Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles récents

La fleur de Tan

27 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Comme son nom ne l'indique pas, ce n'est pas une fleur !!


Fuligo septica

 

Rencontrée sur le sentier des Farrires, à Gruffy (74)

 

 

Il s'agit d'un Myxomycète – Fuligo septica

 

Les Myxomycètes sont des organismes qui ont la forme d'une masse mucilagineuse et mobile au stade végétatif. Ils se fixent à leur substrat et se transforment en sporanges contenant des spores au stade reproductif, comme de vrais champignons. Strictement parlant, les Myxomycètes ne sont pas des champignons. Dans la classification des êtres vivants ils sont plus près des protozoaires que des mycètes, mais traditionnellement ils ont été étudiés par les mycologues.

 

Nom français :  Fleur de tan
Nom anglais   :  Scrambled-Egg Slime


Se présente sous la forme d'une masse irrégulière ou en forme de coussin, 5-20 cm d'étendue et 1-3 cm d'épaisseur.

Sa vie commence par une masse molle, glutineuse, jaune, mobile sur son support: c'est le plasmode, il constitue la phase végétative du champignon. Puis la fructification a lieu et le plasmode se transforme en un éthallium  ocre, jaune verdâtre, brunâtre ou brun violacé, renfermant la masse poudreuse, brune ou noirâtre, des spores, ainsi que des filaments (ou capillitium) blanchâtres et calcaires, le tout recouvert d'une fine pellicule croûteuse. 

Son nom, d'origine gauloise (tann), vient de son biotope préféré : l'écorce du chêne.


Habitat : Se rencontre en forêt sur les débris ligneux, les troncs morts en décomposition ou encore sur le sol, du printemps à l'automne. Commun


Comestibilité : Aucune indication sur sa comestibilité, cependant après l’avoir touché l'envie de le déguster diminue fortement; tout au plus pourrait-on se demander si ça ne pourrait pas servir de substitut à la moutarde!

                        

                                                                                             Joanny Cuillerat


 

 

 


Lire la suite

Le plantain lancéolé

22 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Le plantain lancéolé, Plantago lanceolata, (plantaginacée) est très commun dans notre région, au bord des chemins, dans les champs ou dans les friches.

 

 

IMGP4825 [1024x768]

Description

 

Haut 10-40 cm, plante vivace.

  • Grandes feuilles en rosette basale, dressées, étroitement lancéolées, atténuées en pétiole, glabrescentes, entières ou à dentes fines et espacées, à 3-(5-7) nervures parallèles.
  • Fleurs en épis serrés, ovoïdes ou brièvement cylindriques. Etamines saillantes.

 

Composants chimiques :

Aucubine

Catalpol,

glucosides dont la teneur est plus élevée dans les feuilles jeunes.

Coumarines

Tanins

flavonoïdes

Mucilage

 

Aucubine, catalpol et glucosides ont un pouvoir antibactérien

Coumarines, tanins et flavonoïdes ont un pouvoir anti-inflammatoire

Mucilage protège les muqueuses.

 

 

IMGP4826--1024x768--copie-1.JPG

Utilisation

Par voie externe, on peut l’employer pour calmer les piqures d’ortie ou d’insectes. Bien écraser les feuilles pour extraire le suc et en frotter  les parties qui démangent. En promenade, quand vous n’avez rien sous la main, pensez-y !

Sinon infusions, décoctions ou macérations peuvent être utilisées si on connaît les bonnes proportions, se renseigner avant de faire des préparations

 

Conseil :

Récolter les feuilles avant floraison. Si lors du séchage, les feuilles prennent une teinte noire, cela signifie que l’un des composants, l’aucubine, s’est décomposé, les jeter.

 

 

!ATTENTION! Certaines personnes peuvent avoir des réactions allergiques au plantain.

 

IMGP4870--1024x768-.JPG

 


Lire la suite

L'ennemie publique n°1

9 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

 

 

la connaissez-vous?

 

 

 

Renouee-du-Japon-1.JPG

 

 

 

 


et comme ça?

Renouee-du-Japon-2.JPG


 

 


    La Renouée du Japon -


La renouée du Japon (Reynoutria japonica, autrefois aussi nommée Polygonum cuspidatum ou encore Fallopia japonica) est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Polygonacées.

