Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

JEAN JACQUES ROUSSEAU ET L’ARGOUSIER ou l'épisode de Grenoble.

1 Mars 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Histoire et légendes

JEAN JACQUES ROUSSEAU ET L’ARGOUSIER (Hyppophae rhamnoides)
 

Jean-Jacques ROUSSEAU 1712-1778
Cette année, Savoyards et Suisses fêtent le tricentenaire de la naissance du célèbre genevois.
Notre propos n’est pas d’étudier la vie et l’œuvre de l’illustre philosophe mais d’approcher un aspect parfois méconnu de sa personnalité, son amour pour la botanique.

23

 

 Joanny nous a parlé de l’argousier la semaine dernière, Jean Jacques Rousseau connaissait l'arbuste, Jean a fait de belles lectures pour nous :


Extrait des Confessions


«La botanique, telle que je l’ai toujours considérée, et telle qu’elle commençait à devenir une passion pour moi, était précisément une étude oiseuse, propre à remplir tout le vide de mes loisirs sans y laisser place au délire de l’imagination.. » « Prendre machinalement çà et là tantôt une fleur, tantôt un rameau, [...] était de quoi passer l’éternité sans pouvoir m’ennuyer un moment. Quelque élégante, quelque admirable, quelque diverse que soit la structure des végétaux, elle ne frappe pas assez l’œil ignorant pour intéresser. Cette constante analogie, et pourtant cette variété prodigieuse qui règne dans leur organisation, ne transporte que ceux qui ont déjà quelque idée du système végétal ».

 

La fontaine de Jean-Jacques Rousseau à Annecy, nous vous reparlerons des petites fleurs de la grille.


 0164 Annecy 10 03 2011 MPG [1024x768]

Dans la 7ème Promenade des Rêveries du Promeneur solitaire, Rousseau écrit :

 « Durant mon séjour à Grenoble je faisais souvent de petites herborisations hors de la ville avec le sieur Bovier, avocat de ce pays-là ; non pas qu’il aimât ni sût la botanique, mais parce que s’étant fait mon garde de la manche (= garde de corps), il se faisait autant que la chose était possible une loi de ne pas me quitter d’un pas. Un jour nous nous promenions le long de l’Isère * dans un lieu tout plein de saules épineux. Je vis sur ces arbrisseaux des fruits mûrs, j’eus la curiosité d’en goûter et leur trouvant une petite acidité très agréable, je me mis à manger de ces grains pour me rafraîchir : le sieur Bovier se tenait à côté de moi sans m’imiter et sans rien faire. Un de ses amis survint, qui me voyant picorer ces grains me dit : « Eh ! Monsieur, que faîtes vous là ? Ignorez vous que ce fruit empoisonne ? – Ce fruit empoisonne ? m’écriai-je tout surpris –Sans doute, reprit-il ; et tout le monde sait si bien cela que personne dans le pays ne s’avise d’en goûter». Je regardai le sieur Bovier et je  lui dis : « Pourquoi donc ne m’avertissiez vous pas ? –Ah, monsieur, me répondit-il d’un ton respectueux, je n’osais pas prendre cette liberté».  Je me mis à rire de cette humilité dauphinoise, en discontinuant néanmoins ma petite collation.

 

Argousier 1

 

J’étais persuadé, comme je le suis encore, que toute production naturelle agréable au goût ne peut être nuisible au corps ou ne l’est du moins que par son excès. Cependant j’avoue que je m’écoutai un peu tout le reste de la journée : mais j’en fut quitte pour un peu d’inquiétude ; je soupai très bien, dormis mieux, et me levai le matin en parfaite santé, après avoir avalé la veille quinze ou vingt grains de ce terrible hippophaé, qui empoisonne à très petite dose, à ce que tout le monde me dit à Grenoble le lendemain. Cette aventure me parut si plaisante que je me la rappelle jamais sans rire de la singulière discrétion de M. l’avocat Bovier ».


Les fleurs de l'argousier sont apétales : peu de photographies.


Hippophae rhamnoides female flowers
Entre le 11 juillet et le 12 août 1768, Jean Jacques Rousseau séjourne à Grenoble, reçu par l’avocat Gaspard Bovier, et habite un « logement fort petit, fort laid»** rue des Vieux Jésuites – actuellement Rue Jean-Jacques Rousseau, au n° 2, au coin de la Place Sainte Claire. Il s’y sentira vite mal à l’aise, surveillé par tous : voici ce que lui écrit le prince de Conti : « Je sais que le lieutenant de police de Grenoble vous fait pour ainsi dire garder à vue »*** .

Les Rêveries.... furent écrites lors du dernier séjour de JJR à Paris, rue Plâtrière, entre 1776 et avril 1778

 

                                                                                                           Jean


Notes :
         * le long de l’Isère : en fait le Drac sur l’actuelle commune de Seyssinet – il y est un sentier pédestre, tracé en souvenir de JJR.
       ** dans Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau  (R. Trousson et F S. Eigeldinger), éd. Champion Classiques, 2006
         *** ibidem
 
Les baies de l’argousier sont comestibles et même savoureuses et surtout elles sont riches en vitamine C, mais nous déconseillons la méthode de JJR pour tester la toxicité des plantes ! 

 
Photos Marie Paule, Christianne et empruntée à internet                                                                                                 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chantal11 03/03/2012 11:35

Merci Christiane, bon week end
biz
chatou

chantal11 01/03/2012 23:36

Bonsoir Christiane, vivement que le mien donne des fruits.
Quelle belle écriture et à cette époque là, on parlait en utilisant les verbes et leur conjugaison adéquates, superbe!
belle fin de semaine
biz
chatou

Entre Semnoz et Chéran 03/03/2012 17:27



Il est érudit notre jean, j'avoue ne pas avoir le "courage" de re(?)-lire JJR


A bientôt


CH*