Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

La lathrée écailleuse

4 Août 2011 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

 

Dans son premier article concernant les milieux qui environnent le village de Gruffy décrits par Denis Jordan, Jean vous citait la lathrée écailleuse, voici quelques mots à propos de cette fleur un peu particulière :


Nous l’avons découverte au bord du Chéran en 2010 et l’avons retrouvée, fidèle aux noisetiers qu’elle parasite, en 2011. C’est normal car elle pousse de préférence dans les bois et les haies, aux bords des ruisseaux. Mais elle reste peu fréquente.

 

38 latrée écailleuse

Nom présent dans la flore de Coste : Lathraea squamaria Linné scrofulariacée (classification classique) ou orobanchacée (classification phylogénétique).


On l’appelle aussi clandestine écailleuse


 C’est une plante vivace, parasite de divers arbres en particulier noisetiers et aulnes et  parfois hêtres.

Elle vit à leur dépend car elle n’a pas de feuille et ne fabrique pas de  chlorophylle. Elle utilise des suçoirs qui sont fixés sur les racines de ses hébergeurs.

 

38 lathrée ec 1

 Elle apparaît en avril et mesure de 8 à 30 cm. Ses fleurs sont blanchâtres ou rosées, assez petites, inclinées, disposées en grappes unilatérales, elles produisent à maturation de  nombreuses graines globuleuses.

Sa souche souterraine, blanchâtre à écailles, munie de   suçoirs, met dix ans à produire sa première tige florifère.


39 lartrée ec 2

         Comme elle fleurit pendant la montée de la sève et disparaît ensuite, son hôte     souffre très peu.

 

Ouf, les noisetiers ne mourront pas et nous la retrouverons surement en 2012, au bord du Chéran ! Christianne

Photos Nicole et Christianne 

                                                                                        

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article