Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles avec #flore tag

Campanules

23 Juillet 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

La météo de l’été 2015 est particulièrement rude pour notre belle flore Savoyarde, j’ai rarement vu autant de prairies et de pâturages de cette sinistre couleur …jaune, moi qui n’aime que le vert. En essayant d’être optimiste, on peut découvrir tout de même de nombreuses nuances de jaune !!

Un petit tour dans ma « photothèque » me redonnera le moral !  J’ai choisi les campanules.

Le genre Campanula, (du latin campana, " petite cloche ") sont des plantes herbacées vivaces ou bisannuelles de la famille des Campanulacées.

Elles peuvent être bleues, blanches, violettes ou jaunes.

De nombreuses espèces se rencontrent dans nos belles Savoie. Voici quelques photos de campanules rencontrées par la Groupe Nature, lors de ses sorties hebdomadaires. Evidemment, la liste n’est pas exhaustive.

 

Campanula alpestris, campanule alpestre,  de 1700 à 2600 m, éboulis mouvants

surtout calcaires.

Campanule alpestre

Campanule alpestre

Campanula barbata L., campanule barbue, de 1200-2400m, pelouses orophiles

(= adaptées à la haute montagne) acidiphiles.

Campanule barbue
Campanule barbue

Campanule barbue

Campanula cochleariifolia, campanule à feuilles de cranson, campanule fluette,

de 800-3200 m, rochers, éboulis, alluvions calcaires.

Campanule fluette

Campanule fluette

Campanula glomerata L., campanule à fleurs agglomérées, de 0 à 2200 m,

pelouses méso- à xérophiles basiphiles.        

Campanule à fleurs agglomérées
Campanule à fleurs agglomérées

Campanule à fleurs agglomérées

Campanula latifolia L., campanule à larges feuilles, de 600-1800 m, 

mégaphorbiaies orophiles.

Campanule à larges feuilles
Campanule à larges feuilles

Campanule à larges feuilles

Campanula medium L., campanule carillon, campanule à grandes fleurs, de

100-1800 m, ourlets basiphiles thermophiles.

Campanule carillon
Campanule carillon

Campanule carillon

Campanula persicifolia L., campanule à feuilles de pêcher, de 0-1700 m, ourlets

thermophiles mésoxérophiles.    

Campanule à feuilles de pêcher
Campanule à feuilles de pêcher

Campanule à feuilles de pêcher

Campanula rapunculoides L. campanule fausse raiponce, de  0-1800 m, pelouses,

ourlets thermophiles surtout basiphiles.         

Campanule fausse raiponce
Campanule fausse raiponce

Campanule fausse raiponce

Campanula rapunculus L. campanule raiponce,  de 0 -1200 m, sous-bois

herbacés, ourlets basiphiles mésophiles

Campanule raiponce
Campanule raiponce

Campanule raiponce

Campanula rhomboidalis L., campanule à feuilles rhomboïdales,   de 

800-2200 m, prairies orophiles de fauche         

Campanule à feuilles rhomboïdales
Campanule à feuilles rhomboïdales

Campanule à feuilles rhomboïdales

Campanula scheuchzeri Vill. campanule de Scheuchzer, de 1200-2800 m,

pelouses acidiphiles         

Campanule de Scheuchzer
Campanule de Scheuchzer

Campanule de Scheuchzer

Campanula spicata L., campanule  en épi, de 900-2300 m, pelouses

basiphiles steppiques.

Campanule en épi
Campanule en épi

Campanule en épi

Campanula thyrsoides L., campanule en thyrse,  de  1200-2200 m, pelouses

basiphiles subalpines.          

Campanule en thyrse

Campanule en thyrse

Campanula trachelium L. subsp. Trachelium, campanule gantelée,  de 0-1700 m,

sous-bois herbacés, ourlets basiphiles mésophiles.

Campanule gantelée
Campanule gantelée
Campanule gantelée

Campanule gantelée

Christianne

 

Photos des membres du groupes : 

Josette, Nicole, Sylvie,  Mireille, Christianne, Jacques, André.

Lire la suite

Une autre façon de regarder la flore !!

11 Juillet 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Lys de St Bruno, Paradisiae liliastrum, joli à croquer, dixit Mylabris (insecte coléoptère de la famille des Méloidés).

Une autre façon de regarder la flore !!

Chardon décapité, Cardus defloratus,  habité

Une autre façon de regarder la flore !!

Chenille orchidophile, peut être bien Bombyx et orchis moucheron, Gymnadenia conopsea.

Une autre façon de regarder la flore !!

Dans la famille Agélène quand on se fait une toile on n'oublie pas le tunnel pour s'y cacher, Algena labyrintihica.

Une autre façon de regarder la flore !!

