge au parasol        

Des centaines de cierges, des bouquets de fleurs sont déposés aux pieds de la vierge protectrice.

Le 8 janvier 2014, la statue a été décapitée par des inconnus. Une réplique en résine fut alors installée au Grand Brûlé où elle fut vandalisée le 28 avril 2015, taguée à la peinture rouge avec, entre autres, l’inscription « Satan est de retour".

Piton-Sainte-Rose, église Notre-Dame-des-Laves, et copie de la Vierge au Parasol,
Piton-Sainte-Rose, église Notre-Dame-des-Laves, et copie de la Vierge au Parasol,

Piton-Sainte-Rose, église Notre-Dame-des-Laves, et copie de la Vierge au Parasol,

Colonisation des coulées de lave par la végétation :                              

Depuis des temps immémoriaux, la forêt du Grand-Brûlé paye son tribut au Piton de la Fournaise. Les coulées de lave arrivées à la mer réduisent en cendres, fougères et grands arbres. Mais ces petites victoires sont de courte durée. La végétation réunionnaise a appris à prendre sa revanche.                                                         

Quelques espèces pionnières  :

 Lichen Stereocaulon vulcani

Lichen Stereocaulon vulcani

 Petit bois de rempart, Agarista buxifolia

Petit bois de rempart, Agarista buxifolia

Petite natte

Petite natte

Néphrolèptide abrupte, Nephrolepis abrupta, famille des Néphrolépidacées

Néphrolèptide abrupte, Nephrolepis abrupta, famille des Néphrolépidacées

Si vous cherchez les sources :

Et pour terminer ce clin d’œil à la Fournaise, deux images que nous n’avons pas vues et que, pour ma part, je ne verrai jamais.

                                                     

                                                                 Joanny

Photos Anaële et Joanny.

Mais les photos ci-dessous sont "empruntées" à Internet.

Coulée de lave se déversant dans la mer, photo Internet

Coulée de lave se déversant dans la mer, photo Internet

Eruption de la Fournaise ! photo Internet

Eruption de la Fournaise ! photo Internet

Partager cet article
Repost0

Prochainement, rendez-vous au Piton de la Fournaise...

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Photo emprunté à Internet   

Photo emprunté à Internet   

Partager cet article
Repost0

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.

Retour dans l’hémisphère sud !

 

Route des plaines (N3).

Cette route de 58 km, est la seule à traverser l'île de l’Est au Sud-Ouest.

Halte au col de Bellevue.

Ce col est situé à 1 600 mètres d’altitude au cœur de la région des plaines. Il marque le passage de l’est à l’ouest, entre la plaine des “palmistes“ et la plaine des “Cafres“.     

Il y a seulement une chance sur deux de pouvoir contempler le paysage en raison de la fréquence des nuages à cette altitude et dans cette région humide. Comme le temps est clair et qu'il est tôt le matin, nous pouvons admirer la vue en direction de St Benoît et de l’océan.     

Col de Bellevue et plaine des Palmistes

Col de Bellevue et plaine des Palmistes

Aire de pique-nique et fougères arborescentes

Aire de pique-nique et fougères arborescentes

L’environnement végétal autour de l’aire de pique-nique situé à cet endroit est intéressant notamment les spectaculaires fougères arborescentes et des résineux que je ne connaissais pas.

Les fougères arborescentes sont appelées fanjans à la Réunion, on distingue trois variétés de ces fougères, toutes du genre Cyathea et endémiques de l’île. Deux femelles et un mâle, mais qui n'ont rien à voir avec la sexualité de ces plantes.

Fougères arborescentes
Fougères arborescentes

Fougères arborescentes

Les résineux sont appelés localement “Sapins créoles“, Cryptomeria japonica, famille des Cupressacées. Ils ont été importés pour leur parfaite adaptation aux terrains volcaniques

“Sapins créoles“, Cryptomeria japonica,

“Sapins créoles“, Cryptomeria japonica,

Nous retrouvons de nouveau une route toujours aussi sinueuse pour la descente vers “la plaine des Cafres“.

Vers la "plaine des Cafres"

Vers la "plaine des Cafres"

La “Plaine des Cafres“, curieusement, c’est à la fois le nom d’un village et celui du plateau qui l’accueille. Ce plateau est situé sur les hauteurs de La Réunion, calé entre le massif du Piton des Neiges et celui du Piton de la Fournaise.

