Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles récents

Migration du Vulcain.

17 Octobre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

La vulcain, surnommé l'Amiral. Photo d'André.

La vulcain, surnommé l'Amiral. Photo d'André.

 

Suivez l’Amiral !! C'est le surnom de Vanessa atalanta, le vulcain.

 

Du 29 au 30 septembre, 7 000 Vulcains migrateurs ont été capturés, marqués avec des couleurs et relâchés sur deux cols alpins dans le Sud-ouest de la Suisse.

Ils sont maintenant en route vers la Méditerranée.
Pour pouvoir les retrouver, nous avons besoin de votre aide pour faire
parler de ce projet ! Nous vous sommes reconnaissants de diffuser cette
information via tous les canaux de communication possibles.


Merci !

Merci de signaler toute observation de Vulcain marqué en envoyant un e-mail à l’adresse suivante: tagging@gmx.ch


Plus d'informations ici

:https://insectmigration.wordpress.com/red-admiral-migration/red-admiral-marking/

Migration du Vulcain.
Lire la suite

Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.

14 Octobre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.

Comme dit Quentin "A musée" vous !!!!

Animations au Musée pendant les vacances de Toussaint.
Lire la suite

R'Vola 2016, à Gruffy, dimanche 16 octobre.

10 Octobre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

R'Vola 2016, à Gruffy, dimanche 16 octobre.
R'Vola 2016, à Gruffy, dimanche 16 octobre.
R'Vola 2016, à Gruffy, dimanche 16 octobre.
Lire la suite

Darwin III,

1 Octobre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

ou plutôt   " Après DARWIN"

 

Pascal PICQ, paléontologue français né en 1954, écrit :

« Charles Darwin n’a jamais occupé de poste universitaire [...] il travaillait chez lui, dans le bureau de sa maison de Down.. Cependant, il était membre à part entière de la communauté scientifique car il respectait deux conditions fondamentales :

Soumettre ses travaux au regard et à la critique de ses collègues et surtout, passer l’épreuve d’initiation qui s’appelle la thèse »

« La recherche est une œuvre collective. Il n’existe pas de génie isolé. Newton était entouré de génies ; Lamarck était entouré de génies ; Darwin était entouré de génies ; Einstein était entouré de génies... Mendel, lui, ne l’était pas, et son œuvre est restée ignorée pendant des dizaines d’années... »

Cependant, c’est Gregor MENDEL (1822-1884) qui le premier entrevoie le comment de la sélection naturelle. Moine tchèque passionné de botanique, il met au point des expériences afin de résoudre le mystère de l’hybridation chez les végétaux.

Gregor MENDEL (wikipedi.org)

Gregor MENDEL (wikipedi.org)

Isolé dans son monastère, il élabore ses lois sur la transmission héréditaire (fondement de la génétique) au moyen d’expériences sur le petit pois.

 

Selon les lois de Mendel, le mâle cesse d’être l’élément dominant de la reproduction, les 2 sexes contribuent, à part égal, à la formation de la graine. L’hybride qui en résulte n’est pas un mélange des deux : le caractère dominant est celui qui s’impose dans l’hybride. Le caractère récessif peut ressurgir chez les descendants des hybrides (ex. yeux bleus).

Darwin III,

Il expose et publie les résultats de ces études en 1865 dans un article intitulé : Recherches sur des hybrides végétaux. Après dix années de travaux minutieux, Mendel a ainsi posé les bases théoriques de la génétique et de l’hérédité moderne. Mais son travail passe pratiquement inaperçu.

 

C’est au  début du XXe siècle, que le Néerlandais Hugo de Vries, l'Allemand Carl Erich Correns et l'Autrichien Erich von Tschermak redécouvrent de façon indépendante les lois de l'hérédité, et reconnaissent en Mendel leur découvreur. Cette reconnaissance tardive (près de 35 ans après la publication de Mendel) aurait été mise en avant afin de n'accorder aucune prééminence à l'un des trois botanistes qui ont publié presque simultanément sur le même sujet.

Mais MENDEL ne connaissait pas la cellule et le reste de l’infiniment petit.

Si en 1911 on découvre les gènes, unités du patrimoine héréditaires susceptibles de varier, il faut attendre WATSON et CRICK pour découvrir la molécule d’ADN en 1953.

