Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Articles récents

Renoncules

13 Juin 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Une belle rencontre samedi en parcourant le Semnoz, deux renoncules qui se ressemblent beaucoup : La renoncule à feuilles d’aconit et la renoncule à feuilles de platane. Toutes deux ont des fleurs blanches.


La renoncule à feuilles d’aconit, Ranunculus aconitifolius, nous attendait au bord d’un ruisselet, près du Golet rond.

 

près du Golet Rond

Le nom du genre Ranunculus, dérivé du latin « rana » signifie grenouille car certaines espèces vivent dans les endroits humides. C’est le cas pour cette espèce que l’on trouve souvent en colonies, dans les lieux humides en montagne.

 

Les tiges sont à rameaux étalées.

 

IMGP3412 ranunculus aconitifolius

Les feuilles basales sont palmatiséquées*  3 à 5 divisions, dentées presque jusqu'au bout.

 

IMGP3415 ranunculus aconitifolius

Les pédoncules* sont 1 à 3 fois plus longs que les feuilles, poilus sous les fleurs.

 

Ren feuil aconit 01

 

La renoncule à feuilles de platane, Ranunculus platanifolius, s’était installée au sommet du Crêt de l’Aigle.


Espèce moins répandue que la précédente, elle est protégée en région Lorraine.

 

Les tiges sont à rameaux dressés.

 

IMGP3425 ranunculus platanifolius

Les feuilles basales possèdent  5-7  divisions soudées à la base.


IMGP3426 ranunculus platanifolius

Les feuilles caulinaires* supérieures s’allongent en une pointe non dentée.

Les pédoncules, 3 à 5 fois plus long que les feuilles, sont glabres* sous les fleurs.

 

IMGP3424 ranunculus platanifolius

 

 

 

                                                        Christianne


 

 

Palmatiséquée :

se dit d’une feuille lobée comme une main, les divisions s’étendant presque jusqu’à la base.

                                 Pédoncule : portion de tige supportant une fleur

                                 Caulinaire : qui s’attache à la tige

                                  Glabre : dépourvu de poil.

 

Photos André et Christianne

Lire la suite

Orchidées

8 Juin 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Sorties

Ce printemps à la météo capricieuse nous a quand même permis quelques belles rencontres avec les orchidées. Voici de beaux spécimens photographiés par les « artistes » du groupe nature de Gruffy.

André, Jacques, Nicole, Françoise, Josette et les autres........

Merci à eux et merci à Dame Nature.

 

Sabot de Venus, Cypripedium calceolus

Sabot de Vénus 02w

 Cephalanthère blanche, Cepahalanthera damasonium

IMGP3319 [1024x768]

Cephalanthère rouge,  Cepahalanthera rubra

DSC03210 [1024x768]

 

Limodore à feuilles avortées, Limodorum abortivum

LA 03w

Platanthère à fleurs verdâtres, Platanthera chlorantha

IMGP3294 [1024x768]

Orchis moucheron, Gymnadenia conopsea

IMGP3281--1024x768-.JPG

Neottie nid d’oiseau, Neottia nidus-avis

Néotie 01w

 

Orchis de Fuchs, Dactylorhiza fuchsii

DSC03203 [1024x768]

Orchis pyramidal, Anacamptis pyramidalis

IMGP3273 [1024x768]

Orchis brulé, Orchis ustulata

Orchis ustulata , orchis brûlé 006 [1024x768]

Ophris frelon (ou bourdon), Orphrys holoserica (sous reserve)


35 Ophrys bourdon ?

Ophrys araignée, Ophrys sphegodes (sous reserve)

Ophrys sphegodes 0016 St jeoire Prieuré 73 redimensionner

 

Si vous aimez les orchidées de notre région, regardez notre album "2012-Orchidées"

                                                                              Christianne

 

 


Lire la suite

Le pêcheur à la mouche

27 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

   Chéran, rivière sauvage, rivière vivante

 

A l'initiative du musée d'histoire naturelle de Gruffy, le Chéran a été mis  à l'honneur le 18 mars 2012 pour l'ouverture du Musée et durant le mois d'avril.


