Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Comment les plantes dites «grimpantes» se hissent-elles en l’air ?

7 Juin 2014 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Ces végétaux, aux tiges bien trop longues par rapport à leur diamètre, se hissent grâce à toutes sortes de support, pour mieux capter la lumière.

 

Il en existe plusieurs sortes :

  • les volubiles qui s’entourent autour de leurs tuteurs (exemple le houblon).
  • les grimpantes à vrilles partant de la tige principale ; ces vrilles ressemblent à des ressorts dont elles ont l’élasticité. Des ventouses (exemple la vigne) viennent parfois compléter le dispositif.
  • les plantes à crampons, (exemple le lierre ou la bignone), qui s’accrochent ainsi à leur support.
  • Et d’autres, plus originales, soit qu’elles combinent les techniques précédentes  c'est le cas de Tecoma tweediana, qui réunit les trois modes d’accroche, soit qu’elles « innovent », c'est le cas de la clématite !

 Les volubiles ou convolvulacées :

    

Privées de vue, elles trouvent néanmoins le moyen de rejoindre leur futur « tuteur », support tutélaire qui les aidera à croître !


Volubilis sur un tuteur :

411 volubilis

 

Elles font de grands tours, depuis leur enracinement, « à tâtons » pour enfin, si possible, trouver leur support.

Mais pas toujours, ainsi cette Falloppia convolvulus, dans le Fort de Tamié, qui serpentait au sol sans espoir de pouvoir grimper un jour, le moindre arbrisseau étant absent dans ce désert militaire trop bien tenu !

 

C’est l’apex (extrémité de la tige) qui décrit des « cercles » par un mouvement similaire à celui d’une hélice, en plus du gravitotropisme négatif (ou gravitropisme). Le gravitotropisme négatif est le mouvement vertical vers le haut, commun à tout végétal. Ce mouvement de circumnutation  (du latin nutatio oscillation) est assez rapide, 16 rotations en 24 heures, paraît-il, et cela, sur un rayon qui peut atteindre les 15cm.

  

Le tuteur atteint, il faut grimper maintenant  - s’il n’est pas trop gros : vous ne verrez jamais un liseron grimper sur un arbre centenaire – contrairement au lierre mieux armé (crampons) pour ce faire ! Dans une observation faite par A. et J. Tronchet, la spirale d’un liseron des haies, Calystegia sepium décrit quasiment trois cercles complets en 3 heures !

 


Liseron des haies sur un noisetier :


401 liseron sur noisetier

 

Ce mouvement de rotation est produit par une inégalité de croissance entre la face (a) et la face (b) de la tige,  pour visualiser, prenez une banane et vous verrez qu’un côté est plus long que l’autre, d’où la forme incurvée ! (une banane ne sera jamais une sucette à l’anis...). Cela veut dire que une face -(a) par exemple- de la tige pousse plus vite que la face opposée  -(b) dans l’exemple- : ce qui incline l’extrémité de la plante (portant l’apex) vers le côté qui croit moins vite.

 

Les spires décrites par l’apex des volubilis se resserrent peu à peu, au fur et à mesure de la croissance. Ce mouvement de circumnutation obéit à un rythme endogène, c'est-à-dire qu’il n’est pas influencé par la lumière ni par le toucher. Ceci n’est pas le cas des vrilles, qui, elles, accélèrent au contact du support – tropisme au toucher ou thigmotropisme.

 

 

Vient maintenant la question : toutes les volubiles s’enroulent-elles dans le même sens ?

Le sens de l’enroulement est un caractère génétique (C. Darwin qui s’est penché sur la question parle  d’atavisme).

Ainsi le houblon –Humulus lupulus, que J. Covillot  décrit «s’enroulant par la droite.. », l’herbe aux femmes battues – Tamus communis- tournent dans le sens des aiguilles d’une montre  (Darwin fait référence à la course du soleil : face à la plante, le dos au nord, les spires suivent la course du soleil dans le ciel)


L'herbe aux femmes battues :

 

410 tamus

Dans le sens contraire – et du soleil et de nos montres-, nous avons dans nos jardins, ipomée volubilis (Ipomea sp.), dérivée de Calystegia sepium déjà mentionnée, mais aussi les glycines –Wisteria sinensis -, le haricot à rames –Phaseolus vulgaris-, Phaseolus coccineus ; les cuscutes – Cuscuta sp.- etc....

La morelle douce-amère – Solamum dulcamara- s’enroule indifféremment dans un sens et dans l’autre, mais uniquement autour de tiges très minces (cf. Lonicera flexuosa, chèvrefeuille de Chine, qui grimpe le mieux  - paraît-il- le long d’une ficelle tendu !).

 

Les plantes à vrilles


Les vrilles sont des feuilles ou des pédoncules de fleur, modifiés. Les plantes à vrilles s’accrochent par ces vrilles qui s’enroulent sur le support dès qu’il y a  contact (voir plus haut) : vignes – Vitis vinifera ; Parthenocissus sp ;-, courges –Cucurbita sp.- melons – Cucumis sativa, C. melo.


Vigne-vierge :

 

407 vigne vierge

 


Les bryones – Bryonia dioica et B. alba- ont des vrilles spiralées en tire-bouchon, successivement  en double sens, qui s’étirent sous les effets du vent mais ne cèdent pas.


Les plantes à crampons

 

Les plantes à crampons, tel le lierre commun –Hedera helix-, les bignones –Campsis sp.- se fixent sur tout support (voir la photo du pied de cerisier où les deux grimpent côte à côte).

 

Le lierre commun :

 

404 hedera helix

 

La bignone :

 

412 bignone

 

Le lierre et la bignone au pied du cerisier :


413 bignone

La clématite clematis vitalba :

 

L’on se doute maintenant qu’une plante grimpante n’est pas nécessairement volubile et je voudrais terminer par celle qui, surgissant d’une haie de thuyas, a grimpé sur un arbre de plus de 3 m de haut : la clématite !


dans le sumac :

 

413 sumac et clematite

La clématite – Clematis vitalba-  est considérée comme une liane surgissant des couverts sombres des forêts  -ici d’une haie !- à la recherche de la lumière.

 

416 clematite

 

Elle progresse grâce à ses feuilles composées de folioles : les pétioles des jeunes folioles, au contact d’un corps quelconque –thigmotropisme-, s’incurvent et l’embrassent, formant une sorte de crochet (parfois à double tour !) ; le pétiole grossit, se renforce en fibres, et la progression continue....

 

414 clematite
Ingénieux, n’est-ce pas ? !

 

                                                                      Jean

 

Photos de Jean

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chatou11 14/11/2012 11:42

Bonjour Christiane, la montagne me manquerait si je pouvais encore faire de longues randonnées.. ce qui me manque c'est l'endroit magique où j'habitais et où j'avais toute la faune et flore autour
de moi..
douce journée
bises audoises
chatou

Entre Semnoz et Chéran 15/11/2012 18:11



En tout cas tu sais mettre en valeur ton "gite" audois!


Bises Christianne



chatou11 10/11/2012 19:18

Très ingénieux, que l'on apprends des choses intéressantes ici, merci à Jean
bon dimanche Christiane avec plein de bisous
chatou

Entre Semnoz et Chéran 11/11/2012 16:59



Tu ne savais pas que la clématite des haies était si maline


Bises humides


Christianne