 

C’est une plante invasive originaire de l'Est de l'Asie, qui colonise surtout les bords de nos torrents, regardez le long du Fier, du Chéran, des Usses, de l’Arly, du Borne etc…

Elle pousse vite et n’est pas exigeante, le seul problème c’est qu’elle fait disparaître toutes les autres plantes, elle réduit donc la biodiversité. Elle est en tête de la  liste noire des espèces invasives.

 

Elle forme une touffe de tiges dressées, à croissance rapide, creuses et aux nœuds bien apparents, dont l'aspect rappelle celles de bambou. Vers leur extrémité, elles se ramifient et s'étalent ; leur taille maximale avoisine les 2 m. Ces tiges se développent à partir d'un rhizome vivace qui peut s'étendre énormément.

D'août à octobre la plante se couvre de fleurs. Les feuilles entières et opposées sont de grande taille, elles ont une forme ovale terminée en pointe et prennent une belle couleur dorée à l'automne avant de tomber.

 

Il faut lutter contre la Renouée du Japon !

Cette plante se trouvant fréquemment à proximité des cours d'eau, il est impératif de trouver des alternatives aux procédés basés sur l'emploi de pesticides, ces derniers s'étant révélés  en outre, très peu efficaces.

Les chercheurs ont choisi de mettre au point des procédés qui perturbent  continuellement les renouées du Japon vis à vis de la constitution de ses réserves alimentaires dues à la photosynthèse et à l'absorption racinaire. Ces méthodes ont donc pour but de priver les renouées du rayonnement solaire et de leur opposer une concurrence forte vis à vis des nutriments disponibles dans le sol.

 

Voir

sur Internet les Extrais de l'intervention de l'association ECHEL aux Journées Techniques Nationales "Renouées" Actes JTNR (ECHEL 2003), pages 47-49 

 

ou www.frapna.org/ressources-renouées/


Articles de debut Juin Dauphiné libéré et Essor Savoyard

 

                                                                                                            Le groupe Nature

Lire la suite

L'arbre aux mouchoirs

26 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

IMGP4249--1024x768-.JPG

 

En Mai, ne manquez pas d'aller admirer à Annecy, à gauche de l’entrée principale du Palais de Justice, l'arbre aux mouchoirs.                                                                                

En effet, à l’angle de la rue Sommeiller et de la rue Guillaume Fichet, vous pourrez  découvrir cet “arbre aux mouchoirs“, au moment de sa floraison.                                                          

Cet arbre nommé “ Davidia involucra", de la famille des Nyssacées, doit son nom au missionnaire naturaliste français, Jean Pierre Armand David (1826 -1900).                        

Introduit en Europe vers 1897, le “ Gong tong“ ainsi nommé par les Chinois, vit environ cent ans. Il fleurit au bout d’une dizaine d’années et porte de très longues et larges bractées blanches. Ces spectaculaires involucres, sont à l’origine d’autres surnoms pittoresques, arbre aux pochettes, aux colombes, aux fantômes et pour les Anglophones “Dove tree, Handkerchief tree ou Ghost tree.                                                                                                                                          

Le fruit est une drupe comestible qui se consomme blette.                                                                                

Cet arbre est endémique au sud-ouest de la Chine, dans les forêts de feuillus entre 1500 et 2000 m d’altitude. Il est maintenant protégé car il est en voie de disparition.

 

 

Arbre aux mouchoirs Avril 2011

                                                                                                      Joanny 

 


Lire la suite

Le retour des grands prédateurs, épisode II

21 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Faune

 

 

 

 

 

LE RETOUR DES GRANDS PREDATEURS

Conférence du MHNR le 25.03 .2010 par

B. BACHASSON, professeur au Lycée Agricole de Poisy.

 

Le LOUP :

Il chasse à courre ! Les loups italiens (20-30kg) sont de taille modeste par rapport aux loups du Nord : leur robe a des rayures noires (voir l’individu au Musée de Gruffy).

Sa trace est droite (contrairement au chien qui zigzague) et la meute marche dans les pas du précédent : à la queue leu leu ! L’empreinte du pas est de 90 à 130cm de long, alors que la patte laisse une trace assez ronde de 7-11cm. Mais  la seule confirmation sûre de la présence du loup ne peut se faire que par l’analyse ADN : par prélèvements sur les cadavres (victimes), poils et urine, crottes qui contiennent poils et os broyés et cellules épithéliales. Ces  analyses se font dans le laboratoire de la police scientifique de Grenoble : ainsi, tous les loups en France sont génotypés (alors qu’en Italie, les loups de parcs ne sont même pas munis de puces).