Cela a débuté par une exposition regroupant des documents réalisés par le groupe nature du musée pour de la fête du patrimoine 2011 : géologie, hydrologie, flore, activités (moulins, pêche, orpaillage, tourisme) et des documents fournis par l'AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection  des Milieux Aquatiques), documents sur le rôle de la végétation bordant les rives, la faune, l'implication des pêcheurs. 

Des jeux, des dessins autour de la pêche ont été proposés aux enfants lors de leur visite au musée. 

 

Pascal GRILLET, secrétaire de l'AAPPMA, est intervenu à l'ouverture de l’exposition et pour une conférence.


2012-Cheran-riviere-sauvage-3061--1024x768-.JPG

 Jean nous a fait une belle description de la rivière, tout au long de quatre articles.

Voici maintenant le regard du pêcheur à la mouche, amoureux du Chéran.


pêcheur à la mouche

 

Il nous dévoile, les évolutions de la rivière, des pratiques de pêche et de gestion depuis la fin des années 80 à nos jours. Les élus des communes riveraines ont réfléchi dès les années 90 aux moyens de gestion de la rivière. Ils ont créé le SMIAC (Syndicat Mixte Intercommunal pour l'Aménagement du Chéran). Plusieurs actions ont été réalisées par le SMIAC dans le cadre du «contrat rivière Chéran» : entretien des berges, assainissement, restauration des espaces de liberté de la rivière... afin de lui redonner un cours le plus «naturel » possible.


 

P9140055

Quant aux pêcheurs, ils se sont penchés sur leurs pratiques de pêche, au point que de «pêcheurs cueilleurs », ils sont devenus des «sentinelles de la rivière». La société de pêche de l’Albanais, la société de Cusy et la Protectrice du Fier à Vallières se sont regroupées pour créer l'AAPPMA de l'Albanais. La fédération de pêche a embauché une équipe de spécialistes des milieux rivières.

 

Ils ont apporté des connaissances sur les différents écosystèmes de la rivière et dès lors, les pêcheurs pratiquent une pêche raisonnée respectant les différents milieux : taille de capture adaptée, diminution du nombre de prélèvements, mise en place de parcours avec remise à l'eau obligatoire, parcours "no-kill".  

 

P9140063

 

Ils ont abandonné depuis la fin des années 90, la pratique d'alevinages néfastes pour les milieux et préservent les poissons sauvages. L’école de pêche du Chéran, créée par l'AAPPMA de l'Albanais et du Chatelard (siège à Rumilly), apporte une formation et une sensibilisation au fonctionnement des milieux aux plus jeunes et aux adultes.

 

Aujourd'hui, le Chéran est globalement en «bonne santé». Il a conservé sa souche emblématique de truite «fario» d'origine méditerranéenne. D'autres espèces cohabitent : le chabot, l'ombre (espèce protégée). Ce dernier avait disparu, il a été réintroduit avec succès.

 

Par sa morphologie, la qualité de son eau et de sa faune, le Chéran est une des quatre rivières «pilotes» françaises retenues pour établir les critères d'un label «rivière sauvage».

Souhaitons que les efforts prodigués par tous les passionnés de nature préservée soient reconnus et validés.  Ce serait l'assurance de voir sauvegardé un patrimoine naturel sensible remarquable.

 

Comparaison truite Fario Atlantique et truite Fario mediterranéenneemprumtée au site de l'AAPPMA  :

 

truite-fario-alt-et-med.JPG

 

  Photos de Jean et Andrée.

Lire la suite

Le Chéran IV

11 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

 

voilà notre dernier rendez-vous avec la balade de Jean au bord du Chéran,

                                                                                 merci à toi, Jean 


Loisirs et Chéran 


  • des circuits de randonnée / promenade sont aménagés pour pouvoir accéder et profiter du Chéran............... et voilà nos randonneurs sur le pont de l'Abîme!!!P9130027 [1024x768]
  • le canoë-kayak est praticable sur trois parcours :

P9130017 [1024x768]

 

 

- Du Pont d’Escorchevel au barrage de Bange (Allèves) 9km

- De la passerelle de Cusy/Gruffy à la Capetaz (Alby) 7km ;

- De l’aval du barrage d’Alby à la base de loisirs des Pérouses (Rumilly) 10km


 

 

 

 

 

P9140060

  • Les bases de loisirs de Lescheraines et de Rumilly

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  Le Chéran est une « rivière à truites » : d’où l’attention permanente portée à la bonne santé de la rivière pour favoriser les activités de pêche -SMIAC (1) et AAPPMA (2) de l’Albanais-

P9140063

 

Tout ceci nécessite des travaux d’entretien, de restauration des berges – menacées par l’érosion, les embâcles, les détritus, etc.-, de la végétation (menace des invasives, balsamine de l’Himalaya, la renouée du Japon et …..)

