Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de entre-semnoz-et-cheran-gruffy et de ses botanistes

Une onagracée bien discrète....

12 Septembre 2015 , Rédigé par Entre Semnoz et Chéran Publié dans #Flore

Voici un article de Jean déjà publié mais très interessant en cette saison. Il nous raconte une petite fleur que nous avons rencontrée jeudi dans la forêt claire du Roc de Chère. On passe souvent sans la voir sauf si on s'interroge sur les minuscules points blancs qui parsèment les herbes encore vertes de ce début d’automne. Je laisse la parole à Jean….

 

Il est fréquent de voir aux bords des routes, talus, l'espèce éponyme de la famille, Oenothera biennis (onagre bisannuelle) ou, comme dans la photo ci-dessous, Oenothera glazioviana (onagre de Glaziou – probablement échappée d'un jardin)

Une onagracée bien discrète....

Sépales striés de rouge......

Une onagracée bien discrète....

Et quatre stigmates dépassant largement les étamines.

Une onagracée bien discrète....

 

Étymologiquement, il y a de l'âne dans ce nom (onagros), mais aussi du vin (oinos) et la décoction des racines ferait un philtre de sorcière pour amadouer les bêtes sauvages ! Il y a là des sortilèges du dieu Pan.... mais ne nous égarons pas ! Pas de pan......ique !

En revanche, il y a bien de la magie dans cette famille peu étendue, car une plante discrète  (pas évidente à repérer la première fois) en fait partie et porte le nom à semer l'effroi de Circaea lutetiana (Circée de Paris, herbe aux sorcières).

Ce nom est celui de la magicienne qui transforma les compagnons d'Ulysse en pourceaux - tout en leur laissant leur conscience d'êtres humains - ! L'ensorceleuse fut néanmoins vaincue, « conquise », par notre héros ; il fut guidé pour ce faire par Hermès (Mercure), « qui lui donna une herbe qui le sauverait des mortels artifices de Circé » .

                                                                                                                                                

Une onagracée bien discrète....

Qui distingue à première vue, dans ce fouillis de bois humide et de ravin (son milieu habituel), Circaea lutetiana ?

Une onagracée bien discrète....

Vue de plus près, on ne s’attend pas à des sortilèges :

Une onagracée bien discrète....

Plante pubescente, aux feuilles ovales-lancéolées acuminées*, elle dresse une hampe florale d'une bonne dizaine de cm, avec de fleurs bimères (2S,2P,2E), pétales bifides, blanc ou rosé.

 

* se terminant en longue pointe éffilée.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

à noter les sépales teintés rouge rosé, réfléchis.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Les fruits sont des capsules obovales en poire, hérissés de poils crochus, hispides à deux loges.

Une onagracée bien discrète....
Une onagracée bien discrète....

Pourquoi Circé ? Pourquoi Lutetiana ?  Paris était connu jadis comme la ville des sorcières ? (L'Affaire des poisons date de 1680, où la Voisin fut brûlée en place de Grève – un siècle avant Linné!)

Elle fut utilisée en Autriche, naguère, comme tisane. En usage externe, en macération dans de l'alcool, elle traitait les rhumatismes, la goutte, infections et fièvres (c'est l'alcool qui devait faire effet, la plante qu'un prétexte !...)

Gaston Bonnier aurait écrit..............

 

plante magique ayant servi dans les enchantements. On dit que celui qui la cueille sera maudit.

Le Guide Vigot de la Flore dit ..............

qu'elle devrait plutôt porter le nom '' d'herbe des sourciers'', tant elle révélatrice de la présence d'humidité et d'eau en sous-sol.

 

Mais c'est là faire grand cas de l’appellation vernaculaire et n'explique pas son nom latin.

Alors rêvons un peu, imaginons que c'est elle la plante magique utilisée par Ulysse.......

Une onagracée bien discrète....

NB. : les épilobes  -espèces plus nombreuses – font partie des onagracées !

 

La Flora Helvetica dit des onagres, genre venu d'Amérique du Nord :

"Ce genre présente des combinaisons de caractéristiques si nombreuses qu'une taxonomie n'est pas possible" p .682

 

(photos de l’auteur, sauf trois emprunts à –Wikipedia)

                                                   Jean

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

chatou11 11/08/2014 18:31

Bonsoir Christiane, merci à Jean pour ce bel article. J'avais plein d'onagres dans mon jardin que je n'y avais jamais introduites... j'adorais ces fleurs. Mais je saurais dire laquelle c'était. Elles se plaisaient particulièrement au bord de l'étang et du bassin.
Quand à la plante magique Samil serait d'accord avec Gaston Bonnier '' ne cueuillez pas les fleurs, il y pousserait des pierres ".
Bonne soirée et mes amitiés à tous et à toutes
chatou