Le long bec de la pédiculaire du Mont Cenis, Pediculaire cenisia

Une autre façon de regarder la flore !!

La véronique alpine, Veronica alpina, fleur et fruit, le fruit est en forme de coeur!!

Une autre façon de regarder la flore !!

Trop belle la karelle ou fétuque paniculée, Festuca paniculata des Karellis

Une autre façon de regarder la flore !!

Un des saxifrages préférés de Sylvie

Une autre façon de regarder la flore !!

Article et photos de Jean Loup

Lire la suite

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

1 Juillet 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Belles rencontres au  mois de Mai avec Ophrys apifera, l’Ophrys abeille

 

Dans la forêt de pin de Lacanau, en Gironde,

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

A Eloise en Haute Savoie,

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

Elle a toutes les caractéristiques des ophrys.

  • Feuilles le plus souvent basales.
  • Epi lâche, à fleurs peu nombreuses.
  • Labelle brun, plus ou moins foncé, velu, qui imite le corps d’un insecte femelle. Orné d’un dessin (macule) de forme variable. Muni ou non d’un appendice. Bordé ou non d’une marge jaune.
  • Les autres pièces florales sont de taille et de couleur variables.

Chez Ophrys apifera,

Le labelle est brun, plutôt petit, sans marge, la macule peut être réduite à deux points.

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

L’appendice  est recourbé sous le labelle.

Le bec du gymnostène est allongé et sinueux.

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

Les sépales sont roses à nervures vertes, les pétales petits et verts.

 

On rencontre l’Ophrys abeille jusqu’à 1400 m, dans les pelouses mésoxérophiles.

Ophrys apifera, l’ophrys abeille

Regardez bien les photos suivantes ….

Cet ophrys a un périanthe qui comporte sépales et pétales de grande taille, de couleur rose.

Il s’agit d' Ophrys apifera variété botteronii, rencontrée en Haute Savoie.

Ophrys apifera, l’ophrys abeille
Ophrys apifera, l’ophrys abeille
Ophrys apifera, l’ophrys abeille

Source :

A la rencontre des orchidées sauvages de Rhône-Alpes.

Collectif de la Société Française d’Orchidophilie Rhône-Alpes.

Lire la suite

Sabot de Vénus

10 Juin 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Je ne resiste pas au plaisir de vous faire partager ces quelques photos du

Cypripedium calceolus,

le sabot de Venus.

Ils poussent par centaines dans un petit coin de Haute- Savoie.

Surtout, ne les cueillez pas

Sabot de Vénus
Sabot de Vénus
Cypripedium calceolus

Cypripedium calceolus

Sabot de Vénus
Sabot de Vénus
Sabot de Vénus
Sabot de Vénus

Même à l'envers, ils sont beaux!!

Sabots de Venus, coté pile!!

Sabots de Venus, coté pile!!

Lire la suite

ROUGE ou BLEU ???

28 Mai 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Le Mouron rouge ou Mouron des champs, Anagallis arvensis, Lysimachia arvensis, est une plante annuelle de la famille des Primulacées.

C'est une plante rampante à fleurs rouges, ou parfois bleues, qui pousse dans les cultures, les jardins... Les fruits sont des Pyxides produisant de nombreuses graines.

 

Le Mouron rouge n'appartient pas à la même famille que le Mouron des oiseaux, Stellaria media, qui est une Caryophyllacées. Seule une similitude dans le port de la plante et la forme des feuilles rapproche ces deux espèces.

Anagallis arvensis
Anagallis arvensis
Anagallis arvensis
Anagallis arvensis

Anagallis arvensis

Photos de Jacques et André

 

Voir aussi les articles "primulacées"

Lire la suite

Isopyrum thalictroides, Isopyre faux-pygamon

23 Avril 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Première découverte de l’année, l’Isopyre est assez rare, il est protégé dans de nombreuses régions de France. Il fleurit de Mars à Mai, en sous-bois herbacés, jusqu’à 1200m.

Isopyre faux-pygamon
Isopyre faux-pygamon

Isopyre faux-pygamon

Souche vivace, rampante, à fibres épaisses, fasciculées 


- tige de 10-25 cm, grêle, nue à la base, glabre
- feuilles glabres, à folioles trilobées, munies de stipules membraneuses 
- fleurs d'un blanc pur, peu nombreuses, pédonculées, bractéolées 
- 5 sépales , pétaloïdes, caducs 
- 5 pétales, très petits, contractés à la base, ouverts en cornet 

 

 

Photos de Jacques.

Jacques a photographié aussi un très joli myosotis, qui a pour nom Mysotis ramosissima !

Isopyrum thalictroides, Isopyre faux-pygamon
Lire la suite

L'Hellébore vert,

27 Mars 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Première découverte de l’année 2015, l’Hellébore vert ou ellébore vert, Helleborus viridis !