Les caractéristiques du loup sont multiples : il est discret, craintif, intelligent ; très résistant au jeûne, adaptable et, par-dessus tout, très mobile : il lui faut un territoire de 15000 hectares qu’il parcourt sans cesse.

Il est très organisé et hiér archisé dans la meute de 4/5 (max. 9) loups : 1 mâle et 1 femelle dominants : les autres femelles sont en latence et les jeunes mâles entreprenants sont exclus. Les loups solitaires sont ceux qui ne sont pas acceptés par la meute non seulement pour des problèmes de dominance mais aussi par incompatibilité caractérielle- apparemment le loup a une « caboche » ! Il mange de tout, est omnivore.


Si en 1992, les loups ont été vus dans les forêts et pâturages de haute altitude, après 2000, ils sont descendus plus bas. La caractéristique fondamentale du loup est son ubiquité et sa trajectoire (loups italiens) le pousse de Belledonne vers le Jura, et du Vercors dans le Massif central (2 loups sur l’Aubrac en 2000) : il traverse même les autoroutes et se fait ainsi écraser. Dans les Pyrénées on signale la présence de 4 individus venus d’Italie. En 2009, grâce à l’ADN, on a dénombré 180 loups en France entière –il peut très bien vivre en plaine.

L’attaque d’ovins est un signe –non suffisant- de la présence du loup.

Pour un potentiel de 25%, l’accroissement de la population de loups est en fait  de 7,5% an et on dénombre 26 zones de présence permanente (ZPP), soit 19 meutes dont 12 ont été reproductrices en 2008.

 

 

Quel est son rôle dans l’écosystème ?

super prédateur : in ne supporte pas de chien errant sur son territoire

sélectionneur/ éradicateur efficace, il chasse à courre et sa présence fait des animaux plus sains

indicateur de richesse faunistique, par exemple, durant la 2° Guerre Mondiale il n’y avait plus d’ongulés, il n’y avait plus de loups aussi.

 

La problématique actuelle du loup :

en 2004, la 1° louve dans les Glières a posé un problème grave car les éleveurs avaient des petits troupeaux d’ovins, et donc moins capables de se protéger de ses attaques. Selon les études faites, pour 8 millions (8.000.000) d’ovins, 5.00.000 sont perdus (toutes causes confondues). Si 200 à 300 ovins/an sont indemnisés « loup », il reste la question des dégâts collatéraux : quid

des dérochements  (animaux qui se précipitent du haut des rocher ?

des avortements spontanés ?

de la tension nerveuse des animaux, qui croissent moins bien ?

 

En Haute Savoie, 15 éleveurs sont concernés et en particulier au Col de la Buffaz, où une louve pleine a été abattue après des ravages (il reste le problème du remplacement du gardien qui n’est pas  revenu). (Au passage, il est bon de noter l’incidence négative du surpâturage du mouton, bon débroussailleur, il entraîne la diminution de la flore et de la faune et de la superficie forestière, la main de l’homme y contribue aussi !)

L’utilisation du Patou, dont l’efficacité est renforcée par la clôture, limite le nombre des pertes, non celle des attaques (effets collatéraux restent..). Le Patou entraîne aussi des frictions avec les randonneurs qui devraient faire un détour pour éviter les troupeaux- est-ce toujours possible ?

Il reste le comportement imprévisible des louvards – jeunes loups inexpérimentés...

Ainsi le territoire Glières-Aravis-Bargy voit la présence de 5 à 6 loups et Champ Laitier est devenu en 2006 une ZPP, où en 2008 une meute de 1 mâle, 1 femelle et 2-3 jeunes est installée.

Le loup n’aime pas les reliefs rocheux escarpés (zone de fuite pour les ongulés).

Après que le loup a mangé, surviennent le renard, d’autres petits préd ateurs, enfin le gypaète  barbu, casseur d’os

 

A la fin, il ne reste plus sur place que les poils (et crottes) de la victime.

1 loup =

50 proies =

1000 ongulés.

 

En résumé, le loup limite les effectifs des ongulés,

                                les disperse sur tout son territoire

                                élimine les chiens errants

Mais sa présence perturbe grandement la pâture des ovins, ressource économique, elle-même sous la pression des importations de viande ovine (carcasses congelées de N.Zélande).

