Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles récents

Le gratin de cardon

3 Décembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

 

En faisant mes courses au marché, j'ai vu que les cardons apparaissent sur les étals des maraichers. Ce légume, autrefois très localisé aux Savoie et au Genevois et à la période de Noël, devient très courant, tant mieux ??   

J'ai retrouvé cet article de 2013, je vous le livre tel quel, j’espère que vous aurez plaisir à le relire.

Quand j’étais enfant, ma mère préparait tous les ans pour Noël un merveilleux gratin de cardon. J’éspère avoir la chance cette année de déguster à nouveau ce met particulier et peu courant.

Chaque fois, mes souvenirs d’enfance reviennent au galop. Je revois ma mère choisissant au marché, ce légume emballé dans un papier journal, peu engageant, encombrant, voir piquant. Ma mère passant une matinée à le « trier », puis la longue cuisson avec un os à moelle demandé au boucher. Une jolie sauce brune nappait le légume quand le gratin arrivait, fumant, sur la table. Je me demandais toujours comment un truc aussi moche, piquant et raide pouvait devenir si tendre, légérement amer  et délicieux !

 

cardon 0

 

 

 

Je n’avais pas encore attrapé le virus de la botanique et n’avais pas de respect pour les végétaux. Maintenant c’est différent et j’ai cherché pour vous, sur internet, d’où vient ce légume que certaines régions de France ne consomment pas du tout et ne connaissent même pas.

 

 

 

 

Cynara cardunculus, aussi appelé Carde, Cardon, Cardonette ou Chardon d'Espagne, est une plante herbacée bisannuelle de la famille des Astéracées, cultivée comme plante potagère pour ses «côtes» charnues (pétiole et nervure principale développée des feuilles) consommées comme légume.

cardon 1

 

C'est une plante bisannuelle, vivace par ses rejets, qui se développe d'abord en rosette, puis émet une tige principale épaisse et rameuse qui peut atteindre deux mètres de haut.

 

Dans la Nature,

 

Les feuilles très grandes, longues, profondément divisées en lobes aigus, de couleur gris argenté, sont longuement pétiolées. Le pétiole qui se prolonge en nervure principale est large et charnu, et constitue la partie comestible des côtes de cardons (on récolte le pétiole des grandes feuilles extérieures).

cardon 6feuilles

 

Les fleurs, bleu violacé, sont réunies en capitules qui apparaissent à partir de la deuxième année. Ces capitules, entourés d'un involucre de bractées pointues, mais plus petits que ceux de l'artichaut, sont également comestibles.

 

cardon4

Les graines sont des akènes oblongs surmontés d'une aigrette plumeuse qui se séparent facilement.

 

Histoire

 

Le « Cardon », est originaire du Bassin Méditerranéen, son nom viendrait du latin cardo -onis, chardon. Très proche parent de l'artichaut, ils auraient un seul et même ancêtre, le chardon sauvage. Apparemment l’artichaut a mieux réussi sa carrière dans les primeurs  !!

 

La flora Helvetica, décrit Cynara cardunculus, Cardon, Artichaut

et ses deux sous-espèces C. cardunculus L., sens stricte le cardon  et C.c. sous espèce scolymus (L.) Berger, l’artichaut.

 

Connu depuis des siècles, il était cultivé et cuisiné par les Romains et les Grecs qui l’appelaient lactos.

Le cardon était également très consommé au Moyen-âge. Il figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis. Dans ce texte, Charlemagne édictait la liste d'une centaine de plantes, arbres, arbustes, simples ou herbes dont la culture était ordonnée dans les jardins royaux.

cardon 3

 

 

 

Mais de nos jours, c'est un légume de faible importance économique.  Il fait, malheureusement, partie des légumes un peu oubliés, sauf dans la région Lyonnaise, en Savoie et en Suisse dans le canton de Genève, seule région de Suisse à le cultiver. En effet, Le cardon épineux argenté (variété de Plainpalais) a obtenu une AOC le 7 octobre 2003. Ce sont les réfugiés Hugonnots qui, au XVIe siècle, l’ont apporté aux Genevois, dans leurs bagages. On en cultive aussi en Espagne, en Italie et en Afrique du Nord.