Les progrès de la microscopie optique puis des techniques de biologie moléculaire ont permis la localisation de ces gènes au sein des noyaux des cellules, le support de l'information génétique étant de longues molécules d'acide désoxyribonucléique, l'ADN, appelées chromosomes.

Image empruntée au site ci-dessous

Image empruntée au site ci-dessous

En 1965, les Prix Nobel JACOB et MONOD montrent l’interaction entre les gènes et le milieu (régulation génétique).

 

La carte du génome humain est publiée en 1993 par le laboratoire du Généthon.

Mais cette carte de l'ensemble du matériel génétique humain et les différentes séquences du génome ont failli devenir propriété privée. C'est en 1995 que sur Internet, un groupe de chercheurs  scandalisés par le dépôt de brevets sur des séquences aux USA publient leur manifeste.

Grâce au CIB de l'UNESCO (Comite International de Bioethique) et à la Déclaration Universelle sur le génome humain et les droits de l'homme, le génome et sa carte restent depuis 1997, dans le domaine public, ouvert à toute recherche scientifique pour le bien universel de l’humanité.

Que serait-il arrivé si Darwin avait réservé ses théories à un cercle restreint de privilégiés ?

La génétique retrouve l’importance de la notion de sélection naturelle ; grâce aux instruments modernes, le rôle des chromosomes, puis le séquençage des génomes vont conforter l’histoire évolutive des espèces.

En conclusion, laissons la parole à une personne bien plus compétente pour parler de l’évolution :        

Yves COPPENS       

Darwin III,

« On parle toujours beaucoup d’évolution ; on se demande comment par exemple l’espèce humaine a évolué, ce qui a joué dans le développement de son cerveau. Dans cette histoire, deux grands noms s’imposent : Lamarck et Darwin : Lamarck vivait à cheval sur le XVIII° et le XIX° siècle ; Darwin au milieu du XIX° siècle. Jusqu’ici la communauté scientifique semblait plus proche de Darwin que de Lamarck. Et voilà que Lamarck pourrait reprendre du galon si on en juge par le titre, et la diffusion sur ARTE, d’une émission intitulée Le Retour de Lamarck.
Il faut savoir que la transmission des caractères est une transmission génétique, ce que d’ailleurs ne savait pas Darwin. En revanche, Darwin avait bien compris que les caractères étaient aléatoires, c'est-à-dire qu’ils apparaissent au hasard et que c’était la sélection, la sélection naturelle, qui retenait certains caractères plutôt que d’autres. Voilà pour la génétique. Mais, au–delà de la génétique, il y a l’épigénétique, c'est-à-dire l’acquis : chacun de nous a un rapport différent à l’environnement, et c’est la raison pour laquelle deux jumeaux (ou bien deux clones) qui ne vivent pas ensemble deviendront différents au fil des années. Cet acquis, par définition, ne se transmet pas, quoique... J’ai vécu beaucoup sur le terrain, et j’ai toujours été très impressionné par le fait que lorsqu’un changement climatique survenait, beaucoup d’espèces se transformaient et s’adaptaient dans le « bon » sens. Comme par hasard, il y a donc une influence de l’environnement que l’on n’a pas encore bien saisie, mais qui doit être très importante et qui pourrait se transmettre. La réponse est peut-être à trouver dans la multiplication des mutations (aléatoires) aux moments de stress, ce qui, évidemment, change les conditions du hasard. Ni Lamarck donc, ni tout à fait Darwin, mais une certitude : l’évolution n’est plus une théorie. »

Éditions Odile Jacob 2010 Evolution (chronique du 19.03.2007) :

Et voilà, c'est fini !

 

Merci à Jean pour son passionnant travail de recherche et pour la rédaction de ces articles sur DARWIN.

Lire la suite

Conférence au clos Guévin le 7/10, dans le cadre de la fête de la science.

29 Septembre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Conférence au clos Guévin le 7/10, dans le cadre de la fête de la science.
Conférence au clos Guévin le 7/10, dans le cadre de la fête de la science.
Conférence au clos Guévin le 7/10, dans le cadre de la fête de la science.
Lire la suite

CHARLES DARWIN : 1809-1882, épisode II

12 Septembre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Comment C. Darwin est-il devenu « (Dieu) le père de la science moderne » à la grande barbe blanche ?