Cette plaine doit son nom aux africains originaires de l’actuel Mozambique et de ses environs, « déportés » à La Réunion comme esclaves. Aujourd’hui, le terme "cafre" désigne l’ensemble de la population noire de l’île.    

Le paysage de pâturage est dégagé et constitué de vastes pâtures bordées de haies faites principalement d'ajonc, d’où son surnom de Normandie de la Réunion.

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.

Très vite, c’est Bourg-Murat et sa “ Cité du volcan“, l’emploi du temps très chargé de notre journée, ne nous laissera pas le temps pour une visite certainement passionnante de cet établissement. Ici nous allons abandonner la N 3 pour un temps et nous diriger vers le “Pas de Bellecombe“ par la route forestière N 5, cette balade sera racontée prochainement.

 

Descente vers St Pierre :

Nous retrouvons la N3 et la plaine des Cafres pour nous diriger vers St Pierre, à la recherche d’un restaurant. Le réveil a été très matinal et le « p'tit déj » est bien loin !!!  

Nous optons pour un restaurant du Front de mer, proposant des spécialités créoles. La formule est particulière, elle propose un buffet de plats chauds ou froids (on a même le droit de se servir autant de fois que l’on veut), en plus c’est délicieux et même gratos pour moi en ma qualité de Gramoune“  !

“Gramoune“ en créole = Vieille personne

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour. La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.

Littoral Sud :

Nous reprenons la route, la N2, pour rejoindre St Benoît, par le littoral Sud.

Le littoral offre de très belles plages à Saint-Pierre, mais aussi des côtes beaucoup plus sauvages et préservées à Saint-Joseph ou à Saint-Philippe.

Littoral Sud vu par un poète :
« Flots bleus et verts tachés des barques aux focs blancs
Qui montrez dolemment sur une grève blanche ;
Môle antique et noirci, dur éperon qui tranche,
Portant le grondement et l'écume à ses flancs.
Parmi des sables bas, un long et mol étang
Où le vieux cocotier se reflète et se penche ;
Où la Ravine exquise, en murmures, s'épanche,
Et qui flue à la mer, très lent, en serpentant… »
Louis Ozoux, Saint-Gilles, Poèmes réunionnais, 1939.

Petite Île :

La plage de Grande Anse est la dernière belle étendue de sable blanc, ombragée par les filaos, avant la côte noire et déchiquetée du Sud. Mais il faudra résister à la baignade, trop dangereuse à cause des courants violents et des requins.

Le filao, ou filao à feuilles de prêle, Casuarina equisetifolia, famille des Casuarinacées.

Plage de la Grande Anse

Plage de la Grande Anse

Le filao, ou filao à feuilles de prêle, Casuarina equisetifolia

Le filao, ou filao à feuilles de prêle, Casuarina equisetifolia

Le majestueux piton de Grande Anse domine ce site sauvage et s'abîme brutalement dans l'océan bleu métallique.  

 

Piton de la Grande Anse

Piton de la Grande Anse

Saint Joseph :

La Pointe de Langevin est le site le plus au sud de tous les départements français.

 Pointe de Langevin

Pointe de Langevin

Saint Philippe :

Après deux siècles de déforestation intense, il reste moins de 7% de la forêt tropicale humide originelle à la Réunion, elle est située principalement à Saint Philippe. La forêt primaire de 'Mare Longue"(que nous n’avons pu visiter par manque de temps), miraculeusement rescapée, est la forêt tropicale la plus riche de la Réunion.

Forêt primaire de 'Mare Longue"

Forêt primaire de 'Mare Longue"

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.

Tabac bœuf ou Bonbon bleu (Clidelia hirta) famille des Mélastomatacées.

Originaire d'Amérique du sud, importée il y a 20 ans à la Réunion, c'est un désastre envahissant, notamment dans la forêt primaire de Mare Longue.

 

La route des laves traverse maintenant le “Grand brûlé“. Délimité par le Rempart du “Tremblet“ au sud et par le Rempart de “Bois-Blanc au nord, cette zone désigne le flanc est du piton de la Fournaise.

Au sud, un large panorama s'ouvre sur les Grandes Pentes. Les innombrables coulées, déjections éruptives, aux teintes noires et argentées y ont repoussé les limites de la forêt. Nous reviendrons sur ce paysage de désolation, lorsque nous aborderons spécifiquement le thème du “Piton de la Fournaise“.

Petite pause à l’Anse des cascades :

L'anse des cascades est une jolie baie de l'île située à “Piton Sainte-Rose“. On peut observer là plusieurs chutes d'eau qui donnent un air sauvage et pittoresque à l'endroit.            