Merci à Monique et au groupe de botanistes de Faverges pour nous avoir

permis de découvrir cet hellébore rare.

L'Hellébore vert,

De plus pas de recherche difficile, c'est à Naves-Parmelan, tout prêt d'Annecy.

 

Si vous voulez en savoir plus, consultez le blog

groupenaturefaverges.over-blog.fr

 

Monique nous explique tout !

 

Nos photographes, Josette, Jacques et André se sont régalés :

 

Helleborus viridis, en boutons

Helleborus viridis en boutons

Helleborus viridis en boutons

A peine ouverte,

L'Hellébore vert,

Des bractées et quelques feuilles aux ramifications...

L'Hellébore vert,
L'Hellébore vert,
L'Hellébore vert,

Les feuilles basales "pédalées" de l’année précédente, sèches tout autour

L'Hellébore vert,

Les bourgeons des feuilles basales de l’année, dégagés sous les feuilles mortes.

L'Hellébore vert,

Bon départ pour les botanistes de Gruffy !!

L'Hellébore vert,
Lire la suite

l'hellébore fétide

16 Mars 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Cet article de Joanny a été publié en 2011 mais relisons-le car les hellébores fétides sont en pleine forme au début du printemps et puis elles en annoncent d'autre (hellébores) dont nous vous parlerons bientôt....

Vous ne l'avez peut-être pas remarqué, pourtant il pousse dès la fin de l'hiver, c'est l'hellébore fétide.

Pied d'hellebore

 

          Très largement répandu dans notre région, l’hellébore fétide, Helleborus foetidus, est une plante glabre, vivace, qui pousse naturellement dans les bois, les broussailles ou les endroits rocailleux, en sol calcaire. Il dégage, surtout à la cassure, une odeur désagréable, d'où son nom. Ses tiges herbacées robustes de 30 à 45 cm de haut, atteignent 80 cm à 1 m lors de la floraison.

Vivace, il a toutefois la vie courte (3 ou 4 ans). Les jeunes plantes ne fleurissent qu’après 2 ou 3 ans. La plante meurt après la deuxième floraison.

 

La floraison

 

Elle a lieu en fin d'hiver sous forme d'une grappe importante de fleurs très penchées, accompagnées par de grandes bractées  en forme de feuille simple, de la même couleur jaune-verdâtre que les fleurs.

 

 

Les fleurs elles, sont en forme de cloche penchée (pour se protéger des intempéries). Elles sont composées de cinq sépales pétaloïdes  persistants, souvent bordés de rouge, et de plusieurs pétales transformés   en cornet, secrétant du nectar  (curieux petits godets au nombre de cinq à dix).        

 

Helloborus foetidus pétale et sépale

        

La marque rouge sur le bord des sépales apparaît après fécondation.

 

Hellebore fétide

 

 

Comme chez toutes les Renonculacées, les étamines sont nombreuses et insérées en spirale.  La fleur est visitée par des insectes diptères, ainsi  que par des abeilles et des bourdons. C’est une plante mellifère.   

 

hellebore fétide la fleur

 

 

Le gyynécée est formé de trois à huit carpelles indépendants qui se transformeront en autant de fruits appelés follicules. Les graines, qui possèdent un éléosome, sont semées par les fourmis (myrmécochorie).

 Ainsi on retrouve souvent les rejetons  à plusieurs mètres des plantes mères.

 

 

hellebore fétide le fruit

 

La myrmécochorie est le fait pour une plante de favoriser le transport de ses graines par le biais des fourmis.

 

 

 

Anciennes croyances, anciennes pratiques :

 

·       En bouquet séché disposé dans les bergeries , il éloignerait les serpents et les crapauds, accusés de téter les chèvres.

·       Il repousserait les rats.

·       Il a été utilisé pour chasser les gaz intestinaux des bêtes gonflées par l’absorption d’herbes tendres au début du printemps.

 

Mais......

 

attention danger

 

 

Attention : Toutes les espèces d’hellébores sont toxiques, il faut systématiquement se laver les mains après leur manipulation.

 

 

Nous traiterons le sujet des éléosomes dans un prochain article.

 

 

Ne pas confondre avec le vérâtre commun appelé autrefois Hellébore blanc, ce sera l’objet d’un prochain article également.

 

 

                                                                                                                                                                Joanny   Cuillerat

 

 

 

 

Lire la suite

Melampyrum arvense L. ........

8 Mars 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Melampyrum arvense L. Blé de vache, Rougeotte, Mélampyre des champs 

C’est un très joli mélampyre, aux couleurs chatoyantes, un vrai festival !

Melampyrum arvense L. ........

Les mélampyres sont un genre de plantes qui comprend une trentaine d'espèces en France.