 

La grande question : trouver un équilibre avec les chasseurs et les éleveurs ?

 Pour 1 loup tué en pays de Gex (probablement un loup chassé par la meute) ,3 ou 4 loups ont été tirés, sur le 7/8 loups, au départ. Entre le braconnage, et les plans de chasse (200, puis 1000, éventuellement 2000 ?) il n’y a pas de risque de prolifération du loup.

Si le loup résiste aux conditions climatiques, résistera-t-il au plus grand des prédateurs, l’homme ?

Le loup fait partie d’une chaîne alimentaire qui se termine avec lui. Le plus gros risque pour lui et les autres animaux reste l’empoisonnement.

 En Slovaquie (1 loup = 10 cerfs) il existe des plans de chasse et du tir légal := 6 loups /an

 

A la fin de la conférence, 2 tableaux projetés, résument fort bien les avantages et les inconvénients de la présence du loup. Certains auditeurs, tout en reconnaissant l’effort d’impartialité et d’une présentation aussi complète que possible de tous les aspects de la question, ne semblent guère convaincus et restent hostiles à la présence du loup , dont ils ne voient guère l’intérêt même touristique puisqu’il est très difficile de le voir, de l’approcher......

Lire la suite

Orchis militaris ou simia, comment les reconnaître ?

18 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

 

Rappel définitions Orchidées:

schema-orchidees.jpg


En général, ce sont les lobes du labelle qui permettent de différencier les deux espèces :                      

Lobes étroits et arqués, séparés par une pointe plus ou moins longue pour simia.                          

Lobes larges très écartés, séparés par une petite dent pour militaris.                           

Attention ! Ces caractéristiques ne sont pas toujours évidentes. Le critère le plus fiable, se situe au niveau du sens de progression de la floraison de l’épi. 

Les fleurs du bas s’ouvrent en premier chez militaris (la floraison “monte“)  Les fleurs du haut s’ouvrent en premier chez simia (la floraison “descend“)

Le truc pour s’en rappeler :

Le militaire monte à l’assaut“                                                                                  

“Le singe descend de l’arbre“

Joanny 

 orchis simia

10-orchis-militaire.JPG

 

Lire la suite

Le retour des grands prédateurs, episode 1

18 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Faune

 

Conférence du MHNR le 25.03 .2010 par

B. BACHASSON, professeur au Lycée Agricole de Poisy.

 

Depuis sa 1° apparition dans le Mercantour en 1992, le LOUP a fait coulé beaucoup d’encre et de salive – voire d’argent- dans une controverse qui n’a pas encore trouvé une issue apaisée.

Chasseur, membre de la FRAPNA, B.Bachasson veut prendre en compte  tous les aspects de cette nouvelle situation, sans a priori passionnel et partial, tout en s’entourant de références des professionnels (Office de la Chasse, laboratoire de Gières (38), etc...). Sa conférence largement illustrée de photos de loups (surtout italiens), de paysages, tableaux et graphiques pose la question d’une cohabitation, d’un modus –vivendi entre les 3 grands prédateurs  -OURS, LYNX, LOUP  - et l’homme. Avant d’entrer dans le vif du sujet de la conférence, le conférencier met en garde le très jeune auditoire contre les idées fausses véhiculées par les contes, films, peluches : de l’ours ou du loup, c’est l’ours qui est de loin le plus dangereux  pour l’homme, et non le loup qui n’a jamais fait du mal aux grands-mères  et au Chaperon Rouge (ndr : voir l’interprétation des contes par Bruno Bettelheim) ;

 

L’ OURS :

Roi des forêts (250kg contre les 25kg  du loup !) il a disparu de nos régions savoyardes à la fin du 19éme siècle, au dessus de Duingt. En 1900, il y avait encore 150 ours dans les Pyrénées et lors des premiers Tours de France chaque coureur se voyait remettre une plaquette sur la conduite à tenir en cas de présence inopinée d’un ours. Mais les chasseurs et surtout le poison  (dont les expériences grandeur nature avaient eu lieu durant la 1ere Guerre Mondiale) eurent raison de ces derniers représentants de l’ours pyrénéen, côté français.

En 2006, suite au renforcement des ours pyrénéens avec des ours slovènes, 5 individus subsistaient dans les Pyrénées tant bien que mal. Il leur faut 200 moutons/an pour survivre. En revanche, il y a encore 5000 ours en Roumanie, où la chasse à l’ours est autorisée.