 

cardon bouton 5

 

Le gratin de cardon reste un plat régional et réservé à la période de Noël mais en « feuilletant » Internet, j’ai découvert de nombreux sites qui le re-connaissent et proposent de nombreuses recettes, au jus, à la grecque, au gratin, au curry, à la sauce blanche, à la crème, à l’ail, en omelette, au beurre…. Redeviendrait-il  "à la mode" ??

 

Alors si vous ne le connaissez-pas, découvrez-le ! C'est un aliment très peu calorique (13 calories/100 g), riche en éléments minéraux, potassium, calcium, très riche en fibres.

                                                                          Christianne

Merci à Internet à qui j'ai tout "emprunté" ou presque.

 

 

 

Lire la suite

Pourquoi les feuilles jaunissent-elles, en automne ?

24 Novembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

15 magie de l'aquarelle
   C’est l’automne,

  Les jours sont plus courts et la température descend, surtout la nuit.   

  Pour mieux affronter les frimas,l'arbre doit se mettre au ralenti.

  Tout ce qui brûle de l'énergie est de fait sacrifié.

 

 

Le tronc, les branches et les racines bien isolés du froid par l'écorce et la terre ne consomment pratiquement pas d'énergie pour subsister. Les feuilles elles, en consomment en pure perte puisqu'elles ne résisteront pas au froid.

Les nuits plus fraîches depuis la fin de l'été et le raccourcissement de la durée du jour provoquent des changements dans les arbres, qui secrètent notamment de l'éthylène et engagent  ainsi le processus d’abscission des feuilles (détachement et chute).

 

Processus :

 

Un tampon de liège bloque peu à peu les canaux transportant la nourriture vers les feuilles. Privées d’eau et de sels minéraux, celles-ci survivent quelque temps en digérant leurs propres réserves. Lorsque les minéraux essentiels ne sont plus disponibles pour régénérer la chlorophylle (pigments verts), celle-ci disparaît laissant la place à des pigments normalement masqués :

 

Des pigments jaunes (xanthophylles) comme dans les feuilles de tilleuls, de bouleaux, ou de robiniers faux-acacias.

04 bouleau

Les carotènes donnent les coloris orange.

 

09 chene rouge

Le rouge de certaines feuilles provient de l'accumulation d'anthocyanines à l'origine des superbes coloris rouges qui font le succès des vignes-vierges ou de certains érables.

 

 

19 la vigne vierge

 

Quand elles deviennent trop faibles, les feuilles sèchent et tombent naturellement au premier coup de vent. Les cicatrices qu'elles laissent sur les branches sont rapidement colmatées par une fine couche de liège isolante.                                                                                                          

Le mécanisme de la chute des feuilles est vital pour l'arbre qui met ainsi en œuvre une mesure de protection naturelle contre les grands froids à venir. Mais ce n'est  pas une perte pour l'arbre car l'ensemble de leurs constituants est recyclé sous forme d'humus.    

 

01 La foêt change                                                        

 

Certains arbres comme les conifères sont mieux armés contre le froid :

Leurs feuilles ne sont pas tendres et fragiles comme chez les autres arbres puisqu'elles sont recouvertes d'une fine couche de cire isolante. A cette super-isolation s'ajoutent des substances particulières qui permettent aux feuilles de mieux résister au froid. Les feuilles étant protégées naturellement, elles ne sont plus considérées comme des dévoreuses d'énergie. L'arbre les conserve donc, puisqu'elles ne l'empêchent pas de se mettre en régime ralenti d'hiver.     