Ce sont des plantes herbacées annuelles hémiparasites : elles se procurent des substances nutritives à partir de plantes hôtes et de filament mycéliens, bien qu'elles soient capables de survivre par elles-mêmes grâce à leur propre photosynthèse puisqu'elles ont des feuilles vertes.

                    

Autrefois scrophulariacées, elles sont devenues orobanchacées depuis la mise à jour APG III.

       

Voir aussi notre article : LES OROBANCHES,  PLANTES PARASITES

Melampyrum arvense L. ........

Le nom mélampyre viendrait du grec melas qui désigne la couleur noire et de pyros qui désigne le blé faisant référence aux graines du fruit.

Mélampyre des champs :

  • Hauteur : 15–40 cm. Tige généralement ramifiée.
  • Habitat : lisières bien exposées, friches, moissons, sur sols calcaires.
  • Période de floraison : mai–août.
Melampyrum arvense L. ........

- Feuilles sessiles, lancéolées-linéaires, rudes, les supérieures incisées-laciniées à la base.

Melampyrum arvense L. ........

- Les fleurs, regroupées en inflorescence cylindrique, sont purpurines à gorge jaune. Elles présentent une corolle rouge soudée, bilabiée, à long tube courbé. Les 4 étamines sont soudées à la corolle.

Melampyrum arvense L. ........

- Bractées souvent d'un beau rouge et marquées de points noirs sur 2 rangs en dessous, ovales-lancéolées, dressées, à bords longuement et finement découpés

Melampyrum arvense L. ........

- Fruit : capsule contenant deux graines toxiques et noires.

Considérés autrefois comme une mauvaise herbe qui posait des problèmes si ses graines se mélangeaient au blé.

Mélampyre des champs
Mélampyre des champs

Mélampyre des champs

Plante très rare en Savoie, où elle est en danger critique d'extinction.

 

En forte régression dans toute la France, cette espèce mériterait amplement un statut de protection.

               

                                                                                                      Christianne

 

 

Photos Nicole, Jacques et Christianne

Melampyrum arvense L. ........
Melampyrum arvense L. ........
Lire la suite

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

24 Janvier 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Ce petit arbrisseau rampant et à peine ligneux se rencontre au sud d’une ligne Lyon-Pau, c’est une espèce méditerranéenne. Il appartient à la famille des fabacées.

Nous l’avons découvert en Savoie. Il pousse dans les pelouses arides et les rocailles sur sols calcaires, à l’étage collinéen. L’ensemble de la plante est couvert d’une pilosité argentée. Les feuilles sont composées de trois folioles, chacune étant fortement pliée en son centre.

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Les fleurs jaunes sont solitaires ou par deux à quatre au sommet des rameaux. Elles prennent souvent une belle teinte orangée avant de faner. L'étendard est bien plus grand que les autres pétales. Le calice est divisé en deux lèvres.

 

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Hauteur : 10 à 30 cm.

Fleur : 9 à 12 mm.

Floraison : mai à juillet.

Altitude : 0 à 600 m

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

A ne pas confondre avec un lotier ou une variété de cytise.

Protégé en Poitou-Charentes

On ne le trouve pas dans nos flores alpines, mais heureusement internet est là !

Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné
Argyrolobium zanonii, Argyrolobe de Linné

Les Fabacées, anciennes légumineuses :

  • Feuilles opposées ou alternes, souvent composées, munies de stipules ou/et de vrilles.
  • Calice à  cinq divisions, souvent à deux lèvres.
  • Corolle irrégulière, composée de cinq pétales inégaux :

1 pétale supérieur, grand, redressé l’horizontal, l’étendard.

2 pétales latéraux, servant de pistes d’atterrissage pour les insectes, les ailes.

2 pétales inférieurs, soudés par le bas, protégeant les parties fertiles de la fleur, la carène.

  • 10 étamines soudées par les filets, ou 1 libre et 9 soudées.
  • 1 ovaire supère à un carpelle.
  • Fruit c’est une gousse, contenant plusieurs graines et pouvant s’ouvrir suivant une ou plusieurs lignes.
Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

Schéma d'une fabacée

 

Ouvrage  à consulter

Stratégies végétales. Garrone B., Schatz B., Martin P. Editions Ecologistes de l'Euzière

Et ce site aussi

Les fabacées ont toutes en commun de vivre en relation symbiotique avec des bactéries installées dans leurs racines (de la famille des Rhizobium).

Ces bactéries ont la capacité de capturer l'azote atmosphérique et de le transformer en substances azotées directement utilisables pour la plante. Cette association permet aux fabacées de se développer sur des sols pauvres en azote. L’utilisation des fabacées comme engrais vert permet d’enrichir les sols en azote.

Pour en savoir plus, consultez ce site :

                                                                                           Christianne

Photos Nicole, Christianne, André et Jacques

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>