Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

2010, année du loup .... au M.H.N. de Gruffy

5 Mai 2010 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Faune

La bête du musée est naturalisée, mais ses congénères trottent-« à pas de loup »- dans les montagnes environnantes, au grand dam des bergers et  des moutons ; mais le loup est encore plus vivant dans la langue française.

 

 Si « la langue est un prisme à travers laquelle on appréhende le monde » que n’apprend-t-on pas sur l’état du monde  et des humains par la littérature qui concerne  le loup à un moment donné. S’il est vrai que la plupart des expressions françaises concernant le loup datent du 15° au 18° siècles, la plus ancienne remonte à  2 siècles avant J.C. «  entre chien et loup » (période du crépuscule où on ne peut pas  faire la différence entre les 2 canidés) . Combien de lycéens ont sué sur le sujet «  (à l’état de nature,) l’homme est un loup pour l’homme » ?(attribué à Hobbes, Léviathan (-d’aucuns mentionnent aussi Plaute, retour à l’antiquité)). L’expression la plus récente serait « un froid de loup « (I835)-mais ne disons-nous pas plutôt « un froid de canard » ?

 

Lukos : en grec et Lupus : en latin   désigne un mammifère sauvage proche du chien .

Ces 2 mots ont une riche descendance en français :

loup-cervier /

      loup-garou (homme loup = lycanthrope (grec) : homme le jour, loup la nuit (surtout par pleine lune !) qui est une forme diabolique – (cf cinéma)  werewolf := en anglais, qui rappelle l’évolution du mot depuis sa racine indo-européenne)

poisson vorace, qui, en Provence, se mange avec du fenouil

en médecine, lupus désigne un chancre/ la lycanthropie est ce délire d’un aliéné qui se croit loup

défectuosité dans un ouvrage d’édition /dans un  textile, métallurgie d’où le verbe « louper »

en habillement, ce masque carré de velours noir ( voir la tête du loup), porté par les femmes pour se préserver du hâle (1680),puis  pour les fêtes et mascarades (1859)

la flore :aconit tue-loup

                    lycoperdon ou vesse-de-loup (perdon vient du grec:perdesthai:= péter!)

                     muflier ou gueule –de-loup (FH :1753)

                     lycope d’Europe ou pied de loup(FH1710)

                     lycopode (FH : les premières entrées)  

 

Au féminin, louve := lupa, désigne la prostituée bien avant de désigner la femelle du loup : sa caractéristique est la lubricité (ex. Messaline dont le surnom Lycisca réfère à la (chienne) louve) ; ce sens subsiste dans’lupanar’.

A Rome, Lupercale (divinité Lupercus/Luperca) réfère au lieu où la Louve aurait nourri Romulus et Rémus.Le 15 février, les prêtres- vêtus uniquement de peaux de loups-  de ces divinités parcouraient les rues autour de la Colline en flagellant les passantes pour leur assurer fécondité.

 

noms de lieu := endroit où il y a des loups :

              ex. le Louvre

                    le lycée : de Lycée := nom propre du gymnase au N.E. d’Athènes où enseignait Aristote

                    St Leu, et bien d’autres comme

                    Lovagny( 74) qui viendrait de Lupianacum (:= village  dans région boisée où vivent des loups)- à moins que cela ne soit du nom d’un propriétaire gallo-romain (Lovanicum)

                  cf Lovettaz –au pied du Nivolet- de lovetta := petite louve / ou + probable, d’un propriétaire( Lovat/ lovet)

                   En Maurienne et Tarentaise, des noms de lieux-dits :             Louvatière/ Lovatière, Louvière....

 

noms de personnes : Leu, Louvel, Wolfgang....

                    et un loup de mer := expérimenté et bourru.

                        un jeune loup (aux dents longues) !

 

Expressions françaises : elles font allusion aux diverses caractéristiques attribuées, au fil du temps, au loup : outre celles déjà mentionnées :

 

-aller queue à queue comme loup, (forme moderne) à la queue leu leu(cf la description ,lors de la conférence, d’une meute en déplacement)

-hurler avec les loups (faire la même chose que les autres, puis plus récent, se plier à l’opinion générale)

 

L’animal affamé : avoir une faim de loup

                                la faim fait sortir le loup du bois

                                manger comme un loup

 

La surprise, l’inattendu, la soudaineté :

quand on parle du loup, on en voit la queue/ qui parle du loup en voit la queue (à comparer avec l’expression en anglais qui met l’accent sur le caractère diabolique du loup ‘talk of the devil ‘)

La notion de danger, grandement illustrée :

-se jeter/ tomber dans la gueule du loup

-enfermer le loup dans la bergerie

-donner des brebis à garder aux loups

-crier au(x) loup(s) (alerter, puis être enroué à force de ..)

-tenir le loup par les oreilles (situation très dangereuse)

 

Mais aussi, l’expérience, la ruse et l’adresse :

-brebis comptées, le loup les mange( précaution ne garantit pas          toujours de ne pas se faire avoir )

-raconter des histoires au vieux loup (sornettes et billevesées ne trompent pas le vieux rusé)

-être un loup-garou, un (vieux) loup (misanthrope, vivant seul)

-faire un loup (faire une dette, et ne pas la payer)

-quand le loup est pris, les chiens lui lardent les fesses (lâcheté des chiens, qui l’accusent après coup)

 

Une mention spéciale pour les demoiselles :

-avoir vu le loup / danser le branle du loup : la danse du loup (la            queue entre les jambes)

 

Quelques autres encore :

regarder ...comme le loup blanc (une chose extraordinaire)

la lune est à couvert des loups

la lune n’a rien à craindre des loups (bien qu’ils hurlent à la lune) ( =les critiques et envieux sont impuissants devant un mérite supérieur)

 

A la lecture de tout ce qui précède, on se rend compte de la longue cohabitation entre l’homme et le loup. Souvent l’homme a projeté ses propres défauts sur l’animal, souvent pires que ceux de l’animal. J’ai oublié : homo sapiens sapiens, au néolithique, a domestiqué le loup pour en faire............ un chien!

                                                                    Jean

Sources : Le Robert, Dictionnaire Historique de la Langue Française

                 Claude Duneton, Le Bouquet des Expressions Imagées

                            Pierre Perret, Le parler des métiers

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article