      

Une exception :

Le mélèze d'Europe, ou mélèze commun (Larix decidua)      

 

16 le meleze     

                                                                                                                                                          

 

 Face à ce phénomène saisonnier d’adaptation de l’arbre, il y en a un autre qui aboutit au même résultat :

 

La chaleur accompagnée de secheresse :

 

Pour ne pas perdre trop d’eau, l’arbre ferme ses stomates, ces petits trous des feuilles qui servent de porte d’entrée au CO2. Si ce mécanisme de protection évite un dessèchement mortel, il force l’arbre à puiser dans ses réserves et aboutit souvent à la perte des feuilles qui grillent sur l’arbre. La chaleur dégrade quant à elle, la chlorophylle et entraîne un jaunissement des feuilles qui ne témoigne pas d’un comportement saisonnier habituel de l’arbre mais d’un état de survie face à des conditions climatiques extrêmes.

 

                                                                                                                  Joanny CUILLERAT

 

Lire la suite

Conférence organisée par le musée de Gruffy, au Clos Guévin, samedi 28 novembre à 20 heures : Changement climatique....

17 Novembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Dans le cadre de la COP 21, le musée d'histoire naturelle de GRUFFY organise une conférence intitulée :

"Changement climatique? Quand les glaciers occupaient les Bauges".

 

Animation par Carine Peisser et Pierre Renau géologues, association CalcEre.

Rendez-vous à Gruffy au Clos Guévin,

le samedi 28 novembre à 20h.
Participation aux frais: adhérents 4 euros; non adhérents 5 euros

Changement climatique ?
Quand les glaciers occupaient les Bauges.

 

Le massif des Bauges n'a pas toujours été aussi chaud, ni aussi froid ! Tout est question de référence. Depuis ses débuts, la planète tout entière a subi des variations climatiques importantes ; on en trouve aujourd’hui de nombreuses preuves. Les Alpes, de par leur situation exceptionnelle ont permis aux glaciers de se développer de façon très conséquente à plusieurs reprises dans l’histoire récente (à l’échelle géologique, c'est-à-dire dans les dernières centaines de milliers d’années) et les paysages alpins en sont empreints.

Le massif des Bauges entre autres a été parcouru par de puissants flux glaciaires, recouvert presque intégralement par ces monstres de glace venus des sommets. Lorsque les derniers glaciers se sont retirés, il y a un peu plus de 12000 ans, ils ont laissé le champ libre à l'installation des premiers Baujus que ce soit au Peney, dans les grottes de Bange ou encore aux Creusates. Aujourd’hui encore ils conditionnent nos modes de vie et nos activités. Quels résultats observables dans nos paysages peuvent témoigner de ce passage ?

Et puis, le changement climatique actuel, plus brutal que ceux que la Terre a déjà connu à de multiples reprises, paraît sans précédent : de quoi seront faits les paysages de demain ?

 

Conférence organisée par le musée de Gruffy, au Clos Guévin, samedi 28 novembre à 20 heures : Changement climatique....
Lire la suite

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

11 Novembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

 

Fleurs cultivées, emblématique du début novembre, elles ont les couleurs de l’automne mais restent réservées à la Toussaint. Ce sont des plantes annuelles ou vivaces, plutôt méridionales, de la famille des Astéracées.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Rappel

Les Astéracées ont la caractéristique commune d'avoir des fleurs minuscules, réunies en un réceptacle floral appelé capitule, elles sont serrées les unes à côté des autres, sans pédoncules. Le capitule est entouré par des bractées qui forment un involucre.

Ainsi, contrairement au terme de la langue commune, ce qu'on appelle une « fleur » de tournesol, de pissenlit  ou de….. chrysanthème n'est pas, en réalité  « une » fleur mais un capitule formé d'une multitude de petites fleurs.

Inflorescence en capitule: ensemble de fleurs sessiles, serrées les unes contre les autres, sans pédoncules, réunies sur un réceptacle floral élargi.

 

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Le mot Chrysanthème vient du grec "khrusas" qui signifie or et "anthos" qui veut dire fleur. L'appellation "Fleur d'or" fait référence à la couleur des fleurs des premiers chrysanthèmes.