Le grand danger est la situation accidentelle où l’ours(e) n’a pas vu/senti venir l’homme : l’ourse protège toujours ses petits, et c’est là le grand danger pour le promeneur.

 

 

Le LYNX :

Le 2éme prédateur (15 à 20Kg) est très discret, à la démarche exceptionnelle : pas de bruit, comme s’il flottait au dessus du sol : il faudrait revoir l’expression à pas de loup, plutôt dire à pas de lynx ! Contrairement au chat sauvage, le lynx a une queue très courte. Il chasse à l’approche et peut s’attaquer à plus gros que lui, et s’il évite le contact avec l’humain, il peut circuler dans les communautés urbaines.

Il existe 150-200 individus en France : Jura franco-suisse, 20-30 individus dans l’Ain, le Vercors, les Alpes du sud ; mais il y en a peu à l’ouest de Rhône Saône.

Il a besoin d’un grand territoire et donc sa densité en est limitée : théoriquement 300 individus au total serait possible dans toute la France, car il s’adonne à l’autorégulation de l’espèce.

à suivre.....

Prochain épisode : le loup

Lire la suite

Origine des noms : Véronique et scrophulaire

17 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Vocabulaire

 

 

 

Je viens de trouver la réponse à une question lancinante en ces temps de véroniques (pas qu'elles dans cette famille!) dans Alain Creton, Fleurs de nos montagnes, édition Découverte Séquoia :

 

p.65:..".nom étrange construit à partir du latin scrofa/ la truie." Celles-ci atteintes de "tumeurs ganglionnaires - nommées scrophules ou écrouelles"- étaient soignées avec une" petite plante tarabiscotée" qu'on appela la scrophulaire. Ce nom fut retenu pour nommer le genre dont elle dépendait scrofularia. Puis le nom du genre fut choisi pour nommer cette famille de scrophulariacées. "Etrange destin pour une tumeur!"

 

Quant à "véronique" (veronicon : la vraie image), ce nom vient de la Sainte qui essuya le visage de Jésus portant sa croix, son voile en garda la trace :

c.f. les quatre pétales de la fleur : le supérieur un peu plus grand, l'inférieur un peu plus petit que les deux latéraux, les deux anthères (des étamines) représentant les yeux….. voici la représentation d'un visage ...

 

Et on dira que les botanistes s'amusent comme des petits fous!!!!

Jean

Lire la suite

Voilà le printemps

11 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Lire la suite

2010, année du loup .... au M.H.N. de Gruffy

5 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Faune

La bête du musée est naturalisée, mais ses congénères trottent-« à pas de loup »- dans les montagnes environnantes, au grand dam des bergers et  des moutons ; mais le loup est encore plus vivant dans la langue française.

 

 Si « la langue est un prisme à travers laquelle on appréhende le monde » que n’apprend-t-on pas sur l’état du monde  et des humains par la littérature qui concerne  le loup à un moment donné. S’il est vrai que la plupart des expressions françaises concernant le loup datent du 15° au 18° siècles, la plus ancienne remonte à  2 siècles avant J.C. «  entre chien et loup » (période du crépuscule où on ne peut pas  faire la différence entre les 2 canidés) . Combien de lycéens ont sué sur le sujet «  (à l’état de nature,) l’homme est un loup pour l’homme » ?(attribué à Hobbes, Léviathan (-d’aucuns mentionnent aussi Plaute, retour à l’antiquité)). L’expression la plus récente serait « un froid de loup « (I835)-mais ne disons-nous pas plutôt « un froid de canard » ?

 

Lukos : en grec et Lupus : en latin   désigne un mammifère sauvage proche du chien .

Ces 2 mots ont une riche descendance en français :

loup-cervier /

      loup-garou (homme loup = lycanthrope (grec) : homme le jour, loup la nuit (surtout par pleine lune !) qui est une forme diabolique – (cf cinéma)  werewolf := en anglais, qui rappelle l’évolution du mot depuis sa racine indo-européenne)

poisson vorace, qui, en Provence, se mange avec du fenouil

en médecine, lupus désigne un chancre/ la lycanthropie est ce délire d’un aliéné qui se croit loup

défectuosité dans un ouvrage d’édition /dans un  textile, métallurgie d’où le verbe « louper »

en habillement, ce masque carré de velours noir ( voir la tête du loup), porté par les femmes pour se préserver du hâle (1680),puis  pour les fêtes et mascarades (1859)

la flore :aconit tue-loup

                    lycoperdon ou vesse-de-loup (perdon vient du grec:perdesthai:= péter!)

                     muflier ou gueule –de-loup (FH :1753)

                     lycope d’Europe ou pied de loup(FH1710)

                     lycopode (FH : les premières entrées)  

 

Au féminin, louve := lupa, désigne la prostituée bien avant de désigner la femelle du loup : sa caractéristique est la lubricité (ex. Messaline dont le surnom Lycisca réfère à la (chienne) louve) ; ce sens subsiste dans’lupanar’.