C’était un moment favorable où, dans différents domaines et pays, les chercheurs mènent des travaux qui convergent vers ce qui va provoquer une vraie révolution dans la pensée du monde. Darwin a ainsi cristallisé et mis au clair des idées qui flottaient dans l’air.

Il lui faudra revenir chez lui pour prendre conscience de la signification des phénomènes observés dans les contrées lointaines et les îles tropicales qu’il a parcourues. Au départ du Beagle, il ne connaissait pas grand-chose à la géologie ni à l’histoire naturelle (nous dirions à la science de la vie) : il en  reviendra totalement changé en l’homme qui allait bouleverser la vision du monde par l’évidence de sa pensée.

Notons que C. Darwin a toujours travaillé en collaboration avec d’autres scientifiques, mais c’est lui qui fera la synthèse !

Il fera appel à l’ornithologue GOULD  pour déterminer les pinsons, qui étaient en  train d’évoluer et de se différencier par rapport à l’espèce continentale  par le phénomène de l’adaptation à leur nouveau milieu. Leurs becs sont adaptés à la nourriture disponible, là où ils vivent !

John GOULD

John GOULD

Or parallèlement, un autre voyageur et explorateur, plus jeune que Darwin  travaillait dans des contrées lointaines :

Alfred Russel WALLACE (1823 – 1913).

Alfred Russel WALLACE

Alfred Russel WALLACE

 

Gallois d’humble origine, il a eu bien des difficultés dans la vie. Il réussit cependant à partir pour le Brésil afin de collecter des insectes (il s’intéresse aux insectes depuis son adolescence) et en vendre certains pour ne pas sombrer dans la misère. Après la perte d’une partie de ses trouvailles, à la suite de l’incendie du navire qui le transportait, il perd tout !

Grâce au dédommagement de l’assurance du navire, il repart en Malaisie et en Indonésie de 1854 à 1862. Il y élabore ses théories sur l’évolution et le concept de la sélection naturelle. Il écrit à Darwin plusieurs fois et lui envoie son essai sur l’évolution. « On the Law that has Regulated the Introduction of New Species », en 1855: les deux savants – et bientôt amis- partagent une pensée commune et arrivent à des conclusions similaires.

Lorsque Wallace envoie à Darwin pour publication « On the Tendency of Species to form Varieties » (qui décrit les mécanismes d’une évolution divergente des espèces par rapport à d’autres similaires, sous l’influence de l’environnement), l’entourage de Darwin le presse de publier ses propres écrits, en mettant en avant son antériorité, en même temps que l’essai de Wallace. Ce dernier n’en prend pas ombrage et restera un ardent défenseur et avocat de « l’Origine des Espèces par le Moyen de la Sélection Naturelle, ou la Préservation des Races Favorisées dans la Lutte pour la Vie » que Darwin publiera en1859.

CHARLES DARWIN : 1809-1882, épisode II

Voici les 4 grands principes de l’évolution biologique développés  par DARWIN

 

  1. une capacité naturelle à varier, la nouvelle génération n’est pas strictement semblable à celle qui l’a engendrée

 

  1. toute espèce fait preuve d’une capacité à être modifiée (cf. éleveurs)

 

  1. toute espèce se reproduit aussi longtemps qu’elle connaît des conditions favorables : ce fut le cas des lapins en Australie au 19° siècle (introduction d’une espèce allogène ne rencontrant pas de prédateurs). Prédateurs et pression des autres espèces concurrentes jouent un rôle sélectif, et provoque un équilibre qui peut, à tout instant, être remis en cause. La planète n’est pas dominée par une unique  espèce hégémonique. Cette proposition est considérée par les Créationnistes comme une attaque directe de la doctrine dominante inspirée par la Genèse (1, versets 26 à 28) : « faisons l’homme à notre image et qu’il règne (sur le monde).. », « croissez et multipliez ; remplissez la terre, soumettez la [...] Régnez sur ... (tout ce qui y vit et croit..) » 

 

  1. le succès dans la perpétuation d’une espèce dépend des conditions optimales de son environnement : ce qui introduit une sélection naturelle à chaque génération, au sein d’une même espèce. Les individus porteurs de variant(s) momentanément avantageux, dans les conditions du milieu, se reproduisent davantage. Si l’environnement se maintient assez longtemps le variant avantagé finit par remplacer toute la population : l’espèce aura changé. Le fixisme des créationnistes est battu en brèche puisque rien n’est stable ‘’à jamais’’.