Le chrysanthème a été rapporté d'Asie. À l'origine, les Chinois le cultivaient il y a 2.000 ans. Un des premiers botanistes qui l’a décrit est le naturaliste Thunberg, élève de Linné, qui, en voyage au Japon en 1775, mentionne Chrysanthemum indicum, terme impropre d’ailleurs, indicum signifiant « d’Inde ». Il note qu'il est très cultivé dans les maisons et les jardins, qu'on le trouve à l'état sauvage et qu'il fleurit durant l'été et l'automne.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

L'introduction définitive du chrysanthème revient à un Marseillais, le capitaine Pierre-Louis BLANCARD. Il rapporte de Chine en 1789, trois variétés, une blanche, une violette et une pourpre, seule la pourpre survécut aux aléas du long voyage et arrive vivante à Marseille.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

En Europe, Le chrysanthème est devenu la fleur des morts lorsque Raymond Poincaré, en 1919, a exigé que tous les monuments aux morts de France soient fleuris le 11 novembre. Puis la coutume a « glissé » progressivement du 11 novembre au 1er novembre. Et si cette fleur est devenue emblématique de la Toussaint, c'est tout simplement que c'est l'une des rares plantes qui ait encore une floraison, spectaculaire à cette période. Avec une trentaine de milliers de monuments aux morts en France, la décision de Raymond Poincaré a donné un essor commercial énorme au chrysanthème !!

Alain Baraton
France-Inter le 1er novembre 2015

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

En 2010, quelques 21,3 millions de pots ont été achetés en France à la charnière des mois d'octobre et novembre.

L’association du chrysanthème avec la mort n'est pas universelle.

En orient, le chrysanthème jaune était un symbole de longévité et d'immortalité. De Pékin à Séoul et jusqu’en Russie, le chrysanthème symbolise l’éternité, la gaité, le plaisir, sans doute parce qu’il illumine de sa floraison colorée la fin de l’automne.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Au Japon, où il fut introduit au VIIIe siècle après J.C., le chrysanthème est immédiatement devenu la fleur emblème de la Famille Royale puisqu’on lui attribuait la capacité de rendre la vie plus belle, plus longue.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....
Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

En fait, la particularité du chrysanthème est effectivement d’être une plante dite de jours courts, le chrysanthème fleurit seulement lorsque les nuits sont plus longues que les jours, soit après le 21 septembre !

Jean-Marie Pelt
France-Inter le 31 octobre 2015

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Il existe de très nombreuses variétés de chrysanthèmes et de nombreux hybrides. Il y quelques années, on voyait surtout ces grosses boules blanches, jaunes ou violacées.

 

 

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....
Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Mais la mode change. Actuellement les bruyères ont une cote montante, car elles ne craignent pas le gel, contrairement aux chrysanthèmes.

Ce changement de mode permet à Chrysanthemum indicum et ses hybrides, de sortir des cimetières et d’envahir jardinières, plates-bandes et jardins, pour notre plus grand plaisir.

Je les trouve très beaux et toutes ces couleurs éclatantes sont comme les derniers feux de l’été et de l’automne, avant la grisaille et les frimas de novembre.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....

Christianne

En cette journée du 11 novembre, rappelons-nous que les poilus français ont choisi

le bleuet comme symbole de leur guerre.

Fleurs d’automne, les chrysanthèmes.....
Lire la suite

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

4 Novembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Sorties

sur le bord du chemin qui menait au gite où j’ai passé quelques jours.

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

C'est Salvia sclarea, la sauge sclarée.

 

Plante de la famille des Lamiacées, de 40-80 cm, robuste, très velue, très aromatique.

 Salvia sclarea

Salvia sclarea

Feuilles largement ovales, en cœur à la base, crénelées, rugueuses, pubescentes-grisâtres, presque tomenteuses dessous.

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

Tiges quadrangulaires assez robuste, érigées, ramifiées.

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

Fleurs blanches lavées de bleu, grandes, en verticilles rapprochés en panicule contractée visqueuse.