Une grande cocoteraie, entrecoupée de vacoas (Pandanus utilis, plante en forme de parasol) vient ajouter à la beauté de ce paysage. 

La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.
La Réunion (6), Sud de l’île, de St Benoît à St Pierre et retour.
Anse des Cascades
Anse des Cascades

Anse des Cascades

Retour vers Ste Suzanne qui nous attend pour une passionnante visite de sa Vanilleraie, déjà évoquée dans l’article La Réunion et sa Vanille Bourbon (5).

 

Magnifique Journée intense mais éprouvante, elle restera pour nous, la journée phare de notre périple Réunionnais.  

                               Photos Anaële et Joanny et empruntées à Internet   

                                                                                             Joanny

Partager cet article
Repost0

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Cette fois, nous nous dirigerons vers le “Nord/Est“ en direction de Sainte Suzanne pour une visite de sa Vanilleraie.

Située au cœur d’un authentique domaine créole, le Domaine du Grand Hazier à Sainte-Suzanne, la Vanilleraie est le fruit de la rencontre entre des producteurs de vanille passionnés par leur métier et les propriétaires du domaine.

Carte empruntée à Internet

Carte empruntée à Internet

Origine de la Vanille à la Réunion :

En 1819, le capitaine Philibert et le botaniste Perrotet introduisent la vanille à la Réunion en vue de la cultiver.

Le Vanillier, Vanilla planifolia, famille des Orchidacées,

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Cette liane originaire du Mexique restera, pendant une trentaine d’années une plante d’ornement, faute de fructification naturelle

En effet l’abeille, Euglossa viridissima, famille des Apidées, vivant au Mexique, seule pollinisatrice naturelle de la vanille, n’a pu être acclimatée à La Réunion. 

Photo empruntée à Internet

Photo empruntée à Internet

Il faudra attendre 1841 pour qu’Edmond Albius, un jeune esclave âgé de 12 ans, trouve le procédé de pollinisation manuelle de la vanille, encore utilisé de nos jours. 

Schéma de la pollinisation manuelle

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Pollinisation manuelle

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.
La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Développement de la Culture de la vanille :

Après cette découverte majeure, la culture de la vanille va connaitre un développement de grande ampleur sur l’île. Malheureusement, les gousses de vanille se fendent à maturité et perdent de leur valeur commerciale. Il faudra toute l‘ingéniosité de deux producteurs réunionnais, Ernest Loupy et David De Floris, pour mettre au point un procédé de préparation permettant à la gousse de vanille de développer tout son arôme sans se fendre (procédé toujours utilisé de nos jours).

 

Culture de la vanille :

Le vanillier est cultivé de façons très différentes depuis des modes très extensifs (type culture en sous-bois) jusqu’à des modes très intensifs (type culture hors-sol sous ombrage artificiel). 

Culture en sous-bois, photo empruntée à Internet

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Culture hors-sol sous ombrage artificiel

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Pour se développer, la vanille a besoin d’un climat tropical chaud et humide. C’est la raison pour laquelle on retrouve les plantations de vanille sur la côte Est de la Réunion (la plus arrosée). La plupart des parcelles se situe en forêt car un certain ombrage est nécessaire au bon développement du plant de vanille.

Après plantation, il faudra attendre trois ans avant de voir s’épanouir les premières fleurs de vanille.

Photo empruntée à Internet

Photo empruntée à Internet

Ces dernières, éphémères, doivent être fécondées dans la matinée, la fleur se fanant en l’espace d’une journée.

La gousse de vanille atteint sa taille définitive deux mois après fécondation mais il lui faudra 9 mois pour arriver à maturité.

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Récolte de la vanille :

 

La récolte de la vanille s’effectue gousse par gousse, en fonction de son degré de maturité. Elle commence en juin pour se terminer à la mi-octobre. 

Echaudage et égouttage :

Le procédé appelé échaudage, permet d'éviter que les gousses  se fendent, il doit être entrepris dans les 48 heures suivant la récolte. Les gousses de vanille sont plongées dans une eau chauffée à 65°C pendant 3 mn.

Echaudage et chaudière à échaudage, photos empruntés à Internet.
Echaudage et chaudière à échaudage, photos empruntés à Internet.

Echaudage et chaudière à échaudage, photos empruntés à Internet.

Egouttage

Egouttage

Après égouttage, les gousses de vanille sont placées durant 24 heures dans des caisses capitonnées de couvertures pour les faire transpirer, c’est l’étuvage.

