Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles récents

Les fleurs d'Automne

8 Octobre 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

(J'espère que ça ira mieux maintenant!!!)

Non les fleurs ne poussent pas qu'au printemps!

Chaque saison a sa richesse, en forme et en couleur. Certes les fleurs d'automne sont plus modestes et moins "tappe à l'oeil", mais elles sont là pour nous.

regardez  l'album photos : "Fleurs d'automne" , donnez moi votre avis (dans commentaires) et corrigez mes erreurs d'identification.

A bientôt

Une des plus belles, mais c'est une envahissante!

Balsamine de l'Hymalaya fleur

Lire la suite

Invasion des Renouées

8 Octobre 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Nous vous avons présenté il y a quelques semaines, la Renouée du Japon, Reynoutria japonica, dont les feuilles sont petites (moins de 20 cm) d'aspect arrondi brusquement terminées par une pointe (cuspidée) et à base plate avec des coins (cunéiforme).

 

Voici sa cousine, La Renouée de Sakhaline


       Reynoutria sachalinensis


Les feuilles sont  "grandes", de 20 à 30 cm, parfois plus, en forme de fer de lance (lancéolée) et à base en coeur très marquée (cordée).

reynoutria--fallopia--sachalinensis-04.JPG


renouée de Sakhaline feuilles en coeur


 

renouée de Sakhaline fleur

Les Renouées appartiennent à la famille des Polygonacées de même que l'Oseille, le Sarrasin et la Rhubarbe. Plusieurs Polygonacées sont déjà des espèces très envahissantes.  C'est le cas par exemple de certaines oseilles (ou Rumex) vis-à-vis des prairies fertilisées.

renouée de Sakhaline

  Pour plus de renseignements, consulter les sites en lien avec le notre en particulier celui  de la FRAPNA  

  à suivre.......

 

 

 

 

 



Lire la suite

Les journées du Patrimoines 2010

22 Septembre 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran

 

  • Belle réussite que ces journées du Patrimoine au Musée de Gruffy.

 

Jean s’est passionné pour Darwin, avec quel talent, commentant les  différents panneaux de l’exposition.

Darwin 2

 

Celle-ci résume la démarche du jeune DARWIN explorateur de la planète lors de son tour du monde sur le BEAGLE. Ses observations au fil de ses cinq années de voyage lui font  prendre conscience de la réalité de l’évolution des espèces et lui permettent d’élaborer sa théorie et de publier « l’Origine des Espèces par le Moyen de la Sélection Naturelle ou la Préservation des Races Favorisées dans la Luttepour la Vie» en 1859, qui revolutionna le monde scientifique.

Sa croyance en la survie des mieux adaptés dans la lutte pour la vie a pu depuis être corroboré par de nombreuses études et de nombreux savants, mais suscita de nombreuses controverses.

Darwin 1

 

Darwin nous a rapproché de cette nature qui nous entoure, comme d’ailleurs, à la même époque, les romantiques, les «découvreurs » des montagnes qui inspiraient jusqu’alors une sainte horreur, les peintres aussi... Il nous montre que nous faisons partie d’un réseau très serré qui nous entoure ; abeilles, oiseaux, vers de terre, etc..,  nous rendent service ; n’est –il pas temps de leur rendre  service à notre tour ?

Darwin 3

 

 

Toujours avec l’objectif de mieux connaître le monde qui nous entoure, le groupe nature a cueilli force baies d’automne.

Baies 1

Joanny connaît sa botanique sur le bout… des branches.

Baies 3Certaines sont comestibles mais beaucoup, malgré leurs belles couleurs et leurs airs appetissants sont insipides voire toxiques!! Joanny explique, enseigne...

Baies 2

 

ainsi que pensez vous de ces jolies fraises?


Fraise des

Il s'agit de la fraise des Indes, Duchesna indica, spongieuse et insipide!

Et de cette belle mûre,

Ronce bleuâtre 1

c'est la ronce bleuâtre, Rubus caesius, elle est charnue mais n'a que peu de goût!!

 

Voici le fruit de l'If, Taxus baccata, il est toxique ainsi que l'écorse de l'arbre.

