Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga.

10 Juillet 2016 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Une véronique que j’aime beaucoup et qui affectionne les lieux humides. Elle a différents noms vernaculaires, cresson de cheval, salade de chouette,  véronique cressonnée, véronique beccabunga.

 

On rencontre souvent à l’étage collinéen des petits ruisseaux calmes et ombragés, couverts de ces jolies feuilles vertes, luisantes, parsemées de petits scintillements bleus.

 

C'est Veronica beccabunga !

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga.

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga.

Espèce très commune des bords de ruisseaux ou des sources, elle est vivace. Elle présente une véritable symétrie bilatérale au niveau des feuilles et des fleurs. Glabre, elle possède une tige ronde.

Les feuilles opposées, à court pétiole, sont ovales, à limbe épais et luisant, à peine dentée.

Les fleurs sont groupées en grappes qui naissent à l’aisselle des feuilles supérieures.

 

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga, .photo d'André.

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga, .photo d'André.

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga.

Calice à quatre sépales.

Petite corolle à quatre pétales blancs à la base puis bleu pâle et légèrement striés.

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga.

Deux étamines et un style.

Ovaire supère à deux carpelles.

Fruits en forme de cœur.

Elle appartient au genre Veronica et comme chez toutes les véroniques, le pétale inférieur est plus étroit que les trois autres.

C’est son nom d’espèce qui surprend, beccabunga !

Le coin du linguiste : Jean a fait des recherches pour nous :

Les Américains ont bien édité un « Etymological Dictionary of Grasses, 2007 » (web) où on lit « in honour of Italian botanist Odoardo Beccari (1843- 1920) » pour expliquer ce terme de beccabunga ; Linné était devin …. !!

Tous (européens) s'accordent pour dire que [becca] vient de beke (du vieil-allemand) ou bach, ruisseau, qui est bien son habitat usuel (Smith, 1823) .

Reste [bunga] : deux versions s'affrontent mais la première ne tient pas la route devant la deuxième :

1 -V. beccabunga était utilisée aux siècles passés en pharmacopée et cuisine (même Hildegaard de Bingen la conseillait pour soulager goutte, constipation, dépuratif, anti-scorbut).
Son goût âcre, piquant en bouche, rapprocherait bunga de ''pungent'', ''pungency'' (en anglais, de même sens : acre, piquant).

2.- [bunga] vient du vieil-all. Bungo, bulbe ! (à rapprocher de l'anglais bung: his eyes and nose were bunged up, ce qui signifie il avait les yeux et le nez bouffis).

Genaust dans son « Dictionnaire étymologiques des noms de plantes » dit :
« becabunga ist nach ihren Wurzelknollen benannt » ce qui signifie c'est la racine en boules qui donne son nom à la plante (à vérifier!).

Les espagnols, les hollandais suggèrent la même étymologie. On a latinisé tout cela et voici beccabunga, rappel:Veronica est du féminin!.

En fait, même si l’étymologie est incertaine, ce nom d’espèce est si curieux et chantant (on pourrait le répéter en tapant dans les mains)  qu’on le mémorise rapidement !

 

                                                  Christianne et Jean

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga

Véronique des ruisseaux, Veronica beccabunga

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article