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

Bractées membraneuses, très larges, acuminées, dépassant les calices, lavées de violet rose.

 

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

Calice pubescent, à 13 nervures, à dents épineuses, corolle longue de 2 à 3 cm, à lèvre supérieure falciforme, bleu pâle à lilas et lèvre inferieure blanche.

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,
Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

Toute la plante est très mellifère et exhale une forte odeur musquée.

 

La Sauge sclarée, Salvia sclarea est cultivée dans les Alpes de Haute Provence, le Vaucluse et la Drôme pour la production d’huile essentielle qui entre dans la fabrication d’apéritifs et de liqueurs ou en parfumerie, pour son pouvoir fixateur.

 

Cette huile essentielle est utilisée aussi en aromathérapie pour ses propriétés, anti-inflammatoire, antispasmodique et pour son action similaire aux oestrogènes.

Celle que j’ai vue sur le bord du chemin était probablement naturalisée.

 

 

                                                                      

Une belle découverte en mai près de St Etienne les Orgues,

                                Textes et photos de Josette

Lire la suite

Bel automne...

31 Octobre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Après un été torride, voici un automne fastueux !

Ces dernières journées douces et ensoleillées offrent des paysages aux couleurs somptueuses grâce aux nombreux feuillus qui composent les forêts des étages collinéen et montagnard.

Erables, charmes, hêtres et aussi bouleaux et chênes se parent de couleurs flamboyantes. Les résineux gardent leur vert intense et magnifient les jaunes, ocres et pourpres des feuillus.

le Lachat de Thönes

le Lachat de Thönes

Defilé des Etroits

Defilé des Etroits

Que diriez-vous d’un ou deux petits poèmes, nostalgiques à souhait ??

Fondation Gianadda à Martigny
Fondation Gianadda à Martigny

Fondation Gianadda à Martigny

Villanelle *

Une feuille d'or,
une feuille rousse,
un frisson de mousse,
sous le vent du nord.

Quatre feuilles rousses,
quatre feuilles d'or,
le soleil s'endort
dans la brume douce.

Mille feuilles rousses,
que le vent retrousse.
Mille feuilles d'or
sous mes arbres morts.

Alain Debroise

*villanelle : à partir du XVIe siècle, chanson pastorale et populaire

Massif des Bornes

Massif des Bornes

Feuilles d'automne

 

Le rêve de la vallée,

Toute d'or et d'ombre au loin,

M'a pris et bercé et roulé

Dans un parfum de vigne et de foin;

 

J'ai choisi l'automne attendri

Et cette heure des ombres longues ;

Je cueille une rose flétrie ;

On marche et les feuilles tombent.

 

Je regarde, feuille à feuille,

S'éparpiller dans le soir

Le manteau d'or et d'orgueil

De ces grands arbres noirs;

 

Je regarde, goutte à goutte,

Tomber comme du sang,

Les feuilles... et le soir en déroute

Tourne et fuit dans le couchant ...

 

Francis Vielé-Griffin ("La partenza" - Mercure de France, 1899)

Dans les prairies de Saint Sixt

Dans les prairies de Saint Sixt

Lire la suite

Champignons mortels

21 Octobre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

 

 Les champignons peuvent tuer !

Vous ne connaissez pas ? Ne cueillez pas !

Dans le doute, on s’abstient

 

Voici le plus sinistre trio de toute la flore fongique :

attention danger

Amanite phalloïde,  

Amanita phalloides  

 

Chapeau de 6-12 cm, vite plat, à revêtement lisse, généralement sans trace de voile, d’un vert bronzé ou jaunâtre particulier.

Lames blanches, ventrues, pied blanc un peu chiné de verdâtre à anneau membraneux blanc. Il est enveloppé à sa base de l’enveloppe dans laquelle le champignon était enfermé dans sa jeunesse, la volve.

 

amanites 3

Amanite de printemps, Amanita verna

Elle ressemble à la précédente mais elle est plus grêle et plus blanche.