Taxus baccata

Pourtant en 1971, un savant isole le TAXOL, molécule qui permettra  d'élaborer plusieurs médicaments anticancereux.

 

 

Le soleil et les curieux sont venus au rendez-vous, ils ont regardé, écouté, posé des questions, visité le musée ;

Belles journées!

merci à tous.

Lire la suite

les TOURBIERES

18 Août 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Généralités

Après un long repos estival, nous voilà de retour!

Notre prochain article vous parlera des tourbières que nous avons "explorées" fin juin, avec un spécialiste passionant, Maurice Pantaloni.

Jean a étudié la question de près.

De belles photos  de Nicole, Andrée et Jacques vous attendent également.

A bientôt

christianne

Lire la suite

Dans les prairies de Gruffy (74)

3 Juillet 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Sorties

21 juin 2010, c’est l’été aujourd’hui ! Enfin ?

Parcourrons les sentiers de Gruffy. Nos photographes, Nicole, Mireille et Jacques sont prêts

Dans les prairies, sur le bord des chemins, une végétation spontanée, liée à la nature du sol, s’épanouit librement. Les « botanistes » en herbe que nous sommes s’émerveillent à chaque pas de leurs découvertes. Trouver le nom et la famille de chaque brindille, voilà l’objectif.


Là où paissent nos belles vaches savoyardes, une sélection se fait naturellement, les vaches consomment les herbes qu’elles aiment et délaissent les autres : orties, rumex et bouton d’or voisinent aves les plantes à stolons ou à rosettes. Nous rencontrons insectes et papillons pleins de charmes et de couleurs et un rien coquins…..


Joanny nous a tout expliqué, les centaurées n’ont plus de secret pour nous ! Ces secrets vous seront révélés dans une prochaine fiche technique

Après avoir exploré le Brame, nous voilà sur les sentiers des Farrires.



 

Le pique-nique se fait au clos Guévin, ce n’est que le début de l’été, et la flore Helvétique de Jean nous révèle quelques mystères.


Le chemin des écoliers cachent encore quelques jolies fleurs.

P1040311--1024x768-.JPG

Retour vers la combe des Choseaux que nos amies les vaches ont tondue avec allégresse.

Et voilà, nous n’avons pas vu passer le temps en si bonne compagnie. Si voulez voir le résultat de notre «quête», ouvrez l’album photo "les environs de Gruffy".


                                                                                                                             Christianne

Lire la suite

La fleur de Tan

27 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Comme son nom ne l'indique pas, ce n'est pas une fleur !!


Fuligo septica

 

Rencontrée sur le sentier des Farrires, à Gruffy (74)

 

 

Il s'agit d'un Myxomycète – Fuligo septica

 

Les Myxomycètes sont des organismes qui ont la forme d'une masse mucilagineuse et mobile au stade végétatif. Ils se fixent à leur substrat et se transforment en sporanges contenant des spores au stade reproductif, comme de vrais champignons. Strictement parlant, les Myxomycètes ne sont pas des champignons. Dans la classification des êtres vivants ils sont plus près des protozoaires que des mycètes, mais traditionnellement ils ont été étudiés par les mycologues.

 

Nom français :  Fleur de tan
Nom anglais   :  Scrambled-Egg Slime


Se présente sous la forme d'une masse irrégulière ou en forme de coussin, 5-20 cm d'étendue et 1-3 cm d'épaisseur.

Sa vie commence par une masse molle, glutineuse, jaune, mobile sur son support: c'est le plasmode, il constitue la phase végétative du champignon. Puis la fructification a lieu et le plasmode se transforme en un éthallium  ocre, jaune verdâtre, brunâtre ou brun violacé, renfermant la masse poudreuse, brune ou noirâtre, des spores, ainsi que des filaments (ou capillitium) blanchâtres et calcaires, le tout recouvert d'une fine pellicule croûteuse. 

Son nom, d'origine gauloise (tann), vient de son biotope préféré : l'écorce du chêne.


Habitat : Se rencontre en forêt sur les débris ligneux, les troncs morts en décomposition ou encore sur le sol, du printemps à l'automne. Commun


Comestibilité : Aucune indication sur sa comestibilité, cependant après l’avoir touché l'envie de le déguster diminue fortement; tout au plus pourrait-on se demander si ça ne pourrait pas servir de substitut à la moutarde!