 

 

 

 


 

«Le lit du Chéran s’est enfoncé de plusieurs mètres au cours des dernières décennies (extraction de matériaux, endiguement), ce qui perturbe l’équilibre de la rivière et la coupe de ses milieux annexes » extrait du Site du SMIAC.

 

Tout au long de son cours une rivière a une fonction de lien fondamental, d’amont en aval et vice versa, mais elle a aussi une fonction de lien transversal d’une rive à l’autre, ce qui, en dépit d’éventuelles querelles de voisinage, oblige les hommes à se parler et à travailler ensemble.


112chaos2


« Le « contrat rivière » du Chéran a conduit à une politique globale de gestion et d’entretien, et enfin une mise en valeur du patrimoine, du paysage et des activités de loisirs liées à l’eau » (dans Encyclopédie..., opus cité, sous article « Chéran »)

« [...] ces nouvelles fonctions dévolues aux rivières [...] motivent un partage de l’eau. Ce retour aux rivières longtemps délaissées s’accompagne de la protection des milieux aquatiques et riverains auxquels on confère aujourd’hui une forte valeur environnementale. » (Jean-Paul Bravard, dans opus cité, p.45)

 

 

Les botanistes rencontrent, quant à eux, quelques beaux spécimens le long des berges :


La prêle géante


P9140059

 

L'épervière humble, nichée au creux d'un rocher

 

hieracium humile 3

                    Photos et textes de Jean, encore merci


 

Voir aussi la rubrique « nos amis »


1-S.M.I.A.C

Syndicat Mixte Interdépartemental d’Aménagement du Chéran,

Basé à Alby sur Chéran.

2- AAPPMA,

 Association Agréée Pour la Pêche et la protection des Milieux Aquatiques et son site : cheran-terredepeche.com

 

 


Lire la suite

Le pied de veau

2 Mai 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Ce n'est pas une recette de cuisine, c’est en fait le gouet tacheté ou Arum maculatum


arum-maculatum-3069.JPG

 

Sylvie explique....

 

Aracée vivace dont la hauteur varie de 20 à 40 cm.

  • Feuilles maculées ou non de brun, à très long pétiole, en rosette.

Arum maculatum 01

  • Inflorescence formée d’un épi violet en massue, malodorant, nommé spadice, enveloppé par une grande bractée ou spathe, jaune pâle d'abord puis bordée de pourpre.

Arum maculatum 03

  • Les fleurs femelles à la base du spadice s'ouvrent d’abord et sont fécondées par de petites mouches nommées Psikodas, porteuses de pollen provenant d'un autre Arum.

 

Le deuxième jour, ce sont les fleurs mâles situées au dessus des fleurs femelles et ayant cet aspect échevelé, qui libèrent leur pollen, l'intérieur de la spathe s'assèche et les insectes peuvent s'échapper, emportant le pollen vers d’autres fleurs.


Arum ouvert

La floraison a lieu en avril-mai, suivie de la formation d’une grappe de baies rouge-orangé. 

 

gouet(fruit)

 

C’est une plante fréquente en plaine jusqu’à 1000 m, qui aime les haies et bois de feuillus (hêtres, érables, charmes) plutôt humides, et que l’on peut trouver en compagnie de Allium ursinum, Lamium galeobdolon, Carex sylvatica, Circea lutetiana, Galium odoratum, … 

 

attention dangerLa  plante entière est toxique, mais le danger vient surtout des baies rouges bien en évidence à maturité par la disparition des feuilles. Très attrayantes pour des enfants, elles sont particulièrement toxiques.
Leur ingestion provoque des troubles digestifs, respiratoires et cardiaques et peuvent entraîner la mort.

 

Photos Andrée, André, Nicole et Christianne.