A Rome, Lupercale (divinité Lupercus/Luperca) réfère au lieu où la Louve aurait nourri Romulus et Rémus.Le 15 février, les prêtres- vêtus uniquement de peaux de loups-  de ces divinités parcouraient les rues autour de la Colline en flagellant les passantes pour leur assurer fécondité.

 

noms de lieu := endroit où il y a des loups :

              ex. le Louvre

                    le lycée : de Lycée := nom propre du gymnase au N.E. d’Athènes où enseignait Aristote

                    St Leu, et bien d’autres comme

                    Lovagny( 74) qui viendrait de Lupianacum (:= village  dans région boisée où vivent des loups)- à moins que cela ne soit du nom d’un propriétaire gallo-romain (Lovanicum)

                  cf Lovettaz –au pied du Nivolet- de lovetta := petite louve / ou + probable, d’un propriétaire( Lovat/ lovet)

                   En Maurienne et Tarentaise, des noms de lieux-dits :             Louvatière/ Lovatière, Louvière....

 

noms de personnes : Leu, Louvel, Wolfgang....

                    et un loup de mer := expérimenté et bourru.

                        un jeune loup (aux dents longues) !

 

Expressions françaises : elles font allusion aux diverses caractéristiques attribuées, au fil du temps, au loup : outre celles déjà mentionnées :

 

-aller queue à queue comme loup, (forme moderne) à la queue leu leu(cf la description ,lors de la conférence, d’une meute en déplacement)

-hurler avec les loups (faire la même chose que les autres, puis plus récent, se plier à l’opinion générale)

 

L’animal affamé : avoir une faim de loup

                                la faim fait sortir le loup du bois

                                manger comme un loup

 

La surprise, l’inattendu, la soudaineté :

quand on parle du loup, on en voit la queue/ qui parle du loup en voit la queue (à comparer avec l’expression en anglais qui met l’accent sur le caractère diabolique du loup ‘talk of the devil ‘)

La notion de danger, grandement illustrée :

-se jeter/ tomber dans la gueule du loup

-enfermer le loup dans la bergerie

-donner des brebis à garder aux loups

-crier au(x) loup(s) (alerter, puis être enroué à force de ..)

-tenir le loup par les oreilles (situation très dangereuse)

 

Mais aussi, l’expérience, la ruse et l’adresse :

-brebis comptées, le loup les mange( précaution ne garantit pas          toujours de ne pas se faire avoir )

-raconter des histoires au vieux loup (sornettes et billevesées ne trompent pas le vieux rusé)

-être un loup-garou, un (vieux) loup (misanthrope, vivant seul)

-faire un loup (faire une dette, et ne pas la payer)

-quand le loup est pris, les chiens lui lardent les fesses (lâcheté des chiens, qui l’accusent après coup)

 

Une mention spéciale pour les demoiselles :

-avoir vu le loup / danser le branle du loup : la danse du loup (la            queue entre les jambes)

 

Quelques autres encore :

regarder ...comme le loup blanc (une chose extraordinaire)

la lune est à couvert des loups

la lune n’a rien à craindre des loups (bien qu’ils hurlent à la lune) ( =les critiques et envieux sont impuissants devant un mérite supérieur)

 

A la lecture de tout ce qui précède, on se rend compte de la longue cohabitation entre l’homme et le loup. Souvent l’homme a projeté ses propres défauts sur l’animal, souvent pires que ceux de l’animal. J’ai oublié : homo sapiens sapiens, au néolithique, a domestiqué le loup pour en faire............ un chien!

                                                                    Jean

Sources : Le Robert, Dictionnaire Historique de la Langue Française

                 Claude Duneton, Le Bouquet des Expressions Imagées

                            Pierre Perret, Le parler des métiers

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 > >>