 

 

La première esquisse de Darwin d'un arbre phylogénétique tirée de son First Notebook on Transmutation of Species (1837).

La première esquisse de Darwin d'un arbre phylogénétique tirée de son First Notebook on Transmutation of Species (1837).

Ce fut un travail de toute une vie, il se rend bien compte du grand pas qui l’éloigne des idées établies du Créationnisme et il est prudent dans l’annonce de sa révolution, « comme l’aveu d’un meurtre ».

Les critiques hostiles ont très tôt tiré des conséquences qui ne sont pas exprimées par DARWIN, comme le fait que les hommes descendent des singes. !

Le débat déborde rapidement le monde scientifique, témoins les nombreuses caricatures publiées dans les journaux de l’époque :

Magazine Hornet de 1871.

Magazine Hornet de 1871.

Autre célèbre caricature de Darwin, française celle-là, reproduite dans le magazine satirique La Petite Lune.

Autre célèbre caricature de Darwin, française celle-là, reproduite dans le magazine satirique La Petite Lune.

Mais si Darwin avait compris le POURQUOI  de l’évolution, il lui manquait encore le COMMENT !

                                                                                 Jean.

 

A suivre................

Lire la suite

Journées Européennes du Patrimoine 2016, Musée de Gruffy,

9 Septembre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

Samedi 17 et Dimanche 18 Septembre,

Journées Européennes du Patrimoine 2016, Musée de Gruffy,

Patrimoine et citoyenneté

Samedi 17 et Dimanche 18 Septembre

Visite commentée - 14h15 - 15h45 :

"Les abeilles, un exemple de citoyenneté"


Tarif réduit - Adulte : 4.80 € ;

Enfant (à partir de 8 ans) : 3.20 €

 

Visite du musée - Entrée gratuite

14h-18h

Journées Européennes du Patrimoine 2016, Musée de Gruffy,
Journées Européennes du Patrimoine 2016, Musée de Gruffy,
Lire la suite

CHARLES DARWIN : 1809-1882, épisode I

7 Septembre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

 

 

C'est bientôt la fête de la science (du 8 au 16 octobre), voici un article déjà ancien, de Jean, mais que vous relirez surement avec plaisir.

Charles DARWIN, est le père des sciences modernes, comment a-t-il révolutionné les sciences ?

La machine à remonter le temps est lancée, nous sommes au XIXe siècle…..

 

 

Episode I : Le voyage de Charles DARWIN

 

Il naît à Shrewsbury, petite ville du nord des Midlands, dans une famille aisée de la bonne bourgeoisie, fils et petit-fils de médecins : sa vie est toute tracée : la  médecine !

Mais après quelques années en médecine et en théologie, il s’oriente vers l’histoire naturelle qui, dès son adolescence, a toujours été pour lui, une passion et un vrai centre d’intérêt.

 

Charles DARWIN

Charles DARWIN

Le tournant de sa vie est ce voyage à bord du Beagle, où il est engagé comme scientifique mais aussi comme « homme de compagnie » du capitaine FITZROY. Le but de l’expédition du BEAGLE est avant tout d’établir la cartographie de la côte de l’Amérique du Sud, théoriquement en 2 ans ; mais au lieu de revenir en Angleterre (voir carte), le Beagle tourne vers l’ouest pour une circumnavigation de la terre qui prendra cinq années : 27.12.1831 – 02.10.1836, retour juste à temps pour le  couronnement de Victoria !

HMS Beagle (centre) par Owen Stanley - 1841.

HMS Beagle (centre) par Owen Stanley - 1841.

HMS Beagle (centre) par Owen Stanley - 1841.

Pour DARWIN, cela ne sera pas 5 ans à bord : il va explorer les territoires rencontrés -3 ans et quelques mois à terre pour 18 mois de stricte navigation. Il y met à profit ses qualités -observation, déduction, classement - déjà mises en œuvre dans ses collections de jeune étudiant.