Lire la suite

Le Chéran III

25 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Activités humaines autour du Chéran :


Comme toute rivière, le Chéran a été, dans le passé, une force motrice au service de l’homme ! À côté des activités pastorales s’est développé tout un réseau de petites industries avec ses moulins et ses martinets, nécessitant la proximité de l’eau :

  •  Scieries, fabrication de ‘l’argenterie des Bauges’
  •  Clouterie à partir des filons de fer (le Châtelard et le Noyer)
  • Moulins, dont le moulin Janin, sur la rive de Cusy reste un exemple

P9130043 [1024x768]

 

 

 

Mais, peu commun, le Chéran charrie de l’or et fait partie des 4 rivières aurifères de Hte Savoie : Rhône, Arve, Fier et Chéran. (L’or des rivières ou or alluvionnaire, provient de la désintégration d’anciens filons détritiques).

P9130039 [1024x768]

 

Selon Pline l’Ancien (déjà !) «L’or du Chéran est le plus pur des Gaules ! »

Jusqu’au XVIII° siècle les orpailleurs ont trouvé dans le lit du Chéran des paillettes d’or. Hélas, pas de mines d’or : la ruée vers l’or, sous l’impulsion de celle des USA en 1848, fut totalement infructueuse.

Si l’on consulte "orpaillage" dans l’encyclopédie des Alpes (opus cité), on vous renvoie à l’article "Chéran" :

«Il (le Chéran) a longtemps été fréquenté par les orpailleurs surtout au niveau d’Alby-s-Chéran et d’Allèves. Cette dernière commune a gardé la trace de baux d’orpaillage passés au 18°siècle, qui démontrent qu’il était fréquent de trouver des paillettes d’or dans le sable de la rivière. Le musée d’Annecy possède une pépite de près de 50 gr trouvée en 1863 par Joseph Domenge d’Alby-sur-Chéran. » 

 

L’histoire locale raconte que ’ la Biolla’ –alias J. Domenge-, pauvre hère, resta bien pauvre malgré sa trouvaille (43,5 gr/ de 23,5 carats (presque de l’or pur !) qui fut vendue 141,90FF et dont le musée garde un moulage en plâtre ! (Henri Travers)


"L’on est orpailleur comme on est chiffonnier ou marchand de peaux de lapin".

orpailleur

 

Orpailleur...californien


La méthode reste la même et, même si les instruments se sont modernisés, il faut toujours une bâtée, voire une table ou rampe de lavage ou sluice, et un bon coup de main ! Le principe pour séparer l’or des alluvions est d’utiliser la gravité,  grâce à un mouvement giratoire : la densité de l’or alluvionnaire (16 à 19 selon la teneur des autres métaux) fait que la paillette d’or reste au fond de la bâtée alors que le sable (densité 2) est éliminé.

 

batée


Quelques pépites!

pepites

 

 

L’or peut aussi se trouver dans des marmites – infractuosités rocheuses au fond du lit de la rivière-  mais le courant ne doit pas être trop violent : bien difficile de devenir riche, mais c’est une activité de plein air...

 


« L’or électricité » à Alby-s-Chéran.

En 1888, M. Mugnier, scieur à la Maladière (et donc utilisant déjà la force du Chéran) eut l’idée de creuser un canal de dérivation sur la rive droite du Chéran et de faire fonctionner une dynamo, qui ainsi fournit l’éclairage électrique au bourg et au Pont-neuf (tiré du site Internet de la Communauté des communes d’Alby).


 

P9130047 [1024x768]

A suivre........

                                                              Jean

photos de Jean et "empruntées" à Internet.

 

 


Lire la suite

Encore lui, l'arbre aux mouchoirs!

18 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

A ma chère Yvette, que cet arbre étonnait tellement !

 

C'est notre vieil ami "Davidia involucra", de la famille des Nyssacées et il est en fleur

  Arbre mouchoirs 08

Il fleurit au printemps (mai-début juin selon climat) uniquement sur les rameaux de l'année.

 

Arbre mouchoirs 02

 

Ils portent de petites inflorescences globuleuses formé de nombreux éléments mâles, les étamines et un seul élément bisexué.

 

Etamines blanches ou "beurre", anthères d'un rouge pourpré.


Arbre mouchoirs 03

 

Les bractées sont d'un blanc pur à blanc-ivoire, elles ont tendance à verdir en vieillissant.