 

amanita verna1

Amanite vireuse, Amanita virosa 

Elle aussi ressemble à la première, mais elle a un chapeau plus obtu.

 

amanita virosa2

 

Les amanites sont responsables de 90 % des empoisonnements mortels.

 

amanites

 

 

Les Lépiotes

Le mot lépiote est un nom qui désigne plusieurs taxons différents. Le chapeau, portant un mamelon brun à son sommet dans beaucoup d'espèces, est plus ou moins squameux, donnant l'impression d'un toit avec ses tuiles.

 

lepiote

Il existe plusieurs espèces de Lépiotes, la différence se fait surtout en fonction de la taille : les lépiotes de petite taille (moins de dix centimètres) appartiennent pour la plupart au genre Lepiota et sont à rejeter, certaines étant mortelles.

lepiotes

 

 

L'Amanite phalloide, Amanita phalloides, ainsi que les A. decipiens, A. verna, A. virosa et les petites lépiotes Lepiota helveola, L. brunneo-incarnata, L. josserandii, L. subincarnata ... incriminées dans les intoxications mortelles de ce mois d'octobre 2012 sont responsables du syndrome phalloïdien. Les symptômes  se manifestent plus de 6 heures après l'ingestion, ces champignons attaquent le foie et provoquent une hépatite aigüe.

Article "Le Progrès" du 15 octobre

En d’octobre, 2012 le Centre anti-poison Rhône-Alpes Auvergne a recensé deux décès et deux intoxications graves dus à l’ingestion de champignons. Deux habitants de la Loire, une femme de 75 ans et un homme de 38 ans, sont décédés.

 

Soyez prudents !

 

                                                 Christianne tuteurée par Sylvie

 

voir aussi le Blog du Groupe Nature de Faverges dans "nos amis".

 

Sources :

 Champignons de France et d'Europe occidentale : Marcel BON, textes et dessins

Champignons : Georges Becker, textes, Bohumil Vancura, dessins

et Internet

 

 

 

 

Lire la suite

Fête de la Science au musée de Gruffy

5 Octobre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Mercredi 7 octobre

- Des ateliers ludiques et pédagogiques :

Notre perception des couleurs n’est pas commune à tous les animaux. Pourquoi l’abeille a-t-elle une vision différente de la notre ? Quels sont les animaux qui préfèrent l’obscurité ? Un jeu de piste vous éclaire sur les secrets entre faune et lumière.  

Pour le public : le mercredi 7 octobre de 9h à 12h et de 14h à 17h

 

 

 

Samedi 10 octobre

une conférence, à 20h à la salle du Clos Guévin à Gruffy :  

La couleur des fleurs ne nous est pas destinée, mais est un langage pour attirer les insectes pollinisateurs selon différentes stratégies végétales. La conférence sera réalisée par Bertrand Schatz, directeur de recherche au CNRS.

Tout public.
 

 

 

 

Voir les autres animations dans les Bauges, sur le site suivant

Lire la suite

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

29 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Une plante exotique «envahissante» est une plante exogène, importée et naturalisée, ayant la capacité de coloniser rapidement un milieu naturel ou semi naturel, hors de son territoire d’origine.

Sa prolifération provoque des perturbations qui peuvent nuire à la biodiversité d’un écosystème.  Une de ces envahissante a, en plus des effets nuisibles sur l’écosystème, des conséquences sanitaires importantes sur l'homme,

 

c’est l'ambroisie à feuilles d'armoise Ambrosia artemisiifolia L.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

Arrivée du nouveau monde au XIXe siècle, elle est apparue en France en 1863, vraisemblablement introduite par un lot de semences fourragères. Dans les années 50, les graines se sont propagées à la faveur de travaux d’aménagement car elle aime particulièrement les friches et les lieux incultes. La région lyonnaise a été la première « colonisée ».

Les graines d'ambroisie ne sont pas pourvues des dispositifs habituels permettant leur transport par le vent et, malgré leurs épines,  elles ne s'accrochent pas au pelage des animaux.

