Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Les mauvaises herbes !

3 Juin 2011 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Sorties

                Coquelicots


                Va offre-moi des coquelicots, formes vaporeuses, impalpables

                Ancrés dans la terre, ivres de soleil et de vent ;

               Cueillis dans des jardins semés pour le plaisir pur,

               Sur des tombes où trône la ruine, esprit imposant.

 

               Offre-moi ces joies écarlates nées du cœur de Cérès

              Qui, à foison, envahissent les jeunes champs de blé vert

              De boutons ébouriffés dont les fourreaux éclatés s’ouvrent

             Sur de songeuses bannières plissées et de soie tissées.

 

Extrait d’un poème d’E.M. HOLDEN

 

                                  

  coquelicots 1                                                       

 

Le coquelicot (Papaver rhoeas), appelé aussi ponceau, pavot coquelicot ou encore pavot rouge, est une plante de la famille des Papavéracées. Très abondant dans les terrains fraîchement remués à partir du mois d'avril en Europe, il se distingue par sa couleur rouge et par le fait qu'il forme souvent de grands tapis colorés visibles de très loin. C’est une plante messicole.

 

coquelicot 6


Définition :


"Messicole" : les messicoles sont des plantes annuelles à germination préférentiellement hivernales habitant dans les moissons (Phillippe JAUZEIN dans le Monde des plantes (1997, n°458, pp. 19 à 23).

 

Le terme mauvaise herbe est couramment employé pour désigner toute plante indésirable là où elle se trouve (Bailly, 1980). Les plantes messicoles sont souvent ainsi nommées et même par les botanistes, qui ont confronté leurs idées à leur sujet lors de réunions telles que des" Colloques sur la biologie des mauvaises herbes ". Soulignons l'existence d'une science de l'étude des mauvaises herbes : la malherbologie.


coquelicots 5

 

Origine :


Le coquelicot et les bleuets ont disparu de nos champs de céréales devenus des uniformités blondes à l'époque de la moisson. Les plantes messicoles accompagnent nos cultures depuis longtemps ; comme elles, beaucoup sont d'origine moyen-orientale. Vivaces ou annuelles, elles sont adaptées à survivre aux labours et à profiter des soins culturaux. L'agriculteur y voit des mauvaises herbes à détruire : il trie ses graines et traite mécaniquement ou au moyen d'herbicides, pratiques efficaces au point de faire craindre que ces espèces disparaissent, amoindrissant la richesse botanique (biodiversité). Des conservatoires s'emploient à maintenir des populations messicoles ; des jachères " flore sauvage " sont à promouvoir...

 

coquelicots 2

 

Utilisation :


Comme tous les pavots, le coquelicot a des effets narcotiques dus aux alcaloïdes qu'il contient. En phytothérapie, on utilise ses pétales séchés, dont on fait le plus souvent des tisanes. Ses effets apaisants se font sentir sur l'adulte, mais surtout sur les jeunes enfants (on mélangeait autrefois du coquelicot à la bouillie des enfants pour faciliter leur sommeil). Par ses propriétés émollientes, sédatives et béchiques, le coquelicot est un calmant de la toux et des irritations de la gorge. Il est alors utilisé sous forme de pastilles à sucer. Il existe un sirop de coquelicot.

Même si elles sont moins grosses que celles de certains pavots, les graines du coquelicot sont utilisées comme elles en pâtisserie ou pour confectionner des pains aromatisés.

Si l'on ne peut pas se passer de les cueillir pour en faire un bouquet, on empêche les fleurs de se faner dans la journée en prolongeant leur épanouissement par la cautérisation de la tige à l'endroit où elle a été coupée.


Nos découvertes :

 

Grâce à Sylvie SERVE, nous avons inventorié près des champs de céréales de Gruffy quelques messicoles, dont ces merveilleux coquelicots,  des pensées tricolores (Viola tricolor ssp arvensis), des myosotis des champs (Myosotis arvensis), des bugles de Genève (Ajuga genevensis), des minuarties hybrides (Minuartia hybrida) et beaucoup d’autres encore. 


Mais nous avons eu une très belle surprise quand, cachée dans les graminées, est apparue le miroir de Venus (Legousia speculum-veneris). C’est une messicole en danger de disparition, ne la cueillez pas, mais regardez la !


Miroir de Venus 4

  Nous ne finirons jamais de nous émerveiller, même avec "des mauvaises herbes" !

 

miroir de venus 3

Merci Sylvie !

 

                                                                   Christianne

 

Photos Marie Paule et Christianne

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chantal11 07/06/2011 16:17


Bonjour Christiane, que j'aime ces mauvaises herbes, merci pour ces belles photos.. et la chanson qui va avec.. ça me rappelle ma jeunesse.
Je n'avais jamais vu le Miroir de Vénus.. supebe, non à ne pas cueillir.. comme disait Samivel, ne ceuillez pas les fleurs il y pousserait des pierres.
J'ai regardé également l'article précédent, magnifique l'Aglia tau et vous avez du passer une belle journée.
à bientôt avec mes amitiés à tous
chantal
ps je viens de retrouver ma connexion après i5 jours d'arrêt complet !!


Entre Semnoz et Chéran 11/06/2011 16:22



merci de ce petit mot et à bientôt sur le net



sabrina millot 03/06/2011 18:09


en 1995, quand j'avais amménagé à Allèves, j'aurai bien voulu vous connaitre tous, car je faisais la route pour aller aux associations d'Annecy et de Poisy, à l'époque le musée nature de Gruffy
était pas ce qu'il était aujourd'hui !
maintenant j'habite vers Faverges, donc je vais à Faverges avec Monique Magnoloux


Entre Semnoz et Chéran 04/06/2011 09:50



au plaisir de nouvelles rencontres



magnetiseuseherbaliste.over-blog.com 03/06/2011 18:06


c'est vrai qu'elle est belle, en cueillant des coquelicots pour faire du sirop, je suis tombé sur cette belle dame :
le miroir de Venus (Legousia speculum-veneris).
magnifique, merci pour cet article


Entre Semnoz et Chéran 04/06/2011 09:48



La nature ne menage pas ses effets! merci



Joanny 03/06/2011 14:42


Merci Christianne pour cet article.
Je viens, avec une certaine èmotion, d'en découvrir le contenu.
Tu ne pouvais pas le savoir, mais dans les années 60 je chantais un petit peu dans les réunions familales et cet air était particulièrement apprécié par ma belle famille.
Les photos sont belles et les commentaires plaisants à parcourir.
Bravo Christianne.
Joanny


Entre Semnoz et Chéran 04/06/2011 09:50



merci  les chansons de notre jeunesse reveille toujours un peu de nostalgie, à beintôt