Arbre mouchoirs 14

Au bout d'un long pédoncule, une drupe (3 à 5cm) striée, charnue comestible, ovoïde d'un vert pruineux virant au rose pourpré puis ocre jaune à maturité (fin de l'automne) demeurant en place une bonne partie de l'hiver. Les drupes se consomment blettes. Nous en avons trouvé une au pied de l'arbre, rue Guillaume Fichet à Annecy.


IMGP1208--1024x768-.JPG
 
                            Allez le voir.........................................

                                                                Christianne.

 

 

Photos André et Nicole, d'autres photos dans l'album "2012, arbre aux mouchoirs".

 

Lire la suite

Le Chéran II

11 Avril 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Géologie :


Le Chéran s’est trouvé au cœur des phénomènes géologiques alpins. D’où l'inscription aux Géoparks et sa quarantaine de sites géologiques à visiter dans le monde.

P9130036 [1024x768]

 


Le débit du Chéran ne suffit pas pour expliquer, dans son lit, la présence de blocs de granite, ophiolite, grès parmi les galets de calcaire urgonien et autres.

 

P9130040 [1024x768]



En fait, le cœur des Bauges a été traversé par les flux glaciaires (l'épaisseur des glaciers atteignait parfois 1200m) : au quaternaire- glaciation de Würms- le glacier de l’Isère passe par les cols du Frêne et de Leschaux et vient :


  • concasser les roches cristallines et les filons aurifères apparues lors de l’orogenèse alpine (naissance des hautes montagnes alpines –tel le massif du Mont Blanc- quand les plaques eurasienne et africaine se sont chevauchées)

P9130041 [1024x768]-copie-1

 

  • transporter les débris ainsi obtenus (les glaciers –du Rhône ou de l’Isère- sont très forts pour transporter tous les éléments détritiques, de la paillette d’or, de la pépite à un gros bloc "erratique" (voir la place du Caillou à Lyon)  sur de grandes distances. De l’or dans le Chéran ? Eh, oui, mais pas au-dessus de la Charniaz !! 

On en parle plus loin...


Le gros Caillou, à la croix Roussele gros caillou

 

                                                     

                                         article et photos de Jean

 

à suivre..................

Voir aussi sur le site du PRN des Bauges, l'article sur le Geopark

 


 

 

Lire la suite

Le Chéran I

30 Mars 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

Le Chéran est qualifié de «Rivière précieuse» par le poète Henri Travers, une personnalité de Gruffy.

 

Pour faire écho à l'exposition qui se trouve au Musée de Gruffy en ce moment, explorons avec Jean cette belle rivière....


"Rivière française, affluent du Fier, longue de 50 Km(1)", le Chéran prend sa source dans les Bauges, sur le versant sud de la pointe de Chaurionde, vers 1500m d’altitude.  La Pointe de Chaurionde culmine à 2168m d'alitude, sur la commune de Clery, Savoie.

 

 Pointe Chaurionde [1024x768] 

Il draine un bassin versant de 433 km² pour se jeter dans le Fier en aval de Rumilly. Savoyard dans sa partie supérieure, il devient Haut Savoyard vers le Pont de Bange, ne servant de limite entre les départements que sur une courte distance (jusqu’au pont de l’Eau Morte).


Plus un élément d’union que séparateur, il est, à sa manière, un symbole du PNR du Massif des Bauges.

Elément fédérateur, il incarne aussi ce travail en commun des Pays de Savoie par l’intermédiaire du Syndicat Mixte Interdépartemental pour la Sauvegarde du Chéranen un mot le SMIAC !

P9130031--1024x768--copie-1.JPG

 


Etymologie :


 «Chéran» viendrait de ‘Cara’, forme féminine de ‘Carus’, ancien nom de plusieurs rivières – entre autre le Cher. Cara –Caran- devenu Cheran  par suite de la déclinaison germanique, d’un usage fréquent pour les noms de rivières. Il a un Homonyme : le Chéran, rivière de la Mayenne (2). 

Ernest Nègre (3), propose la «racine préceltique hydronymique ‘KAR’, qui pourrait signifier "gros gravier dans le lit des rivières".