Par contre, elles peuvent être entraînées par l'eau et elles collent parfaitement à la terre transportée par les semelles des souliers, les pneus des camions et tracteurs et tous les engins qui travaillent le sol.

Ambrosia artemisiifolia

Ambrosia artemisiifolia

C’est le pollen qui est allergisant et provoque des rhinites, conjonctivites, trachéites et crises d’asthme. Comme elle fleurit en Août-septembre, ces allergies apparaissent à la fin de l’été. Le site de l’INRA annonce 6 à 12% de la population développant une allergie (voir adresse ci-dessous).

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

Description :

C’est une plante annuelle de 30-60 cm pubescente ou velue, inodore, rameuse.

- feuilles vertes, ovales-lancéolées dans leur pourtour, pennatipartites, à segments lancéolés, pennatifides ou incisés-dentés.

N.B. : les feuilles de l'ambroisie sont sans odeur contrairement à celles de l'armoise avec laquelle elle peut être confondue.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

- fleurs verdâtres, en épis terminaux étroits, allongés, disposés en panicule.

L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....
L'ambroisie à feuilles d'armoise, Ambrosia artemisiifolia L....

- fruits petits (4-5 mm de long), plus longs que larges, cylindriques, presque lisses, munis sous le sommet d'un verticille de 5-6 épines courtes, dressées, aiguës, terminés par un bec presque entier.

 

Écologie : Cultures, lieux vagues : Rhône, Loire, Saône-et-Loire, Allier, Nièvre, Puy-de-Dôme, Manche, Vosges.

Mais aussi Angleterre, Belgique, Hollande, Allemagne, Danemark. ?

Ambroisie

Ambroisie

Lutte contre l’ambroisie

La lutte contre l’ambroisie est réglementée par arrêtés préfectoraux dans plusieurs départements : Ardèche, Drome, Isère ......

« ..les propriétaires, locataires, ayant-droit ou occupants à quelque titre que ce soit,(y compris agricoles) ainsi que les gestionnaires des domaines publics de l’État et des collectivités territoriales, et les responsables des chantiers de travaux, sont tenus
- de prévenir la pousse des plants d’ambroisie,
- de nettoyer et entretenir tous les espaces où pousse l’ambroisie.
En cas de défaillance des intéressés, les Maires sont habilités à faire procéder, aux frais de ceux-ci, à la destruction des plants d’ambroisie. »

L'Agence Régionale de Santé (ARS Rhône-Alpes) publie des fiches détaillées pour lutter contre l’envahisseur, à destination des Collectivités, sur son excellent site internet

De leurs côtés, les Chambres d’Agriculture et les instituts agricoles ARVALIS et CETIOM proposent aux agriculteurs des protocoles de lutte très complets et adaptés à chaque type de culture.

Pour décider  les propriétaires et les exploitants de terrains porteurs d’ambroisie à agir, il existe deux leviers :

- l’information, la pédagogie, l'appel au sens civique

- l’application de la réglementation

 

La lutte est aussi entreprise à l’échelon européen, voir sur le site

internet précédent l'onglet www.ambroisie.info/pages/doc.

Vous y trouverez  le compte-rendu du colloque,  Ambrosia  2012 qui a eu

lieu à LYON en mars 2012

Lutte biologique :

 

C’est une des pistes étudiées, plusieurs candidats dont la chrysomèle de l'ambroisie identifiée au Tessin.

Une fois l’ambroisie bien établie, il est difficile de l’éradiquer», confirme Robert Vautard. Seul un petit scarabée du nom d’Ophraella semble capable de la déloger. Utilisé en lutte biologique en Chine et en Australie, il est arrivé il y a peu en Italie du Nord, où il a contribué à faire baisser drastiquement les concentrations de pollen d’ambroisie dans l’air.

Article du Temps, sciences et environnement, 26 mai 2015

Ophraella

Ophraella

Article sur la chrysomèle Ophraella communa

                                                                                          Christianne

Lire la suite

Une onagracée bien discrète....