                        

                                                                                             Joanny Cuillerat


 

 

 


Lire la suite

Le plantain lancéolé

22 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Le plantain lancéolé, Plantago lanceolata, (plantaginacée) est très commun dans notre région, au bord des chemins, dans les champs ou dans les friches.

 

 

IMGP4825 [1024x768]

Description

 

Haut 10-40 cm, plante vivace.

  • Grandes feuilles en rosette basale, dressées, étroitement lancéolées, atténuées en pétiole, glabrescentes, entières ou à dentes fines et espacées, à 3-(5-7) nervures parallèles.
  • Fleurs en épis serrés, ovoïdes ou brièvement cylindriques. Etamines saillantes.

 

Composants chimiques :

Aucubine

Catalpol,

glucosides dont la teneur est plus élevée dans les feuilles jeunes.

Coumarines

Tanins

flavonoïdes

Mucilage

 

Aucubine, catalpol et glucosides ont un pouvoir antibactérien

Coumarines, tanins et flavonoïdes ont un pouvoir anti-inflammatoire

Mucilage protège les muqueuses.

 

 

IMGP4826--1024x768--copie-1.JPG

Utilisation

Par voie externe, on peut l’employer pour calmer les piqures d’ortie ou d’insectes. Bien écraser les feuilles pour extraire le suc et en frotter  les parties qui démangent. En promenade, quand vous n’avez rien sous la main, pensez-y !

Sinon infusions, décoctions ou macérations peuvent être utilisées si on connaît les bonnes proportions, se renseigner avant de faire des préparations

 

Conseil :

Récolter les feuilles avant floraison. Si lors du séchage, les feuilles prennent une teinte noire, cela signifie que l’un des composants, l’aucubine, s’est décomposé, les jeter.

 

 

!ATTENTION! Certaines personnes peuvent avoir des réactions allergiques au plantain.

 

IMGP4870--1024x768-.JPG

 


Lire la suite

L'ennemie publique n°1

9 Juin 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

 

 

la connaissez-vous?

 

 

 

Renouee-du-Japon-1.JPG

 

 

 

 


et comme ça?

Renouee-du-Japon-2.JPG


 

 


    La Renouée du Japon -


La renouée du Japon (Reynoutria japonica, autrefois aussi nommée Polygonum cuspidatum ou encore Fallopia japonica) est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Polygonacées.

 

C’est une plante invasive originaire de l'Est de l'Asie, qui colonise surtout les bords de nos torrents, regardez le long du Fier, du Chéran, des Usses, de l’Arly, du Borne etc…

Elle pousse vite et n’est pas exigeante, le seul problème c’est qu’elle fait disparaître toutes les autres plantes, elle réduit donc la biodiversité. Elle est en tête de la  liste noire des espèces invasives.

 

Elle forme une touffe de tiges dressées, à croissance rapide, creuses et aux nœuds bien apparents, dont l'aspect rappelle celles de bambou. Vers leur extrémité, elles se ramifient et s'étalent ; leur taille maximale avoisine les 2 m. Ces tiges se développent à partir d'un rhizome vivace qui peut s'étendre énormément.

D'août à octobre la plante se couvre de fleurs. Les feuilles entières et opposées sont de grande taille, elles ont une forme ovale terminée en pointe et prennent une belle couleur dorée à l'automne avant de tomber.

 

Il faut lutter contre la Renouée du Japon !

Cette plante se trouvant fréquemment à proximité des cours d'eau, il est impératif de trouver des alternatives aux procédés basés sur l'emploi de pesticides, ces derniers s'étant révélés  en outre, très peu efficaces.

Les chercheurs ont choisi de mettre au point des procédés qui perturbent  continuellement les renouées du Japon vis à vis de la constitution de ses réserves alimentaires dues à la photosynthèse et à l'absorption racinaire. Ces méthodes ont donc pour but de priver les renouées du rayonnement solaire et de leur opposer une concurrence forte vis à vis des nutriments disponibles dans le sol.