Quelques citations :  

                 aqua que dicitur Cara (1288),

                 aqua de cheran (1435)

                 super aquam Care se Cheran (1444)

 

Hydrologie :


Les plus hauts sommets des Bauges entourent sa source (Arcalod, Trélod sur sa rive droite ; Péclod, Arclusaz sur sa rive gauche) et son premier cours (N.E.–S.O.) est celui d’un torrent de montagne, tout au long du vallon de Bellevaux.

 

P9130001 [1024x768]

 


Puis vers Ecole en Bauges, le Chéran change de direction du S.E. vers le N.O., pour desservir deux plaines alluviales –à la pente moins raide- de la Compote (Bauges ‘devant’) et celle de Lescheraines (Bauges ‘derrière’)

P9130016 [1024x768]

 


C’est par le canyon du Pont de l’Abîme que le Chéran sort de son basin supérieur : ce canyon profond de 93m et aux parois parallèles est la cluse entre la Montagne de Bange et le Semnoz.

P9130023 [1024x768]

 


Entre Gruffy-Cusy et Marigny –St Marcel son cours devient plus étroit entre des falaises calcaire dominantes et il prend de la vitesse.

En aval, après Alby/Chéran, le Chéran a un cours moins rectiligne à travers la dépression molassique de l’Albanais, pour rejoindre le Fier (confluence en aval du Rumilly (308m alt.)

P9130041--1024x768--copie-1.JPG

 

En dépit des nombreuses infiltrations dans le calcaire karstique (courants souterrains nombreux –cf. grottes de Prerouge ) il reçoit près de 18 ruisseaux et nants.

Il se caractérise par des crues violentes, fonte des neiges et pluies.

Il traverse 18 communes.

 

                                                Texte et photos de Jean

à suivre..................

 

 

(1)  Dictionnaire Encyclopédique des Alpes, Ed GLENAT, 2006

(2) Dictionnaire Etymologique des noms de lieu de la Savoie, Adolphe Gros, Ed. La Fontaine de Siloé 2004.

(3) Toponymie Générale de la France, Genève, Librairie Droz, 1990.



[1]  Dictionnaire Encyclopédique des Alpes, Ed GLENAT, 2006

Lire la suite

Première sortie

28 Mars 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Sorties

 

 

Première sortie du groupe nature de Gruffy


Ils ont choisi Brison, ce sont des fidèles !


Découverte de nombreuses fleurs ou de feuilles seulement, on voit que tout le monde attend la pluie pour grossir.


Le micrope dressé, Micropus erectus, rare et modeste et protégé. Il porte aussi le nom poétique de Bombycillaena erecta.

Micropus erectus

 

Parcours dans les vigne de Brison

groupe 01w


Ce sont tous les détails que Sylvie nous permet de découvrir, l'écorse liegeuse de l'érable champêtre par exemple :


érable champêtre

 

 

groupe 02w

Découverte d’insectes aussi, grace à Monique et Claudie. Quelques belles photos d’André :

L'abeille charpentière, Xylocope violacae,Abeille charpentière

 

Le flambé, Iphiclides podalirius

 

 

Flambé 01


Claudie nous fait suivre les pierides dans leur déambulation, ce sont des femelles et elles pondent! Jacques était là!oeuf de pierride

 

et aussi l'Aurore, Anthocaris cardamines, c'est aussi une femelle et elle laisse un petit oeuf sur une arabette tourette. Là, c'est Monique qui photographie!

Maman


Aurore Anthocaris cardamines femelle (2)

Papa

Aurore mâleBébé

 

Oeuf Anthocaris cardamines sur Arabis turita (2)

 

Un crache sang,  Timarcha tenebricosa

  crache sang 

 

 


groupe 03w

 

Quel beau panorama!

 groupe 04w                      

                                               Belle, belle journée....... Christianne


 

Merci à Monique et à sa sœur Claudie, pour leurs infos éclairées, notamment, sur les insectes.

 

Merci à Sylvie pour ses connaissances et sa patience et à Christianne pour sa prise de notes. Merci aussi à vous tous pour votre bonne humeur. L'implication de chacun a contribué à faire de la première sortie de la saison, une journée conviviale et bien agréable.  

                                                                                                                                                                                                                                                    Joanny


Le reste des photos dans l'album "2012, mars BRISON"


Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 > >>