Il se passionne pour tout ce qu’il  rencontre. Lors des escales, DARWIN envoie régulièrement des spécimens récoltés lors de ses explorations terrestres, ainsi que ses commentaires sur ces découvertes. Ils seront la matière de ses travaux à venir. Le journal de bord, qu’il tient d’abord  pour sa famille, sera publié « The Voyage of the Beagle » dès 1839, une deuxième édition en 1845.

 

Le voyage du BEAGLE

Le voyage du BEAGLE

Le voyage du BEAGLE

Il explore les terres à cheval ou en barque, en remontant les rivières et fleuves. Il vit parmi les habitants des régions explorées. Il écoute et rapporte des récits entendus le soir au bivouac.

Il s’initie à la paléontologie en Argentine et découvre des fossiles intéressants, tel le Toxodon qu’il comparera au tatou, ou les restes de ce qui est l’ancêtre du guanaco.

 

Il séjourne un mois aux Galápagos et côtoie des tortues (il en distinguera 2 espèces) et des iguanes, vivant au milieu de laves noires, de buissons sans feuilles et de cactus. Ils lui font penser à «des animaux antédiluviens ». Ses expériences sur ces îles (une dizaine au total) lui font prendre conscience de la réalité de l’évolution des espèces : chacune de ces îles a sa propre faune et « dans son ensemble cette faune diffère de celle de la terre ferme voisine ». Les Galápagos sont le vrai laboratoire  ‘’in situ’’ où s’amorce sa grande théorie de l’évolution.

On raconte souvent l’histoire des pinsons de Darwin, rencontrés dans ces îles. La ressemblance entre ces pinsons est très frappante : à part le bec dont la forme est très variable, il est très difficile de les distinguer. C’est la diversité de structure du bec dans ce petit groupe d'oiseaux qui éveilla l'intérêt de Darwin.

Il y aurait 13 espèces réparties dans tout l’archipel.

Ces pinsons forment un petit groupe de passereaux qui ont évolué dans le monde isolé des Galápagos, en plein océan Pacifique. Depuis des millénaires, ces petits oiseaux, issus d’une souche ancestrale sud-américaine, se sont spécialisés et ont donné naissance à plusieurs espèces dont chacune occupe une niche écologique.

Les pinsons de Darwin.

Les pinsons de Darwin.

Il lui faudra revenir chez lui pour prendre conscience de la signification des phénomènes observés sur ces îles tropicales et au cours de son long périple.

                                               Jean

                                                                       

                                                                                                                                    à suivre

 

Si vous aimez les aventures, voici un site qui devrait vous plaire...

Lire la suite

L'automne arrive, c'est le temps des champignons !!!

3 Septembre 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Hélène, du Groupe Nature de Gruffy, a trouvé dans son jardin quelque chose de très curieux, une bizarrerie de la nature qui a poussée dans son terrain, dans les herbes fauchées, sous un noisetier.

Que pensez-vous que ce soit ???

 Clathrus archeri, l'Anthurus d'Archer .

Clathrus archeri, l'Anthurus d'Archer .

 

Non, ce n’est pas une étoile de mer qui voudrait découvrir les terres émergées, c’est.................... un champignon ! Clathrus archeri, l'Anthurus d'Archer . 

 

Tout d'abord enfermé dans un œuf blanchâtre, le sporophore* se déploie en 4 à 8 bras de couleur rouge, couverts de restes de gléba* et ressemble alors à un poulpe. Il dégage une odeur nauséabonde et n'est pas comestible.

 

Originaire d'Australie et de Nouvelle Zélande, il fit son apparition dans les Vosges vers 1920 près d'une industrie lainière qui traitait les laines de mouton d'Australie. Un second centre de dispersion est représenté par le Sud-Ouest de la France. 

*Sporophore : organe de la « fructification » du mycélium des Fungi ou mycota ou champignon.

*Gléba : masse fertile de certains champignons tels que truffes, lycoperdons, sclérodermes, phallus.......

Merci Hélène, Sylvie et ... internet.

                                                                                              Christianne

Lire la suite

La journée du PAPILLONS !!

18 Août 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

La journée du PAPILLONS !!

 

avec Philippe FRANCOZ,

entomologiste,

 

 

La journée du PAPILLONS !!
La journée du PAPILLONS !!
voici le Paon du jour

voici le Paon du jour

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>