 

Voir

sur Internet les Extrais de l'intervention de l'association ECHEL aux Journées Techniques Nationales "Renouées" Actes JTNR (ECHEL 2003), pages 47-49 

 

ou www.frapna.org/ressources-renouées/


Articles de debut Juin Dauphiné libéré et Essor Savoyard

 

                                                                                                            Le groupe Nature

Lire la suite

L'arbre aux mouchoirs

26 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

IMGP4249--1024x768-.JPG

 

En Mai, ne manquez pas d'aller admirer à Annecy, à gauche de l’entrée principale du Palais de Justice, l'arbre aux mouchoirs.                                                                                

En effet, à l’angle de la rue Sommeiller et de la rue Guillaume Fichet, vous pourrez  découvrir cet “arbre aux mouchoirs“, au moment de sa floraison.                                                          

Cet arbre nommé “ Davidia involucra", de la famille des Nyssacées, doit son nom au missionnaire naturaliste français, Jean Pierre Armand David (1826 -1900).                        

Introduit en Europe vers 1897, le “ Gong tong“ ainsi nommé par les Chinois, vit environ cent ans. Il fleurit au bout d’une dizaine d’années et porte de très longues et larges bractées blanches. Ces spectaculaires involucres, sont à l’origine d’autres surnoms pittoresques, arbre aux pochettes, aux colombes, aux fantômes et pour les Anglophones “Dove tree, Handkerchief tree ou Ghost tree.                                                                                                                                          

Le fruit est une drupe comestible qui se consomme blette.                                                                                

Cet arbre est endémique au sud-ouest de la Chine, dans les forêts de feuillus entre 1500 et 2000 m d’altitude. Il est maintenant protégé car il est en voie de disparition.

 

 

Arbre aux mouchoirs Avril 2011

                                                                                                      Joanny 

 


Lire la suite

Le retour des grands prédateurs, épisode II

21 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Faune

 

 

 

 

 

LE RETOUR DES GRANDS PREDATEURS

Conférence du MHNR le 25.03 .2010 par

B. BACHASSON, professeur au Lycée Agricole de Poisy.

 

Le LOUP :

Il chasse à courre ! Les loups italiens (20-30kg) sont de taille modeste par rapport aux loups du Nord : leur robe a des rayures noires (voir l’individu au Musée de Gruffy).

Sa trace est droite (contrairement au chien qui zigzague) et la meute marche dans les pas du précédent : à la queue leu leu ! L’empreinte du pas est de 90 à 130cm de long, alors que la patte laisse une trace assez ronde de 7-11cm. Mais  la seule confirmation sûre de la présence du loup ne peut se faire que par l’analyse ADN : par prélèvements sur les cadavres (victimes), poils et urine, crottes qui contiennent poils et os broyés et cellules épithéliales. Ces  analyses se font dans le laboratoire de la police scientifique de Grenoble : ainsi, tous les loups en France sont génotypés (alors qu’en Italie, les loups de parcs ne sont même pas munis de puces).

Les caractéristiques du loup sont multiples : il est discret, craintif, intelligent ; très résistant au jeûne, adaptable et, par-dessus tout, très mobile : il lui faut un territoire de 15000 hectares qu’il parcourt sans cesse.

Il est très organisé et hiér archisé dans la meute de 4/5 (max. 9) loups : 1 mâle et 1 femelle dominants : les autres femelles sont en latence et les jeunes mâles entreprenants sont exclus. Les loups solitaires sont ceux qui ne sont pas acceptés par la meute non seulement pour des problèmes de dominance mais aussi par incompatibilité caractérielle- apparemment le loup a une « caboche » ! Il mange de tout, est omnivore.


Si en 1992, les loups ont été vus dans les forêts et pâturages de haute altitude, après 2000, ils sont descendus plus bas. La caractéristique fondamentale du loup est son ubiquité et sa trajectoire (loups italiens) le pousse de Belledonne vers le Jura, et du Vercors dans le Massif central (2 loups sur l’Aubrac en 2000) : il traverse même les autoroutes et se fait ainsi écraser. Dans les Pyrénées on signale la présence de 4 individus venus d’Italie. En 2009, grâce à l’ADN, on a dénombré 180 loups en France entière –il peut très bien vivre en plaine.

L’attaque d’ovins est un signe –non suffisant- de la présence du loup.