12 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Voici un article de Jean déjà publié mais très interessant en cette saison. Il nous raconte une petite fleur que nous avons rencontrée jeudi dans la forêt claire du Roc de Chère. On passe souvent sans la voir sauf si on s'interroge sur les minuscules points blancs qui parsèment les herbes encore vertes de ce début d’automne. Je laisse la parole à Jean….

 

Il est fréquent de voir aux bords des routes, talus, l'espèce éponyme de la famille, Oenothera biennis (onagre bisannuelle) ou, comme dans la photo ci-dessous, Oenothera glazioviana (onagre de Glaziou – probablement échappée d'un jardin)

Une onagracée bien discrète....

Sépales striés de rouge......

Une onagracée bien discrète....

Et quatre stigmates dépassant largement les étamines.

Une onagracée bien discrète....

 

Étymologiquement, il y a de l'âne dans ce nom (onagros), mais aussi du vin (oinos) et la décoction des racines ferait un philtre de sorcière pour amadouer les bêtes sauvages ! Il y a là des sortilèges du dieu Pan.... mais ne nous égarons pas ! Pas de pan......ique !

En revanche, il y a bien de la magie dans cette famille peu étendue, car une plante discrète  (pas évidente à repérer la première fois) en fait partie et porte le nom à semer l'effroi de Circaea lutetiana (Circée de Paris, herbe aux sorcières).

Ce nom est celui de la magicienne qui transforma les compagnons d'Ulysse en pourceaux - tout en leur laissant leur conscience d'êtres humains - ! L'ensorceleuse fut néanmoins vaincue, « conquise », par notre héros ; il fut guidé pour ce faire par Hermès (Mercure), « qui lui donna une herbe qui le sauverait des mortels artifices de Circé » .

                                                                                                                                                

Une onagracée bien discrète....

Qui distingue à première vue, dans ce fouillis de bois humide et de ravin (son milieu habituel), Circaea lutetiana ?

Une onagracée bien discrète....

Vue de plus près, on ne s’attend pas à des sortilèges :

Une onagracée bien discrète....

Plante pubescente, aux feuilles ovales-lancéolées acuminées*, elle dresse une hampe florale d'une bonne dizaine de cm, avec de fleurs bimères (2S,2P,2E), pétales bifides, blanc ou rosé.

 

* se terminant en longue pointe éffilée.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

à noter les sépales teintés rouge rosé, réfléchis.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Les fruits sont des capsules obovales en poire, hérissés de poils crochus, hispides à deux loges.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Pourquoi Circé ? Pourquoi Lutetiana ?  Paris était connu jadis comme la ville des sorcières ? (L'Affaire des poisons date de 1680, où la Voisin fut brûlée en place de Grève – un siècle avant Linné!)

Elle fut utilisée en Autriche, naguère, comme tisane. En usage externe, en macération dans de l'alcool, elle traitait les rhumatismes, la goutte, infections et fièvres (c'est l'alcool qui devait faire effet, la plante qu'un prétexte !...)

Gaston Bonnier aurait écrit..............

 

plante magique ayant servi dans les enchantements. On dit que celui qui la cueille sera maudit.

Le Guide Vigot de la Flore dit ..............

qu'elle devrait plutôt porter le nom '' d'herbe des sourciers'', tant elle révélatrice de la présence d'humidité et d'eau en sous-sol.

 

Mais c'est là faire grand cas de l’appellation vernaculaire et n'explique pas son nom latin.

Alors rêvons un peu, imaginons que c'est elle la plante magique utilisée par Ulysse.......

Une onagracée bien discrète....

NB. : les épilobes  -espèces plus nombreuses – font partie des onagracées !

 

La Flora Helvetica dit des onagres, genre venu d'Amérique du Nord :

"Ce genre présente des combinaisons de caractéristiques si nombreuses qu'une taxonomie n'est pas possible" p .682

 

(photos de l’auteur, sauf trois emprunts à –Wikipedia)

                                                   Jean

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>