Les Gymnospermes

Publié le par Entre Semnoz et Chéran

Le groupe de botanique profite de l’hiver pour re-voir un peu de théorie. Jeudi nous avons abordé les Gymnospermes. Joanny nous avait déjà initiés sur le sujet, il y a quelques années.

Révisons !!!

Les Gymnospermes sont toutes des arbres ou des arbustes.                           

La pluspart des Gymnospermes sont des conifères dont certains sont bien connus comme pins, sapins, cèdres, mélèzes….Leurs fructifications sont des cônes. Leurs feuilles sont minces et rigides et s’appellent des aiguilles. Leur pousse est lente et elles restent plusieurs années sur l’arbre avant de tomber. Mais ce groupe comprend aussi des espèces sans cône, comme les ifs et les genévriers ou d'autres qui peuvent perdre leurs aiguilles pendant l'hiver, comme les mélèzes.

Cône de mélèze, Larix decidua

Cône de mélèze, Larix decidua

Chez les Gymnospermes, les ovules sont nus,  d’où leur nom : gymnos = nu et sperma = graine en grec. Ils ne sont défendus des éléments et des animaux que par un mince tégument qui deviendra la pellicule de la graine, et par les écailles ligneuses de l’inflorescence (cône) de la plante mère. Il y a des cônes males (pollen) et des cônes femelles (ovules)

C’est là du reste le caractère qui établit la différence essentielle entre les ANGIOSPERMES et les GYMNOSPERMES : alors que l’ovule des premiers est renfermé dans la cavité de l’ovaire, l’ovule des seconds est simplement coincé entre les écailles de la pigne où il est fécondé par le pollen.

Jeunes pouces d'épicea commun, Picea abies

Jeunes pouces d'épicea commun, Picea abies

Les Gymnospermes apparurent pendant l’aire primaire, au Carbonifère, il y a environ 350 millions d’années. A cette époque les fougères arborescentes dominaient toute autre forme végétale.                                                                                                                   

Prenant le relais des fougères, les Gymnospermes furent dominantes à l'ère secondaire, elles connurent leur apogée au Jurassique, il y a quelques 170 millions d'années, avec plus de 20.000 espèces. Détrônées à leur tour par les Angiospermes, elles ne sont plus représentées à l'heure actuelle que par environ 70 à 80 genres et 800 à 1000 espèces reparties en 14 familles.

Branche et aiguilles fossilisés d'Abies milleri

Branche et aiguilles fossilisés d'Abies milleri

Branche et aiguilles fossilisés d'Abies milleri, 4,5 cm long, Klondike Mountain, Ferry County, Washington, USA, Éocène, Yprésien, - 49 million d'années.

Photo empruntée à Internet.

 

à suivre...

                                                                           Christianne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article