Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Ces baies qui n'en sont pas !

26 Octobre 2012 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Fiches techniques

Tout le monde connaît ces petites boules noires odorantes que l’on trouve dans la choucroute ! Ce sont des “baies de Genévrier“ me direz-vous. Et bien non ! Elles proviennent effectivement du Genévrier, mais ce ne sont surtout pas des baies *.

 

Pour bien comprendre, quelques notions de Botanique s’imposent.

 

Tout d’abord, situons notre arbuste ! Le Genévrier commun, Juniperus communis, de la famille des Cupressacées est un conifère non résineux.

 

Le vocable de "conifères", plus ou moins synonyme de "résineux" ou d'arbre "à feuillage persistant", couvre d'une façon plus générale tout un groupe botanique, les gymnospermes.  Ce groupe comprend aussi des espèces sans résine ou sans cône, comme les ifs ou d'autres qui peuvent perdre leurs aiguilles pendant l'hiver, comme les mélèzes. Le terme de gymnosperme signifie "graines nues".                                     

 

Les Angiospermes, qui sont des plantes plus évoluées, protègent leur semence dans des fruits.

                                                                                                 

Chez les gymnospermes, les organes mâles et femelles sont généralement groupés en cônes et protégés par des feuilles modifiées ressemblant à des écailles. Il y a des cônes mâles et des cônes femelles.

Les cônes mâles fournissent des grains de pollen. Les cônes femelles, telles les «pommes de pin», abritent les ovules, qui, chez les gymnospermes les plus évoluées, se transforment en graines.

Les gymnospermes apparurent pendant l’aire primaire, au Carbonifère, il y a environ 350 millions d’années. A cette époque les fougères arborescentes dominaient toute autre forme végétale. 

 

IMGP6894 [1280x768]                                                                                                                  

Prenant le relais des fougères, les Gymnospermes furent dominants à l'ère secondaire, ils connurent leur apogée au Jurassique, il y a quelques 170 millions d'années, avec plus de 20.000 espèces. Détrônés à leur tour par les Angiospermes, ils ne sont plus représentés à l'heure actuelle, que par environ 1000 espèces réparties en 7-8 familles.

 

Revenons au Genévrier.

 

GE 01w

 

Etymologie


L’origine latine du nom juniperus, est étymologiquement peu claire.  Selon une hypothèse, le  nom se composerait des mots latins junior (plus jeune) et parere (apparaître) en référence au fait que deux générations de cônes existent en même temps : les plus jeunes apparaissent avant que les plus anciens tombent, une fois mûres. Une autre hypothèse le ferait venir du celte gen (buisson) et prus (âcre).

 

Description


IMGP6525 Juniperus communis

 

 

C’est un arbuste d’un port très variable, allant de celui d’un buisson touffu, à celui d’un arbuste élancé dépassant rarement 5 à 6 m. Très résistant au froid ainsi qu’à la sécheresse, il est très exigeant en lumière. Il accepte les sols les plus variés, siliceux ou calcaires, secs ou humides, en particulier les stations arides très ensoleillées.    

 

                                       

Ses feuilles sont persistantes, en aiguilles vert glauque, très piquantes et verticillées par 3. Elles présentent une épaisse bande blanche sur la face supérieure et un revers plus foncé.

 

 

 

 

 

 

 

Froissé, le feuillage épineux dégage une odeur de pomme.

 

GE 03w


Reproduction


Le genre Juniperus est caractérisé par des cônes très particuliers, à l'apparence de baies et dénommés "galbules", lesquelles comportent des écailles plus ou moins complètement soudées entre elles.


IMGP6524 Juniperus communis

Le Juniperus communis est dioïque c.a.d. que les cônes mâles et les cônes femelles sont sur des pieds différents. Les pieds mâles portent des petits cônes à l'aisselle des feuilles de l'année précédente.


Les galbules

Les cônes femelles sont constitués d’une petite sphère ombiliquée et charnue.

Ces cônes ont l'aspect d’une baie et sont formés de 6 écailles. Ils deviennent charnus et verdâtres à la fin de la 1ère année.  


GE 04w

 

Ils sont gros comme un pois et noir bleuâtre pruineux à la fin de la 2ème année ; à maturité ils contiennent 3 graines. Ces cônes sont les Galbules communément appelées “baies de genévriers“ ou “Genièvres“. Très riches en vitamine C, soufre, cuivre, fer, elles ont des propriétés antiseptiques et digestives.

 

GE 02w


Utilisation


En cuisine, elles parfument gibiers, pâtés, choucroute, viandes et pot au feu.

Il existe de l'eau-de-vie de genièvre, fabriquée dans le nord de l'Europe, et qui porte plusieurs noms : Genever et Schiedam en Hollande, Péquet en Belgique, Genièvre en France, Gin en Angleterre et Aquavits parfumées au genièvre en Scandinavie ; la bière peut également être aromatisée genièvre dans ces dernières régions. A consommer avec modération, bien sûr !


Les galbules "baies" de genièvres sont reconnues pour leurs propriétés médicinales depuis les temps anciens. Prises en infusion, les galbules "baies" de genièvres soulagent les crises de cystite.  On les emploie aussi sous forme de baume ou d’embrocation pour venir à bout des douleurs musculaires.

 

                                                                               Joanny

 

Photos André


*Une baie, en botanique, est un type de fruit charnu, en général indéhiscent et contenant une ou plusieurs graines, les pépins,  exemples : Myrtilles, groseilles, cassis,…                                

Le raisin et les tomates sont des baies !!

 

 


 

   

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

DanielleDMD 27/10/2012 08:35

Bonjour et merci pour cette leçon de botanique...
J'y ai découvert le mot galbule.
Magnifique paysage en bannière
Danielle

Entre Semnoz et Chéran 27/10/2012 10:45



Merci, notre ami Joanny aime bien étonner !


Le paysage : Tours St Jacques à proximité de Gruffy, dans les Bauges. Le plus cocasse, c'est qu'elles glissent de 2cm par an, en moyenne, en direction du Chéran, les géologues du parc des Bauges
ont mesuré !


A bientôt


Christianne



chantal11 26/10/2012 20:05

Ben ça alors, on ne mange pas les baies de genièvre mais les Galbules.. que tout ceci est intéressant merci à Joanny pour cet article. Je vais en connaitre un rayon maintenant. Et je ne savais pas
que les pommes de pin contiennent les ovules.
très bonne soirée et amitiés à toute l'équipe
biz Christiane
chatou

Entre Semnoz et Chéran 27/10/2012 10:47



La nature nous réserve de ces surprises!!


Des bises Christianne