Etuvage

Etuvage

Etuvage :

C’est au cours de cette étape que les gousses de vanille changent de couleur et prennent leur belle robe chocolat. A ce stade, les gousses de vanille sont encore gorgées d’eau et doivent être séchées pour assurer leur conservation

Séchage :

Le séchage de la vanille se déroule en deux étapes : un premier séchage très intense au soleil pendant une dizaine de jours puis un séchage plus lent à l’ombre durant 2 à 3 mois. Les gousses de vanille sont régulièrement triées pour juger de leur état de dessiccation.

Séchage au soleil

Séchage au soleil

Séchage à l'ombre, photo empruntée à Internet

Séchage à l'ombre, photo empruntée à Internet

Maturation :

Les gousses de vanille sèches partent en malle de maturation pour une période de 12 mois minimum alors que les gousses insuffisamment sèches repartent au séchage. C’est lors de cette phase de lente maturation aromatique que les arômes de la vanille s’élaborent. C'est comparable au passage en barrique pour le vin.                              

Pendant ces 12 mois, un contrôle régulier des malles est effectué pour éviter tout développement de moisissure ph 15.

C’est à l’issue de ce long processus de maturation que les gousses de vanille acquièrent leur parfum subtil et délicat.                               

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Calibrage :

Les gousses sont triées à la main selon leur longueur, les plus longues seront les mieux valorisées.

Table de calibrage et calibrage de la vanille Bourbon
Table de calibrage et calibrage de la vanille Bourbon

Table de calibrage et calibrage de la vanille Bourbon

Les gousses de même longueur sont conditionnées en bottes, pour être stockées, toujours en malles où elles vont conserver leurs qualités. Alors, seulement, elles seront prêtes à être commercialisées. Au total, il se sera écoulé près de deux ans entre la récolte des gousses de vanille et leur commercialisation.

Malle de stockage

Malle de stockage

C’est un très long travail pour obtenir de bonnes gousses de vanille, ce qui explique leur qualité exceptionnelle et leur prix élevé.

Appellation “Vanille“ :

L'appellation commerciale « vanille » s'applique aux gousses préparées de longueur au moins égale à 15 centimètres. Les plus beaux fruits, dits «Vanille ménagère», sont destinés à la vente au détail ; ils ne doivent être ni fendus, ni ragués (éffilochés), ni secs. Une gousse de qualité doit pouvoir être enroulée autour du doigt sans s'abîmer. 

Test de qualité de la vanille Bourbon

Test de qualité de la vanille Bourbon

La qualité la plus exceptionnelle est appelée «vanille givrée» : la vanilline a cristallisé en surface en légères efflorescences neigeuses. C'est la vanille la plus intensément et la plus délicatement parfumée. 

Amour et patience sont les maîtres mots qui caractérisent la vanille et en font un produit d’exception.

J'espère que la découverte ou la redécouverte de cette fabuleuse épice vous aura fait voyager un peu plus au cœur de l'île intense.

 

                                                                       Joanny

Photos Anaële et Joanny et quelques unes empruntées à Internet

La Réunion (5) et sa vanille Bourbon.

Vanille givrée à gauche

Partager cet article
Repost0

La Réunion et son jardin magique (4)

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Nous sommes toujours à St Leu, dans le jardin conservatoire botanique de Mascarin.

- Vergers créoles.

Fleur de bananier et bananier (Musa sp)

Fleur

Fleur

Régime de bananes, photo empruntée à Internet

Régime de bananes, photo empruntée à Internet

Cabosses du Cacaoyer et fleur (Theobroma cacao) famille des Malvacées.

Cabosses

Cabosses

Fleur, photo empruntée à Internet

Fleur, photo empruntée à Internet

- Plantes grasses et Cactées

___
___
___
___

___

- Les Nénuphars 

___
___
___

___

- Les orchidées

La Réunion et son jardin magique (4)
La Réunion et son jardin magique (4)La Réunion et son jardin magique (4)
La Réunion et son jardin magique (4)La Réunion et son jardin magique (4)
La Réunion et son jardin magique (4)La Réunion et son jardin magique (4)

Visite très agréable dans un environnement grandiose, à ne pas manquer si vous avez la chance de visiter cette merveilleuse Île.

                                                                                 Joanny

Photos Anaële et Joanny, quelques-unes empruntées à Internet.

Le piton de la fournaise, pour bientôt...

La Réunion et son jardin magique (4)
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>