Pour un potentiel de 25%, l’accroissement de la population de loups est en fait  de 7,5% an et on dénombre 26 zones de présence permanente (ZPP), soit 19 meutes dont 12 ont été reproductrices en 2008.

 

 

Quel est son rôle dans l’écosystème ?

super prédateur : in ne supporte pas de chien errant sur son territoire

sélectionneur/ éradicateur efficace, il chasse à courre et sa présence fait des animaux plus sains

indicateur de richesse faunistique, par exemple, durant la 2° Guerre Mondiale il n’y avait plus d’ongulés, il n’y avait plus de loups aussi.

 

La problématique actuelle du loup :

en 2004, la 1° louve dans les Glières a posé un problème grave car les éleveurs avaient des petits troupeaux d’ovins, et donc moins capables de se protéger de ses attaques. Selon les études faites, pour 8 millions (8.000.000) d’ovins, 5.00.000 sont perdus (toutes causes confondues). Si 200 à 300 ovins/an sont indemnisés « loup », il reste la question des dégâts collatéraux : quid

des dérochements  (animaux qui se précipitent du haut des rocher ?

des avortements spontanés ?

de la tension nerveuse des animaux, qui croissent moins bien ?

 

En Haute Savoie, 15 éleveurs sont concernés et en particulier au Col de la Buffaz, où une louve pleine a été abattue après des ravages (il reste le problème du remplacement du gardien qui n’est pas  revenu). (Au passage, il est bon de noter l’incidence négative du surpâturage du mouton, bon débroussailleur, il entraîne la diminution de la flore et de la faune et de la superficie forestière, la main de l’homme y contribue aussi !)

L’utilisation du Patou, dont l’efficacité est renforcée par la clôture, limite le nombre des pertes, non celle des attaques (effets collatéraux restent..). Le Patou entraîne aussi des frictions avec les randonneurs qui devraient faire un détour pour éviter les troupeaux- est-ce toujours possible ?

Il reste le comportement imprévisible des louvards – jeunes loups inexpérimentés...

Ainsi le territoire Glières-Aravis-Bargy voit la présence de 5 à 6 loups et Champ Laitier est devenu en 2006 une ZPP, où en 2008 une meute de 1 mâle, 1 femelle et 2-3 jeunes est installée.

Le loup n’aime pas les reliefs rocheux escarpés (zone de fuite pour les ongulés).

Après que le loup a mangé, surviennent le renard, d’autres petits préd ateurs, enfin le gypaète  barbu, casseur d’os

 

A la fin, il ne reste plus sur place que les poils (et crottes) de la victime.

1 loup =

50 proies =

1000 ongulés.

 

En résumé, le loup limite les effectifs des ongulés,

                                les disperse sur tout son territoire

                                élimine les chiens errants

Mais sa présence perturbe grandement la pâture des ovins, ressource économique, elle-même sous la pression des importations de viande ovine (carcasses congelées de N.Zélande).

 

La grande question : trouver un équilibre avec les chasseurs et les éleveurs ?

 Pour 1 loup tué en pays de Gex (probablement un loup chassé par la meute) ,3 ou 4 loups ont été tirés, sur le 7/8 loups, au départ. Entre le braconnage, et les plans de chasse (200, puis 1000, éventuellement 2000 ?) il n’y a pas de risque de prolifération du loup.

Si le loup résiste aux conditions climatiques, résistera-t-il au plus grand des prédateurs, l’homme ?

Le loup fait partie d’une chaîne alimentaire qui se termine avec lui. Le plus gros risque pour lui et les autres animaux reste l’empoisonnement.

 En Slovaquie (1 loup = 10 cerfs) il existe des plans de chasse et du tir légal := 6 loups /an

 

A la fin de la conférence, 2 tableaux projetés, résument fort bien les avantages et les inconvénients de la présence du loup. Certains auditeurs, tout en reconnaissant l’effort d’impartialité et d’une présentation aussi complète que possible de tous les aspects de la question, ne semblent guère convaincus et restent hostiles à la présence du loup , dont ils ne voient guère l’intérêt même touristique puisqu’il est très difficile de le voir, de l’